TOP 10 : Quel SUV hybride choisir en 2022 ?

DS DS7 hybride

Depuis le début des années 2000, le modèle SUV a envahi le paysage automobile européen, mais pendant longtemps, il a également traîné une image peu flatteuse de véhicule gourmand et donc polluant. La fée « électricité » est heureusement passée par là, donnant naissance au concept de SUV hybride, dont les modèles sont de plus en plus nombreux et performants. Pour vous aider à faire votre choix, nous avons sélectionné les 10 SUV/Crossover hybrides les plus marquants actuellement en vente, avec des gabarits divers et des technologies différentes : full hybrid, mild hybrid, avec moteur thermique essence ou diesel. Sans plus attendre, voici donc notre TOP 10.

 

Quels sont les avantages des SUV hybrides ?

Par définition, le SUV est un véhicule surélevé et dont les prestations impliquent un poids plus élevé que celui d’une compacte ou d’une berline d’un gabarit équivalent. Or, lorsque l’on combine une aérodynamique d’armoire normande, pour caricaturer quelque peu, bien sûr, avec une masse élevée, les consommations de carburant s’envolent, tout comme les émissions de CO2 et de NoX. Dans ce contexte, l’attrait de la motorisation hybride apparaît évident et permet de redorer le blason des modèles ainsi équipés en les rendant plus « éco-compatibles », notamment en milieu urbain.

En effet, l’apport d’un moteur électrique ne s’avère jamais négligeable et sur les versions disposant de la technologie « hybride rechargeable », il est même possible de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres sans utiliser une goutte de carburant. Les progrès réalisés en quelques années au niveau de la capacité des batteries et du rendement des moteurs électriques ont été spectaculaires, au point de permettre à des autos de près de 2 tonnes d’afficher des consommations moyennes de 3l/100km.

Notre sélection des meilleurs SUV hybrides

Peugeot 3008 (II) Hybrid4

Peugeot 3008 hybride

Affichant fièrement une puissance cumulée de 300 chevaux, le Peugeot 3008 Hybrid4 profite également d’une transmission intégrale, pratique à la fois pour grimper aux stations de ski (en ayant chaussé les bons pneus, bien entendu) et pour prodiguer de sympathiques accélérations. Ainsi, le 0 à 100 km/h est annoncé en 5,9 secondes, un temps que n’aurait pas renié le coupé sportif RCZ en son temps.

Pour ce qui est de l’autonomie en tout-électrique, le cycle WLTP annonce 59 km, mais il est plus réaliste de tabler sur une quarantaine, ce qui correspond à une sorte de moyenne sur son segment. Notons également que la finition de ce 3008 témoigne des progrès considérables réalisés par la marque au Lion en l’espace de quelques années. Quant à la carrosserie, elle s’avère encore plus belle depuis le restylage et il ne fait aucun doute que les fées du design se sont penchées sur le berceau de ce 3008 de deuxième génération.

 

Les seuls vrais défauts que l’on peut lui trouver résident dans le volume du coffre (inférieur à 400 l pour une longueur de 4,48, c’est peu) et dans son tarif, car il ne réclame pas moins de 50 000 €. À ce prix, l’équipement est certes assez complet, mais d’une part, il n’est pas non plus pléthorique et d’autre part, venant d’un constructeur généraliste, ce montant apparaît tout de même conséquent.

Citroën C5 Aircross Hybrid

Citroën C5 Aircross

Si le C5 Aircross Hybrid mérite incontestablement sa place dans ce classement, c’est parce qu’il donne la sensation agréable d’être à bord d’un SUV remarquablement bien conçu. Fidèle à la réputation de la marque aux chevrons, le confort est tout simplement excellent. Aussi bien grâce à des assises moelleuses qu’à une insonorisation très poussée et des suspensions qui semblent effacer les défauts de la route. En contrepartie, le châssis ne peut pas être qualifié de dynamique, mais le C5 Aircross Hybrid a choisi son « camp », celui du confort et de la sécurité et il l’assume avec brio.

S’il fait partie des SUV compacts les plus vendus dans l’Hexagone, le Citroën le doit aussi à ses aspects pratiques que bon nombre de concurrents semblent avoir négligés sur l’autel du style ou par simplicité. Ainsi, les sièges au second rang sont indépendants, inclinables et coulissants. Il est simplement regrettable qu’une version 7 places ne soit pas proposée, comme le fait Peugeot avec son 5008. Quoi qu’il en soit, l’habitabilité du modèle « de base » profite bien sûr à la version hybride, car même si le coffre perd 120 l, il reste tout à fait acceptable en oscillant entre 460 et 600 l suivant la position du second rang.

Ajoutons également que le C5 Aircross profite d’un design sympathique et d’un très bon niveau d’équipement, y compris pour la version d’entrée de gamme « Feel » qui débute à moins de 40 000 euros.

Enfin, sachez que l’autonomie en 100 % électrique est donnée pour 55 kilomètres par les services d’homologation, soit une bonne quarantaine dans la « vraie vie ». Et lorsque les batteries sont vides, il est possible de tabler sur moins de 7l/100km, soit une performance remarquable pour un SUV essence plutôt lourd (1 745 kg) et de 180 ch. En termes de recharge, comptez 2 h sur une wallbox avec chargeur optionnel de 7,4 kW ou 7 h sur une prise « classique ».

Mitsubishi Outlander PHEV

Mitsubishi Outlander PHEV

Il s’agit là de l’un des pionniers du genre des SUV hybrides, puisqu’il est commercialisé depuis 2014 en Europe. Une nouvelle version est d’ailleurs sur le point d’être lancée, mais l’Outlander PHEV actuel conserve suffisamment de points forts pour mériter sa place dans ce TOP 10. En outre, suite à son restylage de 2018, il a profité de mises à jour techniques substantielles afin de rester dans la course.

Ainsi, ses moteurs essence et électrique ont été revus pour développer davantage de puissance et la capacité de la batterie a suivi le même mouvement, et ce faisant, l’Outlander peut désormais atteindre 135 km/h en 100 % électrique, contre 120 km/h auparavant. L’écart peut paraître faible, mais le SUV de la marque aux trois diamants s’avère capable de prendre l’autoroute sans utiliser son moteur essence, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Quoi qu’il en soit, pour cet Outlander PHEV, Mitsubishi a également pris soin de proposer un système hybride remarquablement abouti, notamment au travers d’un frein moteur à la décélération réglable sur six niveaux pour la récupération de l’énergie ainsi dissipée. En outre, il dispose de deux prises de recharge, l’une pour le réseau domestique (avec une recharge en 6 heures environ), l’autre pour une borne de type CHAdeMO, certes encore assez rare dans l’Hexagone, mais permettant d’obtenir 80 % d’autonomie en 25 minutes seulement.

Autre atout du Mitsubishi PHEV, son habitacle affiche un volume généreux et la longueur aux jambes est notamment une valeur de référence sur ce segment, tandis que le coffre peut engloutir peu ou proue 470 l, ce qui reste convenable. Quant aux performances, elles aussi peuvent être qualifiées de correctes, avec un 0 à 100 km/h en 10,5 secondes et une vitesse maximale de 170 km/h et il est possible de rouler sur une quarantaine de kilomètres en tout-électrique ; d’autres font mieux, mais pour un précurseur, l’Outlander PHEV se défend encore bien. Et ce d’autant plus qu’il débute à moins de 40 000 € avec un niveau d’équipement plutôt complet, dont des services connectés « à la page » : préchauffage ou mise en fonctionnement de la climatisation à distance par Wifi ou encore utilisation du smartphone en tant que télécommande.

Ford Kuga Powersplit PHEV eCVT

Ford Kuga hybride

Le nouveau Ford Kuga, de troisième génération, vient tout juste d’être décliné dans une version hybride rechargeable. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne manque pas d’atout, à commencer par un design extérieur très réussi. Le Kuga III exhibe en effet une silhouette dynamique que de nombreux observateurs rapprochent de celle de l’Aston Martin DBX : avouez qu’il y a pire comme référence …

En outre, le système hybride rechargeable de ce SUV ne mérite pour ainsi dire que des éloges. De fait, en combinant un 2.5 l essence Duratec et un bloc électrique de 61 chevaux, la puissance cumulée atteint 225 équidés. La mise au point a été si rondement menée que ce modèle peut raisonnablement parcourir plus de 50 kilomètres en 100 % électrique. Autre fait remarquable, alors que les véhicules « Full Hybrid » ont la fâcheuse tendance de se transformer en « soiffards » lorsque leurs batteries sont à plat, le Kuga PHEV se contente alors d’à peine plus de 6l/100km, voire 8l/100km sur autoroute. Qui plus est, une recharge totale sur prise domestique réclame moins de 6 heures, quand la plupart de ses concurrents ont besoin d’une heure supplémentaire ou davantage.

De plus, avec ses 4,63 m de long, ce Kuga hybride réserve un accueil généreux à ses occupants et à leurs bagages, le coffre oscillant entre 645 et 1 480 l. En parallèle, le confort se révèle excellent, et ce malgré de très belles jantes de 19 pouces, tandis que le toucher de route fait presque oublier ses 1 790 kg.

Le Kuga fait aussi très fort en matière de politique tarifaire, puisqu’il débute aux environs des 36 000 €, affichant ainsi l’un des meilleurs rapports prix/prestations sur son segment de marché. Au rayon des reproches, nous regretterons simplement qu’il ne soit pas disponible en 4×4 et que la boîte CVT n’ait pas été mieux paramétrée, car elle donne parfois l’impression désagréable de « mouliner » pour rien.

BMW X1 xDrive 25e

BMW X1 xDrive

Utilisant la plateforme de la nouvelle Série1 et la motorisation du Mini Countryman Cooper SE, ce X1 propose un « cocktail » très équilibré, avec un véhicule plaisant à l’œil comme à la conduite et d’une grande polyvalence. Certes, son confort de suspension reste ferme, mais par rapport à la précédente génération de X1, les progrès sont indéniables et l’on peut maintenant parcourir de longues distances sans craindre le mal de dos à l’arrivée. C’est d’autant plus remarquable que le comportement routier fait honneur à la réputation de la marque à l’hélice, et ce en dépit du poids des batteries.

En ce qui concerne le bloc hybride en lui-même, il repose sur un 3 cylindres essence développant 125 ch sous le capot avant, couplé à un moteur électrique à l’arrière produisant 95 ch (et alimenté grâce à une batterie lithium-ion de 10 kWh), pour une puissance totale cumulée de 220 ch. Ainsi équipé, le X1 xDrive 25e peut parcourir plus de 40 kilomètres en 100 % électrique dans le cadre d’une utilisation réaliste et jusqu’à 52 km pour le cycle d’homologation. Quant aux performances, elles sont plus que correctes avec un 0 à 100 km/h abattus en moins de 7 secondes, le 1000 m D. A en à peine plus de 29 secondes et une vitesse maximale proche des 200 km/h.

Alors, ce X1 a-t-il des défauts ? Eh bien oui, car la présence du système hybride a logiquement amputé le coffre d’une partie de sa contenance qui passe de 505 à 450 l, tandis que la taille du réservoir est réduite à 36 l seulement. Dit autrement, lorsque les batteries sont à plat, l’autonomie restante n’a rien de faramineux, à un peu moins de 400 km sur autoroute par exemple. En outre, alors que la finition Lounge débute à 46 750 euros, l’équipement pourrait s’avérer plus généreux (avec la caméra de recul et les sièges avant chauffants en série, par exemple).

Passons maintenant à la deuxième moitié de notre classement avec le constructeur sud-coréen.

Kia Niro Hybride Rechargeable

Kia Niro hybride

Le premier SUV sud-coréen de ce TOP 10 n’est autre que le Kia Niro et fait appel à la technologie « full hybrid » avec possibilité de recharger sa batterie de 8,9 kWh en la branchant sur la prise du secteur. Ou mieux encore sur une wallbox spécialement dédiée à la recharge rapide, qui peut alors s’effectuer en 2 h 15 environ. Lorsque la batterie est pleine, le Kia Niro peut en tout cas parcourir une quarantaine de kilomètres en 100 % électrique et lorsqu’elle est vide, la consommation reste très raisonnable, à environ 6,5 l/100km.

Alors, certes, le Niro Hybride Rechargeable n’est pas disponible en 4 roues motrices, mais cela lui permet de conserver un poids raisonnable. Et si la puissance cumulée de 141 ch n’en fait pas un SUV sportif, son bloc électrique de 61 ch tout de même lui procure des relances sympathiques. Quant au comportement routier, sa mise au point consciencieuse apparaît évidente puisque voilà un petit SUV qui sait se montrer à la fois vif dans ses changements d’appui et confortable.

Le seul vrai bémol que l’on peut noter concerne le volume du coffre, qui n’est que de 324 l. En dehors de cela et de l’absence d’une transmission intégrale que peut lui reprocher une partie de la clientèle, le bilan est remarquable et couronné par un excellent rapport qualité/prix. Ainsi, depuis le restylage de 2019, la finition a encore progressé et le contenu technologique a été remis au goût du jour, le tout pour un prix débutant à 34 000 € en version Motion, avec un équipement de série des plus généreux.

Mercedes GLE 350 de

Mercedes GLE hybride

Avant de rédiger ce TOP 10, nous ne pensions initialement inclure aucun SUV dit « familial », c’est-à-dire d’un gabarit dépassant les 4,60 m de long. C’est notamment ce qui explique l’absence des Audi Q7 ou BMW X5 qui a peut-être pu vous étonner, mais nous voici à vous présenter le GLE. Or, ce « beau bébé » siglé Mercedes-Benz mesure tout de même 4,94 m de long pour quasiment 2 m de large, alors qu’est-ce qui explique ce revirement ?

En réalité, c’est la motorisation du GLE 350 de qui mérite que l’on s’y intéresse de plus près, car c’est à ce jour le seul hybride rechargeable diesel. Indépendamment de cette caractéristique technique particulière, le mastodonte du constructeur de Stuttgart dévoile un habitacle qui mérite pleinement le double qualificatif de luxueux et de high-tech. Bien sûr, l’habitabilité arrière s’avère remarquable et en dépit du volume des batteries, la contenance du coffre reste acceptable à 490 l.

En ce qui concerne le design extérieur, les références au premier ML apparaissent de bon goût et l’ensemble est assurément statutaire, mais sans doute moins dynamique que ses principaux rivaux, les Q7 et X5 précédemment mentionnées. En revanche, aucun d’eux ne dispose d’un moteur 4 cylindres diesel couplé à un moteur électrique et le GLE atteint ainsi une puissance cumulée de 320 ch et 720 Nm qu’une transmission automatique à 9 rapports transmet aux 4 roues. Grâce à la batterie de 31,2 kWh, l’une des plus importantes jamais utilisées sur un modèle hybride, il est tout à fait possible de parcourir plus de 60 km en 100 % électrique. En outre, grâce à un connecteur spécifique (CCS Combo), la recharge nécessite moins de 45 minutes.

La présence d’un moteur diesel sur cet hybride rechargeable se révèle très utile lorsque les batteries sont vides, car sa consommation de carburant reste relativement raisonnable, autour de 10l/100km. Enfin, pour ce qui est du tarif, il faut compter 82 000 € pour un équipement que l’on aurait souhaité plus complet. Mais, c’est une sorte de tradition pour les constructeurs allemands de proposer des véhicules avec de longues listes d’option et le GLE hybride rechargeable n’est pas si mal placé par rapport à ses rivaux premium.

Toyota RAV4 PHEV

Toyota RAV4 hybride

Comment faire un TOP 10 autour de la voiture SUV hybride sans mentionner une Toyota ? De fait, n’oublions pas que le constructeur japonais s’est lancé dans l’aventure de l’hybridation avec sa première Prius depuis 1997. Pour autant, Toyota a longtemps semblé frileux par rapport à l’auto hybride rechargeable, mais le Toyota RAV4 PHEV témoigne d’un changement de paradigme à ce sujet et il met les petits plats dans les grands pour convaincre la clientèle ciblée.

Ainsi, ce SUV Plug-in Hybrid fait appel à un puissant moteur thermique, un 2,5 l essence de 185 ch à cycle Atkinson, auquel viennent se joindre deux blocs électriques : l’un de 134 kW sur l’essieu avant et l’autre de 40 kW à l’arrière. Au total, ce sont 306 ch qui animent vaillamment un RAV4 frôlant les 2 tonnes à vide. Alors, ne s’agissant pas d’une Supra ou d’un Land Cruiser, mais bien d’un gros Crossover, n’attendez pas de ce RAV4 PHEV qu’il vous colle dans votre siège à l’accélération ou qu’il excelle en franchissement. En revanche, si vous le considérez pour ce qu’il est, c’est-à-dire un véhicule polyvalent, confortable, et écologique, alors vous ne serez pas déçu.

Pour en revenir sur la motorisation, notez que la batterie de 18,1 kWh bénéficie d’un chargeur embarqué de 6,6 kW, lui autorisant une recharge quasi complète en 2 h 30. En outre, cette grosse batterie a un avantage majeur, puisqu’elle permet au RAV4 de parcourir plus de 70 kilomètres sans « réveiller » le moteur thermique ; belle prouesse technique ! Enfin, en débutant à moins de 50 000 € pour une dotation de série très convaincante, le Toyota accumule les bons points ; on aurait peut-être simplement apprécié un design extérieur plus différenciant par rapport aux versions non hybrides rechargeables et plus « expressif » par rapport à certains de ses rivaux.

Hyundai Kona Hybrid

Hyundai Kona Hybrid

Lorsque l’on découvre le Kona, son design audacieux apparaît évident et dans un segment surchargé, cette différenciation fait incontestablement partie de ses points forts. Mais il ne s’arrête pas en si bon chemin et propose un système « hybride léger » issu de la berline familiale Ioniq à la fois simple et convaincante. Au passage, on regrettera cependant que les palettes au volant de la Ioniq restylée n’aient pas été reprises ici, car elles permettent de gérer facilement le niveau de régénération de la puissance au freinage.

Quoi qu’il en soit, l’on retrouve un 4 cylindres essence de 1,6 l GDI à cycle Atkinson de 105 ch et un bloc électrique de 43,5 ch pour une puissance cumulée de 141 ch, tandis que le couple s’élève à 265 Nm, cette force étant parfaitement maîtrisée par une boîte à double embrayage à 7 vitesses. Les performances ne sont pas ébouriffantes, avec un 0 à 100 km/h en un peu plus de 11 secondes, mais grâce à la disponibilité immédiate du moteur électrique, le Hyundai Kona est plaisant à conduire, et il ne consomme pas beaucoup plus de 4,5 l/100km ; pour un Crossover de plus de 1 500 kg avec les pleins faits, c’est remarquable.

En termes de tarification, il faut compter 27 000 € environ pour un modèle déjà très bien équipé, faisant honneur à la réputation du constructeur sud-coréen de proposer des modèles avec un excellent rapport prix/prestations.

