Les modèles électriques bientôt moins chers que les voitures thermiques ?

Opel Corsa-e électrique 2019

Avec la baisse du prix des matières premières, les voitures électriques pourraient voir leur prix baisser jusqu’à rejoindre le prix de leurs homologues thermiques entre 2025 et 2027.

Les voitures électriques sont aujourd’hui fortement mises en avant par les constructeurs, ceci dans le but de respecter les normes d’émission imposées par l’Union Européenne. Si elles possèdent de nombreux avantages, comme un silence de fonctionnement inégalable, ou encore un  »plein » nettement moins onéreux (du moins pour l’instant), de nombreux freins s’opposent encore à leur large diffusion.

En effet, les infrastructures de recharges sont encore insuffisantes et l’autonomie, bien qu’ayant fortement augmenté ces dernières années, reste encore limité. Enfin, un des principaux arguments contre les autos électriques le prix et bien évidemment leur tarif : un modèle 100 % électrique est encore bien plus cher que son équivalent thermique. Et si les aides sont aujourd’hui encore assez importantes pour combler, en partie, cet écart important, elles vont se réduire avec le temps. Il est déjà prévu que le bonus écologique, aujourd’hui de 7 000 €, passe à 6 000 € au premier juillet prochain, puis à 5 000 € en 2022 et 4 000 € en 2023.

L’électrique moins cher que l’essence après 2027 ?

Mais cette baisse pourrait être compensée par une bonne nouvelle : le tarif des autos électriques devrait rejoindre celui des modèles thermiques. C’est en effet ce qu’indique une récente étude menée par Bloomberg New Energi Finance pour l’ONG Transport & Environnement. Cela pourrait arriver plus vite que prévu puisque ce croisement pourrait être effectif entre 2025 et 2027 suivant les catégories. Encore mieux, au-delà, les autos électriques seraient même moins chères que leurs homologues essence et diesel.

Cette petite révolution est due à plusieurs facteurs. Tout d’abord, le prix des batteries va chuter. Cela a déjà commencé par une diminution de leurs tarifs de 89 % en 10 ans (entre 2021 et 2020). Mais si l’augmentation de la demande devrait continuer de réduire les coûts de production des batteries est donc leur prix, cela sera tempéré par l’augmentation des prix des matières premières (elles aussi logiquement en forte demande).

Les volumes de production vont aussi participer à cette baisse en étant considérablement augmenté. Avec des ventes de plus en plus nombreuses, une tendance qui n’est pas près de s’arrêter, les économies d’échelle vont être importantes. Les plateformes conçues spécifiquement pour les autos électriques coûtent chères à concevoir, mais avec le partage des châssis pour plusieurs modèles d’un même groupe, les économies peuvent être importantes (à l’image de la plateforme MQB chez Volkswagen, prévue pour se décliner en plusieurs tailles et que l’on peut déjà retrouver sur les ID.3 et ID.4 ainsi que chez Skoda avec l’Enyaq iV).

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article