Total change de nom pour devenir TotalEnergies

TotalEnergie

Depuis fin mai, Total a laissé la place à TotalEnergies. Le pétrolier change de nom pour mettre en avant son exploitation désormais tournée vers le multi-énergie et la transition écologique.

Alors que la transition écologique est actuellement en cours en Europe, voir dans le monde en général (à des échelles diverses), l’image des pétroliers ne cesse de décroitre. Total a donc décidé de changer son patronyme, trop attaché à l’univers exclusif du pétrole, pour devenir TotalEnergies. À travers cette évolution, le groupe français souhaite davantage mettre l’accent sur le multi-énergie et surtout, sur les énergies vertes et renouvelables. Ces changements ont été votés à la quasi-unanimité lors de l’Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire ayant eu lieu fin mai et actant le nouveau nom de TotalEnergies.

Une moindre dépendance au pétrole comme objectif

Patrick Pouyanné, Président Directeur Général de TotalEnergies explique : « L’énergie c’est la vie. Nous en avons tous besoin et elle est source de progrès. Alors aujourd’hui, pour contribuer au développement durable de la planète face au défi climatique, nous avançons, ensemble, vers de nouvelles énergies. L’énergie se réinvente et ce chemin des énergies, c’est le nôtre. Notre ambition est d’être un acteur majeur de la transition énergétique. C’est pour cela que Total se transforme et devient TotalEnergies ».

Ce dernier a aussi annoncé que le groupe compte à présent utiliser ses revenus issus du pétrole afin de financer les autres énergies et donc sa diversification. Dans 10 ans, TotalEnergies prévoit que le pétrole ne représentera plus qu’un tiers de ses productions et de ses ventes. À terme, le gaz naturel et les biogaz en représenteront environ la moitié tandis que l’électricité, dite verte et renouvelable, comptera alors pour 15 %.

Un logo énigmatique

 

logo TotalEnergie

En plus de ce changement de nom, TotalEnergies bénéficie aussi d’un nouveau visuel. Si l’ancien représentait assez clairement une sphère composée de trois bandes, le nouveau logo fait plus « simple », voire simpliste. Si l’on reconnaît bien les initiales « T » et « E » de la nouvelle entité, le dégradé de couleur censé faire référence aux multiples énergies est en revanche moins explicite.

Les concurrents que sont et ExxonMobil Chevron (respectivement première et deuxième compagnie pétrolière aux Etats-Unis) ont aussi été sollicités par leurs actionnaires respectifs de préciser leur feuille de route sur la transition écologique. Pour les grandes entreprises pétrolières ce passage obligé, en plus d’être environnementale, devient aussi financier avec la mise au ban des produits issus de cette industrie, de plus en plus mal vue.

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article