Quelle est la différence entre un courtier et un mandataire auto ?

Les différences entre courtier et mandataire auto sont souvent méconnues. Ces deux professionnels de l’importation automobile ont un but commun : vous permettre d’acquérir une voiture à petit prix. Seulement, pour y parvenir, les deux ont une approche qui diffère. Pour vous aider dans votre choix, nous allons évoquer ces points de divergence, parler de contrat, d’intermédiaire mais aussi d’impôts ! Quel est le rôle de chacun ?

Le rôle du mandataire auto

Commençons par le mandataire. Tout d’abord, il en existe deux types. D’une part, il y a le mandataire transparent et d’autre part, le mandataire opaque. Mais ne prenez pas peur à l’énonciation des termes : les deux agissent dans la légalité et dans votre intérêt ! Le mandataire opaque joue le rôle de négociant. Il achète des stocks de véhicules, aussi bien auprès de réseaux européens des constructeurs ou bien à l’occasion d’un déstockage. Il peut aussi recevoir des commandes particulières de clients, c’est ce que l’on appelle un mandat.

Dans les deux cas, le mandataire opaque fait l’acquisition des véhicules avant de les vendre au client, dans un second temps. Cela permet de limiter les démarches pour le client puisque ce dernier n’aura pas à se charger des formalités suite à une éventuelle importation. Le mandataire ne facture pas sa prestation en plus, celle-ci est incluse dans le prix affiché au client.

Les mandataires transparents, quant à eux, ont un mode de fonctionnement similaire à celui des courtiers. C’est donc une formule clé en main qui s’apparente à un achat en concession : l’acheteur commande sa voiture auprès du mandataire, qui va faire l’acquisition du véhicule pour le revendre à son client immatriculé et prêt à être utilisé.

Les différences avec un courtier auto

Les courtiers autos, au même titre que les mandataires transparents, font l’intermédiaire entre un vendeur et un acheteur. Ce professionnel, qui dispose d’un réseau tout comme le mandataire, trouve un véhicule qui répond au cahier des charges de son client. Cette mise en relation peut impliquer la réalisation de démarches, comme l’obtention d’un quitus fiscal, ou le calcul de la TVA et sa régularisation pour procéder à l’immatriculation de l’auto.

Cependant, le courtier ne sera jamais propriétaire du véhicule en question. La commission de ce dernier est alors à régler à part. Elle peut être d’un montant fixe ou bien correspondre à un pourcentage du prix d’achat du véhicule en question. Le courtier est donc avant tout dans le conseil et l’accompagnement mais il ne prendra pas part à la transaction. Le client disposera alors d’une facture du vendeur et une seconde du courtier.

L’essentiel à retenir

La différence entre courtier et mandataire auto tient donc du fait que le second joue la carte d’intermédiaire en revendant le véhicule au client. Cette action permet de libérer le client de procédure qui peuvent s’avérer contraignantes pour un non-initié. Le courtier réalise ce même travail de recherche mais son champ d’action porte sur les conseils et l’accompagnement. Sa prestation est donc à régler en supplément de l’achat qui lui, est réalisé directement auprès du vendeur de votre nouvelle voiture.

 Ces articles vont aussi vous aider 
Publié par
Yann
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !