Essai de la Nissan GT-R Nismo : incroyable !

Essai auto de la Nissan GT-R Nismo

Malgré son grand âge, la Nissan GT-R Nismo reste un véritable mythe et continue d’attirer les regards. Mais ce n’est rien comparé à ses prestations routières ! Découvrez notre essai auto de cette Nissan GT-R.

Quand on vous parle de supercars, à quoi pensez-vous ? Généralement, impossible de pas avoir à l’esprit des marques emblématiques telles que Ferrari, Lamborghini ou encore McLaren, voire Aston Martin. Il arrive parfois que l’on pense à des constructeurs un peu plus exotiques, comme Pagani ou Koenigsegg. Mais c’est rare que l’on évoque la Nissan GT-R, qui mérite pourtant comme les autres cette appellation, qu’elle n’usurpe en aucun cas. Il est vrai que cette auto est légèrement à part dans l’univers des super-sportives, mais qu’importe. Lancée en 2007, l’actuelle version que l’on connaît succède alors à la mythique Nissan Skyline GT-R R34, qui fut également revue et corrigée par Nismo entre 2003 et 2007. Dès sa révélation, l’actuelle génération, depuis restylée à cinq reprises n’a cessé de faire parler d’elle, pour son style, bien sûr, mais aussi ses performances, en constante amélioration. En 2009, la sportive nippone fait même son entrée dans le livre Guinness des records, devenant la « voiture quatre places de production la plus rapide du monde sur le 0 à 100 km/h », avec une performance effectuée en 3,3 secondes.

Depuis, cette Nissan GT-R n’a jamais cessé d’évoluer, avec un virage pris en 2013, année durant laquelle fut présentée la version Nismo, entièrement tournée vers la performance. Trains roulants, puissance, aéro, tout a été optimisé, tandis qu’en 2019, de nouvelles modifications sont intervenues, rendant l’auto encore plus bestiale. Nouvelles ouïes sur les ailes, éléments supplémentaires en fibres de carbone et jantes Rays de 20 pouces font désormais partie de la dotation, alors que la mécanique reste quant à elle inchangée. Au fil des années, les performances aussi n’ont cessé de s’améliorer, jusqu’à atteindre un niveau totalement démentiel, comme nous avons pu le voir lors de notre essai. Retravaillée par les ingénieurs de la marque pour devenir la version la plus extrême jamais produite, cette Nissan GT-R Nismo a également repris quelques éléments de la compétition, dont les turbos, issus de la GT3. De quoi gagner en efficacité, tout en réduisant considérablement le poids de l’auto. Un bel exemple d’optimisations discrètes, mais qui font la différence.

Mais alors, cela fait quoi de rouler en Nissan GT-R Nismo au quotidien ? Nous avons voulu le savoir et nous avons donc pris le volant de la supercar asiatique le temps d’un week-end pour le moins sportif !

Extérieur et design de la Nissan GT-R Nismo

Avez-vous déjà vu une Nissan GT-R Nismo en vrai ? Si oui, considérez-vous comme très chanceux, car il est généralement plus courant de croiser n’importe quel modèle de Ferrari, plutôt que cette auto, qui se fait très rare sur nos routes. C’est bien dommage, car si la sportive s’avère très présente sur les réseaux sociaux et notamment sur Instagram, elle est tellement plus impressionnante en vrai ! Ultra-rabaissée et en même temps très imposante, avec une présence forte, la sportive possède un vrai caractère avec ses lignes affirmées et très agressives. Sans parler bien sûr de son superbe kit aérodynamique conçu par les équipes de Nismo, composé d’une large lame à l’avant et de prises d’air en fibres de carbone sur le capot, ainsi que de larges jupes latérales donnant encore plus de prestance à l’ensemble. Mais si l’avant en impose déjà beaucoup, ce n’est rien comparé à la partie arrière, juste totalement dingue. Celui-ci se pare en effet d’un immense aileron intégralement réalisé en fibres de carbone, offrant un appui supplémentaire de plus d’une centaine de kilos. Plus bas, un imposant diffuseur prend place, intégrant alors quatre sorties d’échappement en titane.

Longue de 4,70 mètres, cette Nissan GT-R Nismo est une belle bête, qui se distingue de la version standard par une foule d’éléments esthétiques qui font la différence. Parmi eux, citons les coques de rétroviseurs noires, ainsi que les inserts rouges sur les bas de caisse latéraux. Mais outre ces détails visant à rendre l’auto plus belle, celle-ci s’est également offert une petite cure de carbone, afin de limiter sa prise de poids. Un matériau haut de gamme que l’on retrouve sur le toit, ainsi que dans la composition des ailes, du volet de coffre et du capot. Autant vous dire qu’il ne vaut mieux pas avoir un accident avec cette auto, ni même un petit accrochage… à moins d’avoir une très bonne assurance ! Enfin, de très belles jantes Rays de 20 pouces fabriquées en aluminium forgé viennent compléter le look de la supercar, qui se décline alors en pas moins de sept teintes, dont le très bel Orange Mécanique et le plus classique Blanc Lunaire de notre version d’essai. Quoi qu’il en soit, vous nous croirez très probablement si l’on vous dit que cette Nissan GT-R a eu un succès fou après des passants, admirant l’auto avec passion, curiosité et bienveillance.

Poste de conduite et habitabilité de la Nissan GT-R Nismo

Ça y est, il est enfin temps de prendre place à bord de cette Nissan GT-R Nismo, qui ne cesse de nous faire de l’œil. Un vrai privilège, tandis qu’il est déjà extrêmement rare d’en voir une sur nos routes. Alors, monter dedans et en plus, pouvoir la conduire, vous n’imaginez même pas. Autant dire que c’est un peu comme un rêve d’enfant qui devient réalité. On oubliera donc presque que ce poste de conduite commence tout de même à accuser sérieusement le poids des années, après plus de dix ans de commercialisation et plusieurs restylages. Mais si l’ensemble est certes légèrement daté sur le plan visuel, la qualité reste cependant au rendez-vous, avec des matériaux très haut de gamme, dont le cuir et l’Alcantara, présents un peu partout dans cet habitacle, que ce soit sur le volant, mais aussi sur la planche de bord, entre autres. On appréciera également grandement les jolis sièges baquets aux accents rouges, qui sont à la fois très enveloppants et très confortables, bien plus que ce à quoi nous aurions pu nous attendre.

À l’arrière, les passagers se sentiront logiquement à l’étroit, alors que cette Nissan GT-R Nismo est plutôt un coupé 2 +2 qu’une vraie quatre places. Cependant, et s’il vaut mieux ne pas être trop grand, l’assise reste plutôt confortable, tandis que les occupants de ces places profitent également d’une vue plongeante sur les très belles coques de sièges réalisées en fibres de carbone. Si l’on peut regretter l’absence de réglages électriques pour le conducteur comme son passager à l’avant, la position de conduite demeure quant à elle très satisfaisante, et ce peu importe votre gabarit, et même s’il n’est pas possible de modifier la hauteur d’assise. De son côté, l’écran tactile est logiquement un peu daté dans les graphismes, mais on appréciera cependant le fait qu’il soit tout de même compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, apportant une vraie touche de modernité à l’ensemble. Enfin, vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’habitabilité ne s’avère pas forcément le point fort de cette Nissan GT-R Nismo. Toutefois, et s’il n’est pas forcément très accessible, le coffre demeure plutôt spacieux, affichant un volume de 315 litres, ce qui reste plutôt correct.

Que vaut la Nissan GT-R sur la route ? Essai en conduite

Après avoir fait le tour du propriétaire et passé en revue toutes les spécificités esthétiques de cette Nissan GT-R Nismo, il est enfin temps de démarrer son moteur et de voir un peu ce qu’elle a sous le capot, alors qu’elle ne demande qu’une chose : s’élancer sur les routes désertes. Il suffit donc d’une simple pression sur le bouton rouge situé sur la console centrale pour que le V6 3,8 litres biturbo s’ébroue dans un rugissement rauque. Celui-ci, comme tous ceux équipant l’ensemble des exemplaires de la supercar a été assemblé par l’un des rares maîtres-mécaniciens capables de cette mission périlleuse. Baptisés Takumi, ils sont seulement cinq à travers le monde à maîtriser cet art et sont les seuls à être en mesure de donner vie au cœur de la sportive, apportant alors sur leur œuvre une plaque gravée de leur nom une fois celle-ci terminée. Un petit détail en apparence, qui est pourtant loin d’être anodin, prouvant alors à quel point cette Nissan GT-R est plus qu’une simple auto, mais un véritable mythe sur quatre roues, et ce depuis des décennies.

