Essai de l’Alpine A110 : la sportive chic et française

Essai auto de l'Alpine A110

Plus polyvalente que la version Pure, cette Alpine A110 Légende est-elle idéale pour le quotidien ? C’est la question à laquelle nous avons souhaité répondre en l’essayant, sur les jolies routes normandes. Découvrez notre essai auto de l’Alpine A110.

Quatre ans déjà qu’Alpine est née pour la seconde fois, vingt ans après avoir disparu, en 1955. C’est en 2017 que la firme dieppoise avait fait son grand retour, avec une toute nouvelle A110 revue en profondeur, alors révélée à l’occasion du salon de Genève. Mais en réalité, cela faisait déjà un petit bout de temps que la marque travaillait à son retour, avec la présentation en 2010 du premier concept d’une longue série. Il s’agissait alors du Renault DeZir, qui annonçait sans vraiment le dire le retour de la berlinette. Deux ans plus tard débarquait la Renault Alpine A110-50, un concept légèrement plus concret, officialisé à l’occasion du 50e anniversaire de la sportive originelle. Mais ce n’est en réalité qu’en 2015 que l’on commençait à y voir un peu plus clair, avec la présentation de l’Alpine Célébration, un an avant l’Alpine Vision, montrant de manière très précise les lignes de la version de série. Une campagne de teasing à très grande échelle s’étalant sur de nombreuses années, alimentant alors toutes les rumeurs.

Il faut dire que depuis longtemps, la perspective du retour de la marque était pour le moins excitante, d’autant plus que le marché français ne possède aucun vrai petit coupé sportif du genre. Forcément, lorsque l’auto définitive fut lancée, les 1955 exemplaires de la version de lancement Première Edition se vendirent comme des petits pains. Passé l’euphorie, Alpine lança deux nouvelles versions dans sa gamme, baptisées Pure et Légende. Derrière ces appellations, deux personnalités bien différentes, l’une plus radicale, l’autre plus adaptée au quotidien, dans un parfait compromis entre sport et confort. C’est justement celle-ci que nous avons décidé d’essayer en ce début d’année, en l’emmenant alors faire une petite balade sur les jolies routes de la Normandie. Un week-end résolument placé sous le signe de l’évasion Made in France, histoire de changer un peu d’air en cette période compliquée. L’occasion également de tester cette version dans son habitat naturel et en conditions réelles, alors qu’elle promet d’être polyvalente, sans rogner sur le confort. Pari réussi ? C’est ce que l’on va voir !

Embarquez avec nous pour cette balade pluvieuse en Alpine A110, entre Arromanches et Bayeux !

Extérieur et design de l’Alpine A110

Une chose nous frappe en premier lorsque l’on regarde cette Alpine A110 Légende : elle ne fait vraiment pas son âge. En général, passé trois ans, beaucoup de modèles s’apprêtent déjà à subir un restylage, ce qui ne semble pas être le cas de la berlinette, qui reste malgré tout toujours dans l’air du temps. Son look intemporel, avec juste ce qu’il faut de néo-rétro séduit toujours autant, comme nous l’avons constaté lors de notre essai, alors que beaucoup de têtes se tournaient sur son passage. C’est confirmé, l’auto ne laisse absolument personne indifférent, des piétons aux cyclistes, en passant par les conducteurs de gros SUV et autres autos en opposition totale avec la philosophie de la sportive. Bien sûr, le style reste assez affirmé, avec ses quatre optiques rondes rappelant la version originelle, donnant à l’auto une bouille de grenouille reconnaissable entre mille. Ici, les équipes en charge du design ont joué à fond sur la corde de la nostalgie et l’on peut dire que cela fonctionne ! À noter que cette version est également équipée d’un pack Héritage optionnel, se distinguant par la barrette chromée sur le capot, mais qui n’est néanmoins plus proposée au catalogue.

Car ce qui caractérise avant tout cette Alpine A110 Légende, c’est justement son côté vintage exacerbé, mais pas ringard pour un sou, qui se traduit également par des jantes de 18 pouces au design très particulier, comme tout droit sorti du passé. Rassurez-vous, il est tout à fait possible de choisir un autre modèle en option et d’opter par exemple pour une monte Fuchs de 18 pouces en fer forgé, pour laquelle il faudra néanmoins débourser plus de mille euros tout de même. Avec un style affirmé, mais sobre et raffiné, l’Alpine A110 se suffit à elle-même et propose une palette de couleurs assez restreinte, faite de teintes discrètes, comme le gris Tonnerre de notre essai, facturé 840 euros. Notre préférence ira toutefois vers le superbe bleu Alpine, pour lequel il faudra néanmoins ajouter 1 800 euros à la facture finale. De dos enfin, le coupé reste là encore très sobre, mais affiche une petite touche d’originalité avec ces jolis feux à LED en forme de X. Enfin, la sortie d’échappement hexagonale nous rappelle quant à elle la Renault Mégane RS.

Poste de conduite et habitabilité de l’Alpine A110

Une fois à bord de cette Alpine A110, nous sommes frappés par l’ambiance qui règne à bord, prouvant que l’auto est avant tout faite pour tailler la route. Impossible de résister à l’envie de s’installer dans les sièges sport en cuir brun signés Sabelt, qui sonnent comme une véritable invitation au voyage. Car non contents d’être chauffants, ils s’avèrent également très confortables, tout en offrant un excellent maintien latéral. Une combinaison parfaite, bien que l’on regrette les réglages uniquement manuels. Si ce détail n’est pas très grave en soi, c’est dommage tout de même compte tenu du prix de l’auto. Cependant, nous sommes rapidement absorbés par la qualité de cet habitacle, à la fois haut de gamme et sportif, grâce à ses inserts en fibres de carbone et ses surpiqûres bleues. Toutefois, si les nombreux éléments repris de la gamme Renault sont loin d’être choquants et sont sans doute la condition d’existence de cette voiture, on déplore cependant une forte présence de plastiques durs. On sent en effet qu’Alpine a souhaité faire des économies et cela se ressent dans certains aspects.

Certains détails restent néanmoins très sympas, comme la boîte installée entre les deux sièges, profitant d’un intérieur matelassé. Celle-ci fait partie du pack Rangement optionnel facturé 504 euros qui n’est alors pas de trop, tandis qu’il faudra composer avec l’absence de bacs de portières et de porte-gobelets. Dommage pour une voiture qui a vocation à être utilisée tous les jours, mais aussi pour partir en voyage et faire de longs trajets. Car si l’ensemble est très flatteur visuellement et que l’habitacle s’avère plutôt spacieux pour les occupants, on reprochera néanmoins un certain manque de praticité et d’ergonomie sur certains aspects. C’est notamment le cas du côté du système d’info-divertissement, un peu trop daté par rapport au positionnement premium de l’auto. Car outre l’aspect visuel assez décevant, on regrettera également l’absence d’Apple CarPlay et d’Android Auto. En revanche, le système Alpine Telemetrics, proposé en option est assez sympathique, sans être indispensable pour autant. Enfin, il faudra composer avec un coffre avant affichant 100 litres, associé à un second à l’arrière, d’une capacité de 96 litres.

Que vaut l’Alpine A110 sur la route ? Essai en conduite

Passé cette présentation, il est désormais temps de s’installer derrière le volant de l’Alpine A110 Légende et d’appuyer sur le bouton rouge, situé au milieu de la console centrale et donnant l’impression de démarrer une vraie supercar. À cet instant, le quatre cylindres 1,8 litre turbocompressé s’éveille dans un discret grognement plutôt flatteur pour les oreilles. Un son qui laisse alors présager de très bonnes choses pour le reste de l’essai, bien qu’il nous faille encore faire quelques tours de roue supplémentaires pour vraiment apprécier l’auto que nous avons entre les mains. Mais il faut bien l’avouer, il est difficile de résister à la tentation d’accélérer le rythme, alors que la sportive dieppoise ne demande qu’une chose : se dégourdir les roues sur des petites routes sinueuses à souhait, à des vitesses pas forcément très réglementaires, avouons-le. Et cela tombe plutôt bien, parce que des routes comme cela, on en a rencontré pas mal durant notre prise en main. Et en ce qui concerne la vitesse, nous ne nous étalerons pas sur le sujet, mais vous vous douterez bien qu’il était parfois difficile de respecter les règles en vigueur.

