Comment fonctionne le leasing voiture ?

Le leasing de voiture est une opération consistant à louer un véhicule plutôt que de l’acheter au comptant. Il offre une alternative avantageuse pour les petits budgets et les professionnels contraints à une utilisation saisonnière. Les amoureux d’automobile qui en changent régulièrement s’y intéressent également. Vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement de cette pratique avant de vous lancer dans les démarches concrètes ? Focus.

 

L’apport initial

 

En termes de leasing, deux variantes définissent la pratique : la LOA et la LLD. En effet, si vous comptez souscrire à une telle opération, vous devez prendre connaissance de l’essentiel des conditions qu’elle impose. L’une de ces exigences reste l’apport initial réservé majoritairement au bail avec option d’achat.

Le loyer majoré, comme certains le désignent, constitue une clause importante du contrat et représente une somme que le client dépose à la signature. Généralement, il varie entre 5 et 15 % du montant réel de l’automobile. Lorsque son taux est élevé, cela peut non seulement amoindrir les frais mensuels, mais ce facteur procure également un avantage certain au moment du rachat de l’auto.

De plus, il est restitué dans l’éventualité où le client ne souhaiterait pas garder le véhicule au terme du compromis.

 

Les mensualités

 

Qu’il s’agisse d’une LOA ou d’une LLD, les clauses d’un leasing de voiture exigent du locataire le paiement de mensualités. Celles-ci obéissent à un calcul effectué sur la base du coût réel d’achat de l’auto, l’apport initial dont le souscripteur se sent capable de s’acquitter ainsi que la valeur résiduelle. Dans le cas d’une location longue durée, ces loyers forment les frais d’utilisation du véhicule. Ils ne sont dans ce cas ni remboursables ni utiles à un quelconque calcul pour la reprise du bien.

Quant à la location avec option d’achat en revanche, ces redevances mensuelles ainsi que l’acompte détermineront la valeur résiduelle pour le rachat de l’auto. Ainsi en jouant sur ce paramètre, l’acquéreur peut calculer ses loyers pour trouver la solution la mieux adaptée à son budget et s’acquitter plus aisément de la somme restante à l’échéance du contrat.

Par ailleurs, notez que, dans le cadre d’une LLD, le souscripteur qui paie ces frais par mois ne supporte d’autre charge que les coûts de fonctionnement du véhicule. Pour une LOA en revanche, en dépit de ces mensualités, le client assume les frais liés à l’entretien du véhicule, à sa réparation et son assurance.

 

Le kilométrage

 

Le kilométrage demeure une clause importante dans un bail auto. Il s’entend de la distance que le contractant accepte effectuer tout au long du mandat. Le kilométrage de base dépendra souvent du type du véhicule sélectionné (une berline essence aura souvent un forfait moins conséquent qu’un SUV diesel par exemple) mais celui-ci peut-être augmenté moyennant un supplément sur les mensualités.

En vue de réaliser des économies, vous devez évaluer le nombre de kilomètres annuels générés par l’utilisation de votre véhicule. Sachez qu’il détermine ce que vous paierez par mois en ce sens que plus la distance est réduite moins votre loyer est consistant. Par ailleurs, notez que le loueur pourra exiger le versement d’indemnités lorsque vous franchissez les limites prévues dans le contrat de leasing.

 

Les frais supplémentaires

 

Sous le vocable de frais supplémentaires, il est question de tout ce que la voiture générera comme charges en dehors des coûts prévus au bail. En la matière, comme mentionné plus haut, le souscripteur à une LLD ne s’emploie qu’aux frais de fonctionnement de l’auto. À cette exigence, le client LOA reste également tenu.

Ainsi, outre les mensualités qu’il verse régulièrement, le contractant à l’option d’achat s’occupe des frais d’entretien. À cela s’ajoute la souscription à une assurance sans oublier les coûts relatifs aux réparations éventuelles. Ces frais ne doivent pas être omis lors du choix de votre leasing, ou ils pourraient bien porter un coup dur à votre budget.

 

La valeur de reprise

 

Dans un leasing de voiture, la valeur de reprise est relative à la LOA qui offre au client la possibilité de racheter le véhicule à la fin du contrat. Il s’agit plus précisément du prix de revient de l’auto après son utilisation durant la période du bail. Le leaseur le déduit du coût réel du véhicule après y avoir soustrait l’apport initial et l’ensemble des mensualités.

Par ailleurs, lorsque la voiture dispose d’une bonne cote, cette valeur résiduelle profite au loueur qui peut en retirer tous les bénéfices.

 

Nos autres conseils sur le leasing :
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !