Essai de la McLaren GT : nouvelle ère

Essai de la McLaren GT

McLaren s’essaie à un autre segment avec sa GT et propose une nouvelle alternative plus polyvalente, mais non moins sportive. Découvrez notre essai auto de la McLaren GT.

Lorsque l’on évoque McLaren, on pense généralement à des modèles très différents, mais qui possèdent tous un point commun : la sportivité, toujours poussée à son paroxysme. De la P1 à la radicale Senna, en passant par la 720S et la toute nouvelle Artura, les modèles mythiques de la marque ne manquent pas. Et ça, c’est sans parler de l’iconique F1, premier modèle de McLaren ayant marqué des générations de passionnés. Pour beaucoup, McLaren c’est donc une certaine idée de la radicalité, mais également du luxe, dans l’imaginaire collectif. Bref, nous sommes très loin d’une marque proposant des modèles confortables et spacieux, dédiés aux longs trajets. Sauf que voilà, les temps changent et les constructeurs doivent s’adapter et surtout se diversifier. Et les marques les plus haut de gamme ne sont pas épargnées, parce que proposer des voitures très sportives, c’est sympa, mais ce n’est pas forcément le plus rentable et ce qui attire le plus la clientèle. Si la firme se refuse donc à céder à la tendance des SUV, elle souhaite néanmoins sortir de sa zone de confort afin de rester vraiment séduisante.

C’est donc ainsi qu’est née la McLaren GT, qui semble au premier abord être en opposition totale avec la philosophie de la marque anglaise. Polyvalente, confortable, bref, la sportive n’a pas grand-chose à voir avec le reste du catalogue, qui mise surtout sur la performance pure. Mais il y a de la place pour tout le monde, surtout lorsque l’on sait que la firme s’était déjà essayée à l’exercice avec la 570GT lancée en 2017, même si elle n’était pas forcément allée jusqu’au bout de son idée. Avec sa GT, McLaren a donc décidé de passer au niveau supérieur, affirmant alors un peu plus son ambition. Et le résultat est là, tandis que plus d’une centaine de clients ont déjà succombé à son charme à travers l’Europe l’an dernier. Un chiffre qui semble petit, mais qui fait de la supercar l’une des plus vendues sur le Vieux Continent ! Un résultat plutôt satisfaisant donc pour la sportive de Woking, que l’on ne risque pas pour autant de croiser à tous les coins de rue pour autant. Mais quoi qu’il en soit, McLaren semble avoir trouvé la recette du succès avec sa GT, qui mêle un tempérament très polyvalent à des performances de très haut vol.

Mais alors, que vaut la sportive sur la route ? Est-elle à la hauteur des attentes ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant son volant, le temps d’un week-end riche en sensations ! L’objectif ? Pouvoir découvrir ses multiples facettes !

Extérieur et design de la McLaren GT

Totalement à part dans la gamme, la McLaren GT le montre aussi à travers son style et affirme haut et fort ses ambitions, dès le premier regard. Car la sportive, qui se positionne comme un modèle bien plus polyvalent adopte des lignes plus sobres que les autres modèles du catalogue, misant sur des traits plus doux, mais loin d’être passe-partout et insipides pour autant, bien au contraire. Très agréable à regarder, cette nouvelle venue dans la gamme change ce à quoi la marque nous avait habitués depuis plusieurs années, et cela nous plaît beaucoup ! Le dessin est en effet emprunt d’un vrai raffinement, sans pour autant renier l’ADN et la sportivité de la marque. Et pour cause, l’ensemble reste très dynamique visuellement, mais sans jamais verser dans l’agressivité et l’excentricité, au contraire d’autres modèles. Pas d’aileron donc, ni de kit aérodynamique ostentatoire sur cette GT, qui profite d’un dessin où chaque ligne a été faite pour optimiser la pénétration dans l’air, sans avoir besoin d’appendices trop lourds visuellement. Chaque élément superflu a été supprimé, au profit d’une ligne très épurée, qui n’est pas sans rappeler la très belle Speedtail. Nul doute que cette McLaren GT est l’un des modèles les plus élégants de la gamme !

Cependant, la face avant percée de prises d’air parfaitement intégrées ainsi que les larges aérations sur les flancs nous prouvent que nous sommes bel et bien face à une véritable supercar. Très imposante visuellement, cette McLaren GT affiche des dimensions très généreuses, avec une longueur de 4,68 mètres, pour une largeur de 2,04 mètres. De belles proportions, d’autant plus que la sportive affiche une hauteur très limitée de seulement 1,12 mètre, attirant inévitablement les regards des curieux. Et ce malgré sa teinte gris Saros relativement discrète, pour laquelle il faudra cependant débourser pas moins de 8 070 euros tout de même. Mais si la sportive en impose, c’est aussi grâce à sa garde au sol de seulement 11 centimètres, qui ne facilite en apparence pas la conduite urbaine. Mais c’est sans compter sur le mode lift, permettant de rehausser l’avant de l’auto de 2 centimètres, afin de passer plus sereinement les ralentisseurs. L’arrière aussi vaut le détour, avec ses feux très fins, prenant alors place au-dessus d’un bouclier plutôt impressionnant. Enfin, les ailes galbées donnent un air encore plus désirable à l’auto, surtout vu de l’arrière.

Poste de conduite et habitabilité de la McLaren GT

Si McLaren est plutôt réputée pour ses intérieurs très haut de gamme et surtout très sportifs, le poste de conduite de la GT va à contre-courant de cette tendance. Plus cossu et faisant la belle part au confort, son habitacle prouve que la sportive est avant tout conçue pour tailler la route. C’est donc pour cela qu’elle soigne le conducteur ainsi que son passager, qui prennent alors place dans des sièges baquet qui offrent un très bon maintien malgré une assise un peu ferme. On appréciera cependant la position de conduite, qui peut évidemment être réglée électriquement, grâce à des boutons qui demandent cependant un petit temps d’adaptation. À noter que le volant peut également être réglé d’un doigt, pour une expérience de conduite optimale. Et oui, la sportive n’est pas baptisée GT pour rien ! Néanmoins, si le poste de conduite est globalement épuré, on déplore une ergonomie générale qui aurait pu être améliorée, et il faudra donc tâtonner un peu avant de tout assimiler si vous n’êtes pas un habitué de la marque. On appréciera évidemment la qualité perçue de l’habitacle, qui mêle le cuir et le carbone. Cependant, les finitions pourraient être un peu plus travaillées…

Une fois que nous sommes installés à l’intérieur, nous découvrons un petit écran tactile de 7 pouces installé sur la console centrale, en position verticale, et dont l’usage n’est pas forcément très intuitif au premier abord. Celui-ci est alors associé à un combiné numérique à la présentation plutôt flatteuse, qui change selon le mode de conduite choisi. Mais côté techno, c’est à peu près tout pour la McLaren GT, qui reste sur ce point très en retard par rapport à ses principales rivales. Et c’est sur ce point que l’on voit que la marque débute sur ce segment, face à des marques qui en connaissent déjà les ficelles. Et pour cause, la firme fait ici l’impasse sur de nombreux équipements, pourtant livrés de série sur la plupart des voitures récentes, même chez les constructeurs généralistes. Rien de bien dramatique, mais il faut avouer qu’à ce prix-là, nous aurions pu espérer trouver un régulateur adaptatif ou un détecteur d’angles morts… au moins ! Mais le principal atout de cette McLaren GT reste néanmoins ses espaces de rangements, avec un coffre de 150 litres à l’avant et 420 à l’arrière.

Que vaut la McLaren GT sur la route ? Essai en conduite

Une fois notre habituel tour du propriétaire effectué dans les règles, il est désormais temps de prendre place derrière le volant de cette McLaren pour aller faire un petit tour, avec une question en tête : est-elle une bonne GT ? Car si ce segment est plutôt bien rempli, il faut savoir que la sportive que nous avons entre les mains n’a en réalité que peu de rivales. En effet, notre Anglaise a su casser les codes en ne proposant que deux places, et en adoptant un positionnement plus proche de la supercar que de la vraie familiale polyvalente. Mais c’est aussi son principal atout, et ce qui lui permet de se distinguer de ses concurrentes. Une philosophie plutôt axée sur le sport donc, mais pas forcément au détriment du confort non plus, même si elle reste avant tout une vraie McLaren. Mais les ingénieries se sont toutefois creusé la tête, afin de la rendre la plus agréable possible, même sur les plus longs trajets. On citera en effet la présence de suspensions adaptatives, qui font alors évoluer le comportement de l’auto en fonction du mode de conduite choisi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celle-ci tient ses promesses, sans pour autant être un modèle de confort absolu.