Car cette Alpine A110 est en vérité un vrai piège à permis, son agilité, sa légèreté et sa puissance constituant alors un dangereux cocktail pour notre petit papier rose. Car dès les premiers tours de roue, on se rend compte que l’auto cumule ces trois qualités, et surtout, qu’elle en a dans le moteur, situé en positon centrale arrière. Celui-ci est le même que celui de la Renault Mégane RS, mais diffère néanmoins en termes de puissance, culminant alors à 252 chevaux pour notre modèle d’essai, contre 280 pour la compacte, tandis que l’A110 S est quant à elle affichée à 292 équidés. Avec une répartition des masses quasi parfaite, la sportive dieppoise profite alors d’un comportement équilibré, néanmoins très fun, rendant la conduite sûre, mais amusante. Le train arrière est en effet mobile, rendu encore plus joueur par les ingénieurs, ce qui permet alors de nous faire plaisir dans les virages, si jamais l’envie nous prend, sans pourtant se faire peur, grâce à un excellent châssis. Si l’avant est quant à lui très léger, il faudra néanmoins pousser l’auto dans ses retranchements pour vraiment atteindre ses limites et sentir un léger sous-virage.

Sur une chaussée sèche comme sur des routes humides et plus grasses, l’Alpine A110 Légende se comporte toujours très bien, restant à la fois efficace et très sécurisante, pardonnant alors toutes les petites erreurs de pilotage avec une grande facilité. Mais l’auto ne devient pas pour autant aseptisée, tandis qu’une simple activation du mode Sport permet de booster les sensations, dès lors que le rythme s’accélère, sur les routes sinueuses croisées lors de notre essai. De son côté, la boîte à double embrayage et sept rapports reste très correcte, mais le mieux est encore d’utiliser les palettes, d’autant plus que l’auto propose un vrai mode manuel dont il serait bête de se priver. Le couple arrive quant à lui très tôt grâce à la présence d’un turbo, rendant alors l’auto réactive et assurant d’excellentes reprises en sorties de courbes. Le freinage est de son côté très mordant, assuré par un excellent système Brembo qui aura su faire ses preuves durant notre essai. Enfin, rien à dire concernant le châssis, tout simplement bluffant, alors que l’auto vire à plat dans les virages, même à haute vitesse.

Mais si la Dieppose est à n’en pas douter une vraie sportive, elle sait aussi se faire discrète quand il le faut, avec son échappement moins sonore en mode normal. Développée pour pouvoir être utilisée au quotidien, l’Alpine A110 Légende se montre très polyvalente, avec une suspension bien calibrée, permettant de passer facilement les ralentisseurs sans se faire mal au dos tout en garantissant une prise de roulis maîtrisée. Mais le confort de cette version se traduit également par une insonorisation plus que correcte, gommant la plupart des bruits aérodynamiques ainsi que ceux provenant des roues. S’il peut être difficile de faire de l’Alpine sa voiture principale si vous n’êtes pas célibataire, il n’en reste pas moins qu’elle s’avère tout à fait utilisable au quotidien, grâce également à sa maniabilité en ville. Son seul vrai défaut pourrait alors être son manque de visibilité, notamment à l’arrière, même si cela demeure secondaire. Enfin, et c’est une très bonne nouvelle, l’auto est assez peu gourmande, avec une consommation moyenne affichée à 6,4 l/100 km en cycle mixte. Nous avons de notre côté relevé environ 8,4 litres en conduite très sportive, ce qui reste très raisonnable.

Notes et avis sur l’essai de l’Alpine A110

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Entre la modernité et le néo-rétro, cette Alpine A110 a un style unique et très réussi !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Saine, fun et confortable, elle a tout bon !
Praticité
⭐️⭐️⭐️
Si les occupants sont plutôt bien installés, on regrette le manque d’espaces de rangement dans l’habitacle.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Si son tarif reste assez élevé, l’Alpine A110 affiche des prestations assez cohérentes dans l’ensemble.

Bilan de notre essai de l’Alpine A110

Pas de doute, l’Alpine A110 Légende est donc vraiment une très bonne voiture et peut sans problème être adoptée comme daily, malgré un certain manque de praticité sur certains points. Idéal pour arriver au travail avec le sourire, le coupé français regroupe toutes les qualités qui font une bonne sportive : la légèreté, l’agilité et les sensations, sans parler du bruit assez sympathique de son échappement. Sans faire de compromis, l’auto est à la fois sportive et assez confortable, avec en prime un comportement ultra-sain. Seul son intérieur est légèrement en dessous des attentes, de même que son système d’info-divertissement, mais le reste s’avère dans l’ensemble largement à la hauteur et en cohérence avec le prix affiché, à partir de 62 100 euros. L’essayer, c’est l’adopter !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 18 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This