Honda CR-V Hybrid

Honda CR-V Hybride

Honda a choisi de combiner un 4 cylindres 2.0l i-VTEC essence (de 145 ch) avec deux petits blocs électriques, pour un total de 184 ch et le système i-MMD qui en résulte se révèle très original.

De fait, lorsque la voiture roule à basse vitesse, le moteur essence n’est pas directement lié aux roues et ce sont les unités électriques qui permettent de lancer la voiture, de 0 à 100 km/h. Dans ce cas, le bloc thermique (utilisant un cycle Atkinson pour un meilleur rendement) joue en quelque sorte le rôle de groupe électrogène et au-delà de 100 km/h, il se couplera à l’axe commun pour propulser la voiture. Ce SUV peut se contenter d’environ 7l/100km en conditions réelles (pour 5,3 l/100km homologués), alors que ses performances s’avèrent plutôt punchy, avec un 0 à 100 km/h en 8,8 secondes.

Autre atout du CR-V, il débute à moins de 35 000 € en version « Comfort » alors que son équipement n’a rien d’indigent puisqu’il inclut notamment un combiné d’instrumentation numérique, un écran tactile de 7 pouces pour le système multimédia, une climatisation automatique ou bien encore un régulateur de vitesse adaptatif.

L’essentiel à retenir

Il ne fait aucun doute que si vous êtes à la recherche d’un SUV hybride, vous aurez l’embarras du choix tant ce segment s’est développé au cours des cinq dernières années. Il ne vous reste plus qu’à déterminer « l’heureux élu » en fonction de critères de choix qui vous sont bien entendu spécifiques, mais nous espérons humblement que ce TOP 10 vous permettra d’y voir un peu plus clair. Enfin, comme cela a été évoqué précédemment, nous nous sommes volontairement cantonnés aux modèles les plus « grand public » (et donc d’un gabarit compact), à l’exception du GLE, mais si vous avez le budget et l’envie d’acquérir un Cayenne Turbo S Hybride ou encore un Q7 e-Tron. Il est certain que ce sont aussi de très bonnes autos !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 623 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

Jonathan LUCK
Publié par
Jonathan LUCK
Commentez cet article

4 commentaires
  • Pourquoi vous ne mettez pas en compétition les suv hybride auto rechargeables. Vous évoquez la Renault austral , mais il y a la Ford kuga la Toyota rav 4 et sans doute d’autre marques
    L’avenir n’est plus à lHybride rechargeable dixit les spécialistes.
    A quand un comparatif réel sur l’hybride non rechargeable
    Merci

  • Bonjour
    je recherche un SUV HYBRIDE NON NON
    RECHARGEABLE, mais il y a pas d’articles sur les classements des hybrides non rechargeable pour quoi ?? dommage !! A vous de jouer.
    A bientôt. Patrick Michel

  • Absence de date de parution de votre article ce qui vous exonère d’avoir oublié le Captur de chez Renault en autre.
    L’hybride rechargeable consomme beaucoup sur autoroute vu la surcharge imposée par le système hybride. Autre inconvénient bien surveiller la charge de la batterie sinon c’est du 9l au 100.
    Finalement payer plus cher pour un engin beaucoup plus lourd tout ça pour mener les enfants à l’école et akller au super marché, je préfère l’hybride simple.

    • Faux. Archi faux et comme d’hab du bashing gratuit de suv… Avez vous un phev ? Pour info , sur du parcours mix/urbain/peri-urbain , batteries vides ( je dis bien ..a plat ! ) je fais du 6.5L au cent avec mon 3008 hybrid 4 de …300cv en systeme hybrid activé.

      Vous avez mieux pour un véhicule de 300 bourrins qui fait moins de 6s au 0-100 et de 1800 kilos ??

      Le seul endroit ou il peut faire du 9L au cent , c’est effectivement batterie vide , sur l’autoroute , chargé avec les enfants a 140Km/h.

      Chose ou , au meme endroit je faisais du 8L au cent avec un picasso de 150 en hdi….

      Bref ….

Pin It on Pinterest

Share This