Bien sûr, la création de Woking aurait gagné à chouchouter encore un peu plus ses occupants, mais il n’empêche qu’elle sait mettre tout le monde d’accord grâce à ses prestations routières. Sans faire aucun compromis, elle se débrouille parfaitement bien sur les autoroutes, ainsi que sur les routes plus sinueuses, mais également sur les pavés parisiens. À première vue, nous aurions pu croire que la sportive ne soit pas franchement à l’aise dans les courbes étroites. C’est faux. Et l’on doit cela à sa structure en fibres de carbone, qui permet alors de limiter son poids à seulement 1,5 tonne. Sans être une vraie ballerine pour autant, la McLaren GT se comporte brillamment en conduite sportive, affichant un vrai dynamisme et virant à plat, sans la moindre prise de roulis. Et ce malgré la présence de suspensions moins fermes que sur d’autres modèles de la gamme. La direction est quant à elle très ferme à haute vitesse, permettant de mener l’auto avec précision, tandis que l’arrière se montre joueur, mais uniquement lorsqu’on le provoque. Globalement, la tenue de route est bluffante, tandis que les 630 Nm de couple sont transférés au sol sans difficultés.

Outre la sensation de sécurité, mais surtout de plaisir distillé sur les routes vallonnées et sinueuses, la McLaren GT surprend aussi par sa vivacité et son accélération, avec un 0 à 100 km/h réalité en seulement 3,2 secondes. De son côté, la vitesse maximale est établie à 326 km/h, mais ne vous inquiétez pas, il n’y a pas besoin de l’attendre pour se faire vraiment plaisir. En effet, la supercar est l’une des rares à distiller des sensations sans pour autant devoir rouler à des vitesses prohibées. Néanmoins, le mieux reste encore d’activer le mode Sport et de jouer avec les palettes de fibre de carbone pour profiter au mieux du V8 4,0 litres biturbo développant 620 chevaux. En effet, le couple est quasiment absent à bas régime, alors qu’il déboule d’un coup à partir de 3 000 tr/min, sans plus jamais vouloir s’en aller. En fait, c’est bien simple : plus on appuie sur la pédale d’accélérateur, plus la voiture semble en vouloir, au risque de rapidement mettre son permis en danger. Car en plus d’être performante, cette McLaren GT a en plus l’audace d’être saine et confortable !

De son côté, la boîte robotisée à double embrayage et sept rapports est très bonne et complète parfaitement le moteur qui lui est associé, alors installé en positon central arrière. Si les passages de rapport sont efficaces en mode automatique, l’usage des palettes reste cependant très fortement conseillé pour profiter au maximum de la sportive et de ses capacités. Et surtout pour faire rugir l’échappement, livré de série avec ses clapets actifs ! Si la pédale de frein est quant à elle un peu dure en attaque, comme sur la plupart des supercars, le mordant est cependant bel et bien au rendez-vous, même s’il est possible de l’améliorer en optant pour un système en carbone-céramique optionnel. De leur côté, les pneus Pirelli P-Zero de 20 pouces à l’avant et 21 à l’arrière offrent un excellent grip, et ce même sur le sol mouillé. Bien entendu, il faudra composer avec une consommation affichée à 11,9 litres en cycle mixte, ainsi que des émissions de CO2 annoncées à 270 g/km, correspondant à un malus de 30 000 euros.

Notes et avis sur l’essai de la McLaren GT

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️
Très élégante et sobre, la McLaren tranche avec le reste de la gamme, dans le bon sens !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
La plus polyvalente des McLaren est un vrai régal dans toutes les situations.
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
Conçue pour les voyages au long cours, la sportive offre de beaux espaces de rangements.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Débutant à partir de 199 500 euros, la McLaren GT n’est pas donnée, mais elle possède de belles qualités, bien qu’elle manque de certains équipements.

Envie d’une McLaren GT au meilleur prix ?
Achetez-la moins chère avec Caroom !

McLaren GT
McLaren GT 5 véhicules disponibles
À partir de 179 970 €

Bilan de notre essai de la McLaren GT

Assurément le modèle le plus polyvalent de la gamme, cette McLaren GT affiche un positionnement bien à part, sans jamais renier son ADN. Sans vraie concurrence, grâce à ses performances de haut vol et ses excellentes prestations, la sportive reste une vraie supercar. Et cela se voit, car celle-ci manque encore de quelques équipements pourtant indispensables et livrés de série sur des voitures plus abordables. C’est dommage, car dans l’ensemble, l’Anglaise est très aboutie et la marque signe ici un quasi sans-faute. Une belle réussite pour une première du genre !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 3 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 
Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This