Comment rendre une LLD ?

À la fin du contrat de LLD, le locataire est tenu de rendre la voiture. À cette étape, les clauses stipulent de rendre l’auto dans un état normal d’usure. Encore faut-il connaître ce que l’on définit comme une usure excessive, et les implications que cela génère. Obtenez avec cet article quelques précisions à ce sujet.

L’inspection du véhicule

 

La location longue durée est un contrat qui s’étend généralement sur une période comprise entre 12 et 60 mois, parfois plus. Après une telle utilisation, il va de soi que la voiture est amortie et s’use quelque peu. Cependant, en fonction du délai et du kilométrage, des critères existent pour évaluer cette usure avant que le client ne rende la voiture en LLD.

Pour mieux les comprendre, le Syndicat national des loueurs de véhicules longue durée (SNLVLD) a publié un guide présentant plus en détail les points d’usure contrôlés. On parle à ce niveau de standard d’usure ou d’état normal d’usure à l’échéance. Parmi les points sur lesquels porte cette grille d’évaluation de l’usure de l’auto, on trouve entre autres :

  • la peinture ;
  • la carrosserie ;
  • le châssis ;
  • les pare-chocs ;
  • les pneus ;
  • les jantes ;
  • les rétroviseurs ;
  • la sellerie ;
  • le pare-brise ;
  • les optiques ;
  • etc.

Les spécialistes peuvent ainsi déterminer si le dommage observé sur l’une de ces parties de l’auto est causé ou dû à une usure normale. Lorsqu’il s’agit d’un dommage causé, mieux vaut prendre vous-même l’initiative de réparer avant de rendre la voiture en LLD. Sinon vous ferez les frais de surfacturations exorbitantes.

 

Le kilométrage

 

L’autre élément déterminant dans la restitution du véhicule à la fin du leasing demeure le kilométrage. Généralement, pour les berlines et citadines, la distance à parcourir en fonction des délais varie entre 6000 et 25 000 km. En termes de coûts, la moyenne est de 0,05 euro/km. Mais dès lors que se produit un dépassement, il n’est pas rare de se voir facturé de l’ordre de 0,40 euro/km.

C’est la raison pour laquelle il vous incombe de déterminer au préalable à quel genre d’utilisation le véhicule servira. Ensuite, il vous sera utile de surveiller votre tableau de bord pour ne pas exagérer en cas de dépassement. Négliger ces aspects vous expose à des surprises désagréables en matière de frais supplémentaires à la fin du bail. Voilà pourquoi vous devez y veiller méticuleusement.

 

La restitution du véhicule

 

Pour éviter les malentendus et les conflits d’intérêts au terme du contrat, mieux vaut préparer la fin de sa LLD à l’avance et se renseigner attentivement sur les clauses de restitution. L’idéal est de vous informer auprès du leaseur des critères sur lesquels se basent l’évaluation avant de contracter. Aussi, à l’approche du jour où vous devez rendre la voiture en LLD, contactez le prêteur pour un premier état des lieux qui vous sera très bénéfique.

Celui-ci pourra déjà vous aiguiller sur les défauts les plus évidents à corriger, et qui à coup sûr n’échapperont pas à l’expert à la restitution. Si vous attendez le jour J, le distributeur vous facturera les réparations qu’il devra entreprendre personnellement, et le montant sera plus élevé, car il tiendra compte de l’immobilisation du véhicule retardant sa revente. Toutes ces procédures ont pour but de présenter un véhicule dans un état d’usure « normal ». Mieux, vous respecterez le délai de restitution et pourrez envisager avec sérénité la suite de la procédure.

 

Nos autres conseils sur la fin de contrat LLD
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !