Essai de la BMW Série 4 Coupé : nouvelle hélice

Essai auto de la BMW Série 4 Coupé

Présentée l’an dernier, la 2e génération de la BMW Série 4 Coupé incarne un véritable bouleversement pour la marque, qui inaugure un nouveau langage stylistique. Mais dans quelle mesure le coupé évolue-t-il ? Nous en avons pris le volant pour le savoir. Découvrez notre essai auto de cette BMW.

Cela faisait déjà six ans que la BMW Série 4 était présente sur le marché et forcément, il commençait à être temps de passer à une nouvelle génération, alors que la précédente commençait quand même à prendre un peu d’âge malgré tout. Surtout lorsque l’on sait que sa rivale, l’Audi A5 a été restylée un peu plus tôt et que Mercedes vient de révéler sa nouvelle Classe C. Pour l’occasion, la marque bavaroise n’a donc pas fait les choses à moitié, en offrant à son coupé une toute nouvelle génération, revue en profondeur par rapport à ce que l’on connaissait jusqu’à présent. Celle-ci apporte alors une vraie bouffée d’air frais à une gamme d’ordinaire réputée pour son grand sérieux. Mais si l’auto fut dévoilée l’an dernier, on en entend en fait parler depuis fin 2019, alors que fut révélé au salon de Francfort le Concept 4, une étude de style préfigurant le coupé que l’on connaît actuellement. À l’époque, son style pour le moins original avait déjà fait couler beaucoup d’encre…

Pourtant, ne pensez pas que cette nouvelle BMW Série 4 ne se résume qu’à son physique et particulièrement à sa face avant, aussi déroutante soit-elle. Car cette version Coupé de la BMW Série 3 marque en réalité un vrai tournant pour la firme, et ce dans tous les domaines, aussi bien concernant l’esthétique que les technologies embarquées. Et pour cause, l’auto se déclinera très bientôt en une inédite version électrique, baptisée ID.4, qui débarquera un peu plus tard dans la gamme. Mais avant de pouvoir découvrir cette variante bien spéciale, nous avons décidé de nous concentrer sur la Série 4 standard, qui fait donc le plein de nouveautés en tous points. De quoi faire oublier son style particulier ? Sans aucun doute, d’autant plus que l’on finit par s’y faire. Et puis, certaines icônes automobiles ne se sont-elles pas illustrées par leur design original, très clivant à leur sortie ? Reste désormais à savoir si cette BMW Série 4 a tout ce qu’il faut pour en devenir une à son tour et si le comportement routier est au rendez-vous.

Nous vous proposons donc de découvrir l’essai complet de la version 420i, incarnant alors la proposition d’entrée de gamme, équipée ici d’un pack M Sport. Nul doute que cette version devrait être plébiscitée par les clients !

Extérieur et design de la BMW Série 4 Coupé

Si cette nouvelle BMW Série 4 Coupé ne se résume évidemment pas qu’à son style, aussi clivant soit-il, il est néanmoins impossible de ne pas en parler. Très controversé et ayant fait couler pas mal d’encre depuis sa présentation, le design de l’auto a en effet surpris le public comme la presse lors de la révélation du Concept 4 en 2019. En cause, les fameux haricots verticaux et anguleux, assez peu appréciés à en croire les nombreuses critiques, même si l’on ne peut que saluer l’audace de la marque, souvent critiquée pour ses propositions trop conservatrices en termes de style. Cette fois-ci, le constructeur propose donc quelque chose de vraiment nouveau, même si cela reste tout à fait subjectif et que chacun jugera de la pertinence et de l’esthétique de cette nouvelle face avant. Quoi qu’il en soit, on notera que les haricots ont très largement su évoluer au fil des années, alors que ceux de cette nouvelle Série 4 sont en réalité un hommage à la BMW 303 de 1933, avec sa face avant reconnaissable entre mille. À l’arrière, la ligne de toit fuyante rend l’auto dynamique, même si le hayon est un peu lourd visuellement.

On remarquera néanmoins un petit air de famille avec la BMW Série 8, notamment au niveau des feux. Plus longue de 14 centimètres par rapport à la précédente génération, la nouvelle BMW Série 4 affiche également 6 centimètres de plus que la Série 3. Le tout gagne considérablement en dynamisme, alors que cette silhouette devrait sans aucun doute rester dans les annales, comme ce fut le cas pour certains modèles dessinés par le controversé Chris Bangle. C’est tout ce que l’on souhaite à cette auto, qui ne laisse en tout cas personne indifférent. C’est d’ailleurs encore plus le cas avec notre version d’essai en finition M Sport, habillée d’une très élégante carrosserie noire Saphirschwarz, pour laquelle il faudra ajouter 1 090 euros à la facture finale. Cette version sportive se distingue alors par des badges M sur les ailes, un discret kit aérodynamique ainsi que des jantes de 18 bicolores, le tout livré de série. Si celles-ci s’avèrent très belles, elles semblent néanmoins un peu petites par rapport à la voiture. Heureusement, une monte de 19 pouces est également disponible en option.

Poste de conduite et habitabilité de la Série 4 Coupé

Alors que le style extérieur n’a presque absolument rien à voir avec celui de la BMW Série 3 sur laquelle se base cette Série 4, l’intérieur reste quant à lui tout à fait identique. Rassurez-vous, cela est évidemment loin d’être un reproche, car le poste de conduite de la berline est déjà très bien conçu, avec des commandes installées là où il faut et très faciles à utiliser, sans avoir besoin d’un quelconque temps d’adaptation. Bref, l’ensemble est au premier abord très intuitif, ce qui permet à l’auto de gagner des points d’entrée de jeu. De son côté, l’écran tactile de 10,3 pouces est quant à lui très clair et accompagné d’un affichage tête-haute là encore très bien pensé, avec toutes les informations importantes. Autant dire qu’il est quasiment impossible de passer à côté d’une information importante une fois que nous sommes installés derrière le volant du coupé. Globalement, l’ensemble reste ici très sérieux, mais efficace, sans oublier un certain esthétisme. La qualité perçue s’avère quant à elle toujours très satisfaisante, dans la lignée des autres modèles de la gamme.

Les finitions et les ajustements sont de leur côté excellents, tandis que les matériaux sont de très bonne facture. Il faudra néanmoins aller faire un petit tour du côté du catalogue des options pour profiter d’une sellerie en cuir, auquel cas il faudra se contenter d’une sellerie en tissu très classique, dont la qualité est toutefois très bonne. Les sièges sont quant à eux très confortables et surtout réglables électriquement. Un très bon point, auquel s’ajoute également le fait que ceux-ci sont chauffants. À vrai dire, ce détail est quasiment indispensable dans une auto à la vocation haut de gamme, qui souhaite avant tout chouchouter ses occupants. Mais pas de panique, ceux-ci sont justement très bien installés, à l’avant comme à l’arrière, même si l’accès à la banquette est rendu quelque peu compliqué par la silhouette de la voiture. Si l’espace aux jambes s’avère très correct, les plus grands pourront néanmoins se sentir un peu à l’étroit au niveau de la tête. Enfin, si le coffre de 440 litres perd légèrement en volume, on appréciera cependant l’ouverture plus large.

Que vaut la BMW Série 4 sur la route ? Essai en conduite

En attendant d’autres versions et notamment la nouvelle BMW M4, forte de 510 chevaux, les clients désireux de s’offrir une BMW Série 4 ont le choix entre trois niveaux de puissance. La gamme se compose donc pour rappel d’un diesel de 190 chevaux, également associé à une transmission intégrale xDrive, ainsi que de deux essence, développent alors 184 et 374 chevaux. Nous avons de notre côté décidé de prendre le volant de la version d’entrée de gamme, à savoir la variante baptisée 420i, qui devrait sans aucun doute être celle qui sera la plus vendue. En attendant la déclinaison Gran Coupé, encore plus appréciée par la clientèle, alors qu’elle représente à elle seule pas moins de 75 % des ventes de la famille BMW Série 4. Direction donc la Vallée de Chevreuse et ses routes sinueuses à souhait pour mieux prendre la mesure des capacités du coupé et surtout, pour voir ce qu’il a vraiment sous le capot. En l’occurrence, un quatre cylindres 2,0 litres, développant alors pas moins de 184 chevaux, pour un couple culminant à 300 Nm, de 1 350 à 4 000 tr/min.

De quoi laisser présager une belle polyvalence pour l’auto, même si celle-ci s’adressera plutôt à des conducteurs recherchant avant tout une voiture pour faire de longs voyages, plutôt qu’une vraie sportive à proprement parler. Car ce quatre pattes reste très discret, presque au point de manquer un peu de caractère et de se faire facilement oublier. Mais l’on doit également cela à l’excellente insonorisation de l’auto, un véritable atout sur de longs trajets. En revanche, lorsque l’on souhaite s’adonner à une conduite plus sportive, l’auto peut sembler quelque peu décevante, manquant alors cruellement de dynamisme. Car si la boîte automatique à huit rapports est idéale en conduite coulée, elle a par la suite énormément de mal à suivre le rythme lorsque celui-ci s’accélère. Il faudra user et abuser des palettes au volant pour améliorer la situation, même si cela ne sera pas forcément miraculeux pour autant, car l’accélération reste toujours très linéaire, alors que le 0 à 100 km/h est réalisé en 7,5 secondes. Autant dire que les amateurs de sensations auront tout intérêt à se tourner vers la M440i.

Car c’est avant tout sur les routes droites que notre version d’essai sera la plus à l’aise, bien plus que sur des trajets plus vallonnés. En cause, son poids assez élevé, de l’ordre de 1 525 kilos, mais également ses suspensions, bien trop molles pour pouvoir limiter la prise de roulis. Résultat, l’auto perd considérablement en stabilité et en agilité, et ce même en mode Sport. Il faudra alors opter pour la suspension pilotée, disponible en option pour améliorer quelque peu le comportement de l’auto. Néanmoins, on appréciera l’architecture en propulsion, qui permet de s’adonner à quelques petits dérapages de temps en temps, à condition de faire attention à ne pas laisser l’arrière passer devant, ce qui peut arriver facilement avec cette BMW Série 4. Vous l’aurez donc compris, celle-ci sera bien plus adaptée à des voyages au long cours, offrant alors un confort très appréciable, grâce à un amortissement très souple, bien aidé par les jantes 18 pouces équipant notre version d’essai. Les 300 Nm de couple offrent peu de sensations, mais garantissent néanmoins des reprises assez vives.

Il faudra cependant activer le mode Sport pour profiter d’un caractère légèrement plus dynamique, celui-ci jouant alors un peu sur la réactivité de la boîte de vitesse. Enfin, la direction à démultiplication variable, livrée de série sur la finition M Sport est quant à elle très appréciable au quotidien, tout en améliorant très largement l’expérience de conduite. On notera également l’impressionnant arsenal technologique du coupé, même s’il faudra là encore aller piocher dans l’immense catalogue des options et allonger considérablement le chèque pour vraiment pouvoir en profiter. Notre version d’essai était équipée de nombreux équipements, tels que le régulateur de vitesse adaptatif ACC ainsi que le Drive Assist. Autant d’options presque indispensables sur une telle auto, mais qui risqueront de faire flamber le prix final, un travers que l’on reprochera néanmoins à la plupart des constructeurs allemands. Enfin, le coupé reste relativement frugal, avec une consommation annoncée à 6,3 litres en cycle mixte, tandis que ses émissions de l’ordre de 143 g/km lui feront écoper d’un malus de 260 euros, ce qui demeure plutôt raisonnable.

Notes et avis sur l’essai de la BMW Série 4

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️
Sa calandre peut dérouter, mais dans l’ensemble, la Série 4 reste une belle voiture
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Plutôt confortable que dynamique, l’auto gagnerait à améliorer son agilité
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
Ultra-technologique, le coupé s’avère également assez spacieux, même à l’arrière
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️
Avec un prix de base de 48 000 euros, on s’attendrait à de meilleures prestations et un niveau d’équipement supérieur

Envie d’une BMW Série 4 au meilleur prix ?
Achetez-la moins cher avec Caroom !

Bmw Série 4 Coupé
Bmw Série 4 Coupé 82 véhicules disponibles
À partir de 22 990 €

Bilan de notre essai de la BMW Série 4 Coupé

Totalement renouvelée et apportant un vent d’air frais au sein du catalogue, la nouvelle BMW Série 4 Coupé commence sa carrière en faisant beaucoup parler d’elle, de par son style assez peu conventionnel, mais également par ses nombreuses technologies embarquées. Si le coupé se veut très dynamique en apparence, il nous aura néanmoins un peu déçus par son manque d’entrain une fois sur la route, avec une forte tendance à la prise de roulis. Les amateurs de sensations devront donc opter pour la M440i plus puissante et plus chère, mais sans doute bien plus sportive. Quoi qu’il en soit, notre modèle essayé devrait quant à lui plutôt plaire aux voyageurs et aux responsables de flottes, grâce à son grand confort et sa belle habitabilité. Il faudra néanmoins composer avec un prix assez élevé, à compléter avec de nombreuses options pas toujours données…

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 14 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This