Carburant HVO : un diesel synthétique plus propre

Voiture en train de faire le plein dans une station-service

La mise en place de ZFE dans plusieurs grandes villes françaises et les nouvelles normes européennes enterrent peu à peu les véhicules à moteur thermique. Des technologies plus propres comme l’électrique sont alors privilégiées et fortement encouragées, tandis que l’avenir de l’hybride demeure flou. Toutefois, certains professionnels du secteur ne souhaitent pas abandonner ces types de carburants et se penchent alors sur des solutions alternatives, à l’image du diesel synthétique. Comment fonctionne-t-il et surtout, que vaut-il ? On vous en dit plus dans cet article !

Écoutez ce guide en podcast 🎧

Qu’est-ce que le diesel de synthèse ?

Un carburant est généralement qualifié de synthétique lorsqu’il dérive d’une origine renouvelable. Il y a quelques mois, nous vous parlions déjà de l’un d’entre eux, l’essence synthétique, une solution d’ailleurs retenue et étudiée par le constructeur automobile Porsche.

Cette fois-ci, ce sont plusieurs laboratoires qui ont tenté de fabriquer du gazole de synthèse et les résultats ont été probants puisqu’est né le carburant HVO ou « Hydrotreated Vegetable Oil » (huile végétale hydrotraitée). Il est souvent surnommé le Diesel bleu à cause de sa couleur.

Comment est fabriqué le carburant HVO ?

D’après TotalEnergies, le diesel synthétique est fabriqué à partir d’huiles végétales durables ou à partir de retraitement des déchets tels que :

  • les graisses animales ;
  • les huiles de cuisson ;
  • les huiles résiduelles…

Pour obtenir du carburant, des molécules d’hydrogène sont ajoutées au produit pour obtenir des chaînes d’hydrocarbures. Il s’agit alors d’un gazole paraffinique de synthèse, certifié durable et qui répond conformément à la directive énergies renouvelables de l’Union européenne.

Attention, il ne faut pas confondre le diesel HVO avec le biodiesel (B7, B10, B30, B100), qui est déjà utilisé en France et disponible dans plusieurs stations-service pour équiper certaines flottes de véhicules.

Station-service

Quels sont ses avantages et inconvénients ?

Si le diesel est largement décrié, son homologue de synthèse, lui, dispose de nombreux points forts, à commencer par son impact environnemental. En effet, à quantités brûlées égales, le carburant HVO libérait jusqu’à 65 % d’émissions de CO2 en moins et les rejets de particules fines seraient réduits de 85 %. Autre point majeur, les émissions de NOx seraient, quant à elles, quasi nulles.

Le diesel de synthèse avance alors des arguments de taille et sur l’ensemble de son cycle de vie, il permettrait également de réduire d’au moins 50 % et jusqu’à 90 % les émissions de CO2 par rapport à un carburant standard. De même, il s’avère compatible avec tous les moteurs diesel existants, qu’ils soient récents ou non, et ne nécessite aucune adaptation des véhicules ou infrastructures de distribution. Il s’utilise également en remplacement, en mélange ou en alternance du diesel traditionnel.

Toutefois, tout n’est pas tout rose avec le carburant HVO et il s’avère alors plus cher que le diesel traditionnel. Par exemple, en Belgique, où l’on peut déjà le trouver dans certaines stations-service, le prix au litre grimpe à 2,86 euros contre 1,55 € en moyenne pour le diesel B7 en France. Tout comme avec l’E85, une hausse de la consommation, de 5 à 10 %, est estimée par rapport au gazole traditionnel.

Le diesel synthétique, une solution d’avenir ?

Alors qu’en France ce type de carburant n’est pas encore autorisé, ce n’est pas le cas chez certains de nos voisins européens. L’on retrouve en effet plusieurs stations disposant du diesel synthétique HVO aux Pays-Bas ou encore en Belgique. Au total, l’on en comptabiliserait plus de 500 dans le monde, preuve que le secteur n’est pas encore prêt à abandonner totalement les carburants traditionnels. Nous l’avons vu, cette solution présente plusieurs points forts non négligeables, notamment en ce qui concerne son impact sur l’environnement.

Que ce soit l’essence ou le diesel, de nombreux acteurs tentent de trouver des solutions alternatives et aussi propres que l’hybride ou l’électrique. Reste à savoir comment vont évoluer les diverses normes mises en places à l’échelle nationale, mais aussi européenne pour limiter, puis interdire les carburants fabriqués à partir d’énergies fossiles.

L’essentiel à retenir

D’origine renouvelable, le diesel synthétique, ou carburant HVO, dispose d’un véritable potentiel à l’heure de la transition écologique. Bien qu’il entraîne une surconsommation et que le prix à la pompe soit plus élevé, il est compatible avec la grande majorité des véhicules, ces derniers ne nécessitant d’ailleurs que très peu de modifications. De manière générale, les carburants de synthèse restent néanmoins complexes à produire, mais ont aussi un coût de production plus élevé.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 37 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 
Jordane
Publié par
Jordane
Commentez cet article

1 commentaire
  • Le CO2 émis provient de la combustion d’un carburant fabriqué à partir de graisses animales, huiles de cuisson (végétales) ou huiles de récupération(fossiles?). Dans les deux premiers cas ne peut-on parler de neutralité carbone puisque le CO2 produit ne provient pas d’hydrocarbure fossile?

Pin It on Pinterest

Share This