Marché automobile : juin ne fait pas exception

Camion de livraison Hyundai Kona

Le marché automobile est lui aussi touché par une épidémie. Celle-ci est le ralentissement des ventes des véhicules neufs. Juin signe alors le 13e mois de baisse consécutif.

 

Plus de 14% de diminution

Le mois de juin 2022 marque une baisse des immatriculations des véhicules légers de 14,24% par rapport au même mois en 2021. En effet, il s’est immatriculé 171 089 véhicules ce mois-ci contre 199 508 voitures en 2021.

Cette diminution est inquiétante car d’habitude le mois de juin est une période porteuse pour le marché automobile. À l’approche des départs en vacances, les consommateurs ont tendance à changer de voiture pour partir sereinement en congés. Toutefois cette année, juin n’aura pas été porteuse comme le veut la coutume.

Une tendance à la baisse sur les 6 premiers mois de l’année

Lorsque l’on regarde l’évolution sur les 6 premiers mois de l’année 2022 par rapport à ceux de 2021, la baisse augmente à 16,34%. Un résultat qui se traduit dans les chiffres par un manque de 150 000 véhicules vendus. Faut-il s’attendre à pire pour la deuxième partie de cette année 2022 ? Malheureusement une amélioration ne semble pas s’amorcer.

Des résultats inégaux

Si le constat est alarmant, des constructeurs s’en sortent mieux que d’autres. Ainsi le groupe Renault s’en sort avec une augmentation de 4,09% de ses ventes par rapport à juin 2021, le groupe est bien aidé par les bons résultats d’Alpine et de Dacia ce mois-ci. Nissan de son côté augmente ses ventes de 18,44% en juin 2022, Daimler Mercedes de 12,5%.

Cependant, des constructeurs sont plus en difficulté. C’est le cas de Volvo qui affiche une baisse importante ce mois-ci de 48,52%, Suzuki diminue de 46,52%. Tesla était habituellement en forme mais le constructeur américain marque un recul de 39,80%, Toyota chute de 26,66%. Enfin, pour terminer les baisses de ce mois de juin 2022, Volkswagen marque aussi une diminution de 36,95%.

 

Une reprise à la rentrée ?

Il paraît peu envisageable de voir une reprise des ventes lors des congés d’été de juillet et août. Toutefois, on espère que le marché saurait repartir à la hausse à la rentrée 2022. Pour cela, les constructeurs devront trouver une solution concernant la crise des semi-conducteurs perturbant toujours les délais. Il faut aussi espérer une diminution des prix des carburants permettant aux consommateurs d’épargner pour une nouvelle voiture.

Commentez cet article