Une boîte noire dans nos voitures neuves à partir de 2022

Accident voiture

Dès le mois de mai 2022, tous les nouveaux véhicules vont devoir être équipé d’une boîte noire. Enregistrant les paramètres de conduite (vitesse angle du volant etc.) , elles permettront une meilleure compréhension des accidents.

Aujourd’hui, de nombreux équipements, souvent relatifs à la sécurité, sont obligatoires dans nos autos. On peut citer par exemple l’ABS, l’ESP, les capteurs de pression de pneus, ou encore les ceintures de sécurité et les airbags.

Cet arsenal sera complété par l’installation obligatoire d’une boîte noire dans tous les nouveaux modèles commercialisés à partir de mai 2022. Il sera par la suite étendu à tous les modèles existants en mai 2024.

Les données de conduites enregistrées

Une fois installé cet « enregistreur de données d’événement » mémorise toutes les 5 secondes différents paramètres de conduite du véhicule. Les données prises en compte sont notamment la vitesse, l’activation ou non des freins, l’angle du volant, la force de la collision, le port de la ceinture de sécurité ou encore le régime moteur. Seuls les paramètres de l’auto seront enregistrés par la boîte noire, les bruits provenant de l’habitacle (volume de la radio / musique, conversations etc.) ne pourront pas être consignés. Installée de façon à être inaccessible par le conducteur, elle ne pourra pas être désactivée par ce dernier.

Devant permettre l’amélioration des connaissances des causes d’un accident, les données enregistrées par la boîte noire ne pourront être exploitées que par les forces de l’ordre.

Un dispositif anonyme

Voté en 2019 par les élus européens et le conseil européen des ministres, le texte de loi indique que l’ensemble des données sauvegardées devra être anonymisé :« aucune information qui pourrait permettre l’identification individuelle du véhicule concerné, de son propriétaire ou de son détenteur ». De plus, il est aussi précisé qu’aucune information ne pourra être transmise aux compagnies d’assurances, une crainte qui avait été formulée par de nombreux automobilistes.

En plus de ce nouveau dispositif, 2022 verra la mise en place obligatoire d’autres équipements de sécurité comme :

  • facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage
  • système d’adaptation intelligente de la vitesse
  • systèmes d’alerte de somnolence et de perte d’attention du conducteur
  • systèmes d’alerte avancés de distraction du conducteur
  • signaux d’arrêt d’urgence
  • systèmes de détection en marche arrière
  • système précis de surveillance de la pression des pneumatiques
  • coordonnées GPS de l’accident

Bien que les députés aient indiqué qu’il ne devrait pas y avoir « de hausse sensible des prix pour les consommateurs », les constructeurs ont déjà annoncé que cette hausse de l’équipement va entraîner un surcoût des futures automobiles.

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article