La Toyota Aygo aura bien une descendance

Toyota Aygo

Toyota a confirmé travailler sur la prochaine génération d’Aygo, mais surprise, elle ne se convertira pas à l’électrique.

Comme ont pu le confirmer différentes photos espions ayant fuité sur les sites spécialisés, Toyota travaille bien pour offrir une descendance à son Aygo. Elle sera une des rares survivantes de la catégorie des minicitadines puisque ce segment est amené à se réduire comme peau de chagrin. En effet, dépolluer un moteur thermique coûte cher, tout comme une électrification. Un surcoût difficile à faire passer sur une auto ayant pour vocation d’être le plus accessible possible.

Châssis de Yaris

Plateforme Toyota TNGA

Chez la concurrence, Renault a déjà confirmé ne pas donner de descendance à sa Twingo (remplacée par la version de série du concept R5 électrique) quand Peugeot et Citroën ont aussi communiqué sur le fait d’arrêter les 108 et C1. Formant auparavant un trio avec ces deux dernières, Toyota va devoir se tourner vers une autre plateforme pour développer sa citadine à moindres frais. C’est finalement la récente TNGA-B de la Yaris et de la future Yaris Cross qui a été choisie, moyennant une réduction de l’empattement. Cela devrait permettre à cette plateforme de passer le cap des 500 000 unités produites par an, permettant des réductions d’échelle importantes.

La future Aygo sera toujours produite en République Tchèque, dans l’usine de Kolin. Autrefois propriété de PSA (désormais Stellantis), elle assemble aujourd’hui le trio de puces franco-japonaises sous la direction exclusivement de Toyota. Comme pour s’émanciper davantage de la mouture actuelle qui partage ses soubassements avec Peugeot et Citroën, l’Aygo devrait à priori changer de patronyme.

Toyota Aygo logo

Pas d’électrification au programme

Sous son capot, pas de motorisation électrique ou même hybride (simple ou rechargeable). Afin de limiter les coûts de production et de proposer un prix de vente cohérent, celle qui prendra la succession de l’Aygo n’aura droit qu’à des moteurs thermiques. On pourrait ainsi retrouver l’actuel trois cylindres 1.0 développant 68 ch auquel pourrait être accolé un système de microhybridation afin de baisser ses émissions de C02 à moindre coût, à moins que Toyota ne choisisse un autre bloc, plus récent.

Sa présentation est prévue pour l’automne quand sa commercialisation devrait intervenir début 2022.

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article