Comment bien choisir sa voiture hydrogène ?

Toyota Mirai devant une station hydrogène

Lorsque l’on parle de véhicules propres, les voitures électriques et hybrides sont souvent évoquées. Parfois dans l’ombre, les voitures à l’hydrogène sont souvent laissées de côté. On attribue à aux voitures fonctionnant avec ce carburant l’avantage de ne rejeter que de l’eau et donc d’être non polluantes pour l’environnement. À tort ou à raison ?

Quels sont les arguments de l’hydrogène face à l’électrique ?

Une voiture fonctionnant à l’hydrogène dispose en réalité d’un moteur électrique relié à une pile à combustible et une batterie. Le principal intérêt est de ne pas rejeter de gaz à effet de serre (CO2) tout en montrant des aptitudes à évoluer sur tous les terrains. Contrairement à la voiture électrique, celle fonctionnant à l’hydrogène ne surconsomme pas sur autoroute. En plus d’un grand confort d’utilisation et de recharges très rapides, ce sont des voitures très fiables et endurantes. À l’inverse, le poids est élevé en raison des batteries et le prix d’achat demeure élevé.

Y a-t-il des infrastructures adaptées près de chez vous ?

Les stations proposant de l’hydrogène sont encore peu répandues dans l’hexagone. La raison vient du fait que ces véhicules sont encore très minoritaires. De plus, tous les modèles n’ont pas les mêmes exigences. Certains ont besoin d’une pression particulière pour pouvoir effectuer un plein, d’autres non. Même si les stations existent sur le territoire, il est recommandé d’effectuer des recherches au préalable. Mais rassurez-vous : l’offre de points de recharge s’étend d’années en années.

Les modèles disponibles sur le marché

Toyota Mirai

Toyota Mirai II

Remplaçante de la version commercialisée depuis 2015 avec un style pour le moins clivant, la Toyota Mirai de seconde génération prend la forme d’une grande berline de 4,97 mètres au design moderne et élégant. La Mirai vise une autonomie de 500 kilomètres WLTP avec un seul plein d’hydrogène qui ne prend que quelques minutes, là où les voitures électriques ont besoin d’au moins une trentaine de minutes. Premier véhicule de grande série à proposer l’hydrogène à tous, la Toyota Mirai a su trouver son public sur un marché encore assez confidentiel.

Hyundai Nexo

SUV Hyundai Nexo

Dès 2018, Hyundai a proposé sa première voiture à hydrogène : le Nexo. Il s’agit d’un SUV compact long de 4,67 mètres, au style futuriste, qui a pour vocation de séduire les familles. Il dispose d’un moteur électrique de 163 chevaux alimenté par une pile à combustible, de trois réservoirs pour une contenance de 156 litres, ce qui permet une autonomie de 666 kilomètres. Les volumes de vente sont convaincants et la technologie est déjà bien au point puisque le constructeur coréen proposait précédemment le ix35 Fuel Cell.

Honda Clarity Fuel Cell

Honda Clarity Fuel Cell

Enfin, la Honda Clarity Fuel Cell est une routière de 4,89 mètres, commercialisée depuis 2016. Le style est élancé afin d’optimiser l’aérodynamisme, et le moteur développe une puissance de 176 chevaux tout en proposant une autonomie de presque 700 kilomètres. Elle dispose pour cela de deux réservoirs à 700 bars de pression. À noter toutefois que ce modèle n’a jamais été officiellement commercialisé dans l’hexagone, ainsi, à moins d’avoir recours à l’importation, vous ne le trouverez pas chez les distributeurs officiels Français.

Un véhicule hydrogène est-il éligible au bonus écologique ?

Puisqu’elles ne rejettent pas d’émissions de CO2, les voitures hydrogène sont éligibles au bonus écologique maximal proposé par l’état : 6 000 €. Néanmoins, il convient de nuancer. L’aide de 6 000 € n’est proposée qu’aux particuliers pour un véhicule vendu au prix maximum de 45 000 € TTC. Au-delà, l’aide descend à 3 000 €. Le montant du bonus est directement déduit de la facture du concessionnaire, ce qui simplifie les démarches. La plupart du temps, vous n’aurez donc pas à vous en soucier. Si le bonus n’est pas déduit, vous devrez réaliser vous-même la démarche auprès de l’Agence de services et de paiement (ASP) qui régularisera la situation par la suite.

La fiabilité

Enfin, la fiabilité des voitures fonctionnant à l’hydrogène est difficile à établir. Ce sont des véhicules peu répandus et utilisés dans des cadres spécifiques. Les retombées que nous avons sont cependant positives et mettent en lumière une fiabilité remarquable. Par ailleurs, les concessionnaires proposent d’importantes garanties sur ces véhicules, un gage de sécurité supplémentaire. La conception mécanique étant moins complexe que celle d’un véhicule thermique (pour rappel les voitures hydrogène utilisent un moteur électrique), les risques de pannes sont fortement amoindris.

L’essentiel à retenir

  • Bien que rares sur le marché, les voitures à l’hydrogène ne manquent pourtant pas d’intérêt.
  • Plus chères à l’achat, elles pourront s’avérer économiques à l’usage comme à l’entretien.
  • Par rapport aux voitures électriques, elles offrent une plus grande polyvalence, de meilleures aptitudes sur autoroute comme en ville !

Crédit photos : NBKF, Tokumeigakarinoaoshima, Y.Leclercq, Alexander Migl

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Publié par
Yann
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !