Sur Caroom c'est,

Prix bas garanti !

Soyez rassurés,

Achats sécurisés !

100% des mandataires

sont approuvés !

Nouvelle E-Mehari

Prix E-Mehari neuve

à partir de 15 940€
Jusqu'à 37%

Voici tous les prix E-Mehari et les 3 offres disponibles :

  • Tarif de 15 940 € à 19 609 €
  • Jusqu'à -37% de remise

3 offres - Tarifs des Citroën E-Mehari neuve et 0km

cv cv

Disponibilité

Trier par

string(3) "asc"
Citroën E-Mehari Soft Top
Citroën E-Mehari E-mehari
Soft Top Nbrx coloris
15 940 €
-37%
68cv
Élec.
Auto.
2 portes
Sur devis Elite-Auto Elite-Auto
Citroën E-Mehari Hard Top
Citroën E-Mehari E-mehari
Hard Top Nbrx coloris
17 093 €
-36%
68cv
Élec.
Auto.
2 portes
Sur devis Elite-Auto Elite-Auto
Citroën E-Mehari Styled by Courreges
Citroën E-Mehari E-mehari
Styled by Courreges Nbrx coloris
19 609 €
-33%
68cv
Élec.
Auto.
2 portes
Sur devis Elite-Auto Elite-Auto

Statistiques du modèle

Données actualisées toutes les 24h

Remise moyenne

+3% Actualisé /24H
Jusqu'à

37%

Prix moyen

17 547€

Offres sur commande

3

Carburants

Tous les carburants disponibles

Citroën E-Mehari électrique

3 modèles électriques

Finitions E-Mehari

Toutes les finitions disponibles

E-Mehari Soft Top

dès 15 940€
-37%

E-Mehari Hard Top

dès 17 093€
-36%

E-Mehari Styled by Courreges

dès 19 609€
-33%

Les avis sur la E-Mehari

...

Aucun avis posté pour le moment Laisser un avis

Aucun avis pour le moment.

Citröen E-Mehari: la Mehari du 21e siècle

Retour vers le futur pour la Mehari. Près d’un demi-siècle après avoir présenté sa première Mehari, Citroën réinvente son modèle historique et nous dévoile sa version moderne. Le mythique petit cabriolet des années 60 du constructeur aux chevrons nous revient donc au 21e siècle, cette fois-ci plus en phase que jamais avec son temps avec cette particularité : elle est 100 % électrique. Allons la découvrir !

Une version modernisée

La nouvelle Mehari va certainement donner un véritable coup de vieux à son aînée des sixties. Si le concept reste le même, celle du petit cabriolet de plage par excellence, la E-Mehari n’a presque plus rien avoir avec la première version sur plusieurs points.

Hormis ses bâches de toit enroulables, ses panneaux latéraux modulables, sa carrosserie en plastique et son pare-brise vertical, elle se différencie de la version d’origine par sa taille plus importante et sa garde au sol surélevée. Côté esthétique, la Mehari est même plus une évolution de la Bluesummer de Bollorée avec laquelle elle partage la même plateforme.

A l’intérieur, même si elle est sommaire, la présentation de l’habitacle de la E-Mehari n’a rien en commun avec celle de la première. La qualité des matériaux utilisés est
meilleure ainsi que la dotation du véhicule.

Sous le capot, on découvre la grosse différence : un moteur 100 % électrique d’une puissance de 50 KW soit l’équivalent de 68 ch. Il n’en faut pas plus pour faire de la E-Mehari, la voiture de plage à la page.

E-Mehari : dérivée de la Bluesummer

Dès le premier regard, on ne s’y trompe pas. Cette E-Mehari a de « vrais airs » de Bluesummer, et ce à juste titre. Le modèle Citroën n’en est pas vraiment un puisqu’il a été conçu par Bolloré sur la même base que l’Autolib de l’industriel français. Ce qui explique même que le véhicule ait été conçu en seulement 8 mois. Cela étant, la E-Mehari de 3,81 m de long et 1,65 m de haut – plus grande que la Bluesummer - revendique une identité propre soulignée par divers éléments du design. Ainsi, le style de cette Mehari est marqué par des optiques acérées placées très haut sur la face avant et qui composent la signature visuelle à double étage façon cactus, les chevrons, des passages de roues soulignés de plastiques bruts, et une garde au sol surélevée qui confère au véhicule une allure robuste.

En bon véhicule de plage, la E-Mehari reprend une carrosserie en plastique thermoformé, qui lui évite d’être rongé par la rouille. De profil, elle présente des nervures de portes, ces dernières étant légèrement ondulées. Et comme à l’origine, elle dispose d’une capote découvrable en plusieurs parties (bâches de toit enroulables) qui se retire entièrement en cinq minutes et se range sous et derrière la banquette arrière.

Bluesummer dans l’allure, la E-Mehari l’est aussi dans l’habitacle. On pourrait presque dire que c’est du copier-coller, tant la présentation est identique. La Mehari peut accueillir 4 personnes dans un habitacle sommaire aux finitions légères qui met en avant la simplicité d’usage de ce véhicule. Facile à entretenir, cet habitacle lavable à l’eau dispose pour ce faire d’évacuations dans le plancher et d’une sellerie en Néoprène. Une matière imperméable qui sèche vite, que l’on retrouve dans les combinaisons de plongée. Petite touche d’exotisme apportée à cet ensemble, l’imprimé hawaïen de la sellerie que l’on peut retrouver sur la BlueSummer ou le Cactus M. Toutefois, attention à ne pas arroser la planche de bord ou la boîte de vitesses tous deux allergiques à l’eau. C’est une voiture électrique après tout !

Parlant de la planche de bord, elle est ce qu’il y a de plus basique. Elle présente un affichage central, quelques boutons de commandes, et puis… rien !

Concernant l’espace de vie, la E-Mehari peut accueillir confortablement quatre personnes à condition que celles des places arrière ne soient pas de grands gabarits. La banquette arrière étant rabattable, le volume de coffre peut augmenter de 200 à 800 l.

Niveau dotation, la E-Mehari n’est disponible qu’en un seul niveau de finition et sans option. Parmi les quelques rares équipements de série qu’on y retrouve, on a un bouton d’appel, un kit mains libres Bluetooth, un système de streaming audio Parrot avec deux haut-parleurs, la ventilation, l’ESP, l’ABS, un affichage central… Du léger comme à la plage !

Un E-moteur de 68 ch de Bluesummer

Côté mécanique, Citröen s’est également appuyé sur l’expérience de Bolloré pour équiper son modèle. Naturellement silencieuse au démarrage, la E-Mehari dispose d’un moteur électrique de 50 kW qui développe une puissance de 68 ch et un couple de 140 Nm disponible immédiatement. Associée à une boîte à vitesses automatique, elle tracte les 1.405 kg de la Mehari dans des accélérations vigoureuses à 122 km/h en vitesse de pointe.

Tapie sous le plancher, la batterie offre une autonomie variable de 100 à 200 km selon le rythme de conduite et le profil de la route. Il faudra compter 8 heures pour la recharger sur une prise de 16A Wallbox et 13 heures sur une borne ordinaire de 10A. Si elle n’est pas raccordée au réseau, elle se décharge totalement au bout de 48 h. Toutefois, Citröen a trouvé la parade à ce problème en proposant un mode « hivernage » qui permet de maintenir la batterie en deçà des 70 degrés requis par la technologie. La charge tiendra alors 4 mois à condition de rebrancher le véhicule au moins 4 heures avant de le remettre en marche.

Une voiture image

Elle ne vient pas en concurrente sur un segment où on retrouve des modèles plus aboutis comme la Renault Zoé et qui ne représente que 1 % des voitures neuves. Agréable à conduire, la E-Mehari est avant tout une voiture de marketing aux capacités limitées destinée à un usage précis : les balades en été à la plage. Loin de la côte ensoleillée, elle montrera rapidement ses limites.

Ventes et prix

La E-Mehari sera commercialisée dès l’été 2016 et Citröen prévoit en vendre 1000 unités par an. Ce qui en dit long sur les objectifs du constructeur qui destine son véhicule principalement aux professionnels de l’hôtellerie et de la location.

Côté tarif, l’addition est salée. Il faudra débourser 18.700 euros pour s’offrir le véhicule. Pour ceux qui possèdent un vieux diesel de plus de 10 ans à échanger, ils bénéficieront d’une prime supplémentaire de 3.700 euros, soit un tarif de 15 000 euros dans le meilleur des cas. Sans oublié les 79 euros mensuels de frais de location de batteries ou 299 euros mensuels pendant 49 mois. Ça fait un peu trop pour une voiture qui ne sera utilisée que quelques mois dans l’année.