Mais assez de théorie, passons à la pratique. Une chose qui nous surprend dès les premiers mètres à son volant, c’est son extrême docilité à basse vitesse, un aspect auquel nous étions loin de nous attendre. En réalité, ce qui est le plus difficile ici, c’est surtout de s’habituer à son gabarit et à son mètre quatre-vingt-dix de large. Heureusement, la direction est très souple tout en restant assez consistante, nous aidant alors à nous faufiler presque partout, bien aidés par les nombreux capteurs disséminés un peu partout autour du véhicule. Mais si celle-ci pourrait tout à fait consister une très bonne voiture de tous les jours, pour peu que vous ayez un compte en banque assez garni, c’est surtout sur des routes plus rapides que celle-ci se sentira le plus à l’aise et exprimera alors toutes ses qualités. Et quoi de mieux que les jolies routes du sud de Paris pour défier les 600 chevaux prenant place sous le capot en fibres de carbone ? Il suffit alors d’une simple pression sur la pédale de droite pour libérer toute cette cavalerie, pour notre plus grand plaisir.

De son côté, le couple de 652 Nm, envoyé vers les quatre roues nous donnent un vrai coup de pied aux fesses lors de chaque passage de rapport. Le tout permet alors à la sportive de réaliser le 0 à 100 km/h en seulement 2,8 secondes, tandis que la vitesse maximale est établie à 315 km/h. Des chiffres qui s’avèrent totalement incroyables pour cette auto, qui a toutes les cartes en mains pour rivaliser avec certaines supercars anglaises ou italiennes, même plus récentes. Vous dire que l’auto ne demande qu’à accélérer jusqu’à battre des records de vitesse ne vous étonnera donc qu’à moitié et vous nous comprendrez aisément si l’on vous promet qu’il est très difficile de respecter scrupuleusement les limitations de vitesse. Autant dire qu’il aura été tout bonnement impossible d’atteindre les limites de l’auto, tant celles-ci sont loin. Bien plus que celles de notre permis de conduire, qu’il aura été difficile de garder intact durant notre essai. Car ce qui est sûr, c’est que plus l’on appuie sur l’accélérateur, plus l’auto veut aller vite, avalant le bitume comme peu de voitures savent le faire. Mais ne vous y méprenez pas pour autant, cette Nissan GT-R n’a rien d’une voiture de ligne droite, bien au contraire.

Car à son volant, chaque courbe, chaque virage est aussi l’occasion de tester l’incroyable qualité de la mise au point du châssis, permettant alors à la sportive japonaise d’encaisser les G latéraux sans faillir et sans jamais montrer aucun signe de fatigue. Malgré son poids, établi à 1,7 tonne, la GT-R Nismo se montre plutôt agile, ne prenant alors aucun roulis, même à très haute vitesse, grâce entre autres à un amortissement très bien calibré. Véritable exemple d’efficacité, la supercar sera encore plus appréciable une fois tous les paramètres passés en mode R. De son côté, la boîte robotisée à six rapports est aussi très bien conçue, ayant même l’audace de rendre les palettes quasiment inutiles, même si celles-ci sont très agréables à prendre en main également. Un incroyable tour de force de la part des ingénieurs japonais derrière la sportive. La transmission intégrale est quant à elle très bien conçue, permettant de toujours profiter d’un grip optimal même par temps humide. Globalement, l’ensemble moteur/boîte s’avère excellent, de même que le comportement général de l’auto. On appréciera également le freinage assuré par un système Brembo en céramique, ultra-efficace et endurant.

Notes et avis sur l’essai de la Nissan GT-R Nismo

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Ultra agressive, cette Nissan GT-R Nismo en impose et mérite son surnom de Godzilla !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Radicale et en même temps très docile à basse vitesse, cette GT-R se montre quasiment parfaite.
Praticité
⭐️⭐️⭐️
Avec un espace arrière et un coffre réduit, le coupé n’est pas le plus pratique au monde. Mais qu’importe.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Affichée à partir de 210 000 euros, la sportive est loin d’être accessible, mais elle vaut son prix, au vu des prestations.

Envie d’une Nissan GT-R Nismo au meilleur prix ?
Achetez-la moins chère avec Caroom !

véhicule disponible
À partir de 0 €

Bilan de notre essai de la Nissan GT-R Nismo

Pas besoin de s’étendre pour vous faire comprendre que cette Nissan GT-R Nismo frôle la perfection, tant en termes de style, et même si cela reste subjectif, qu’en termes de mise au point. Taillée pour la performance, celle qui se fait surnommer à juste titre Godzilla se veut à la fois sauvage et docile, à l’aise en ligne droite et dans les courbes. Certes, sa consommation affichée à 11,8 litres aux 100 kilomètres fait un peu mal, de même que son malus de 30 000 euros, qu’il faut ajouter au prix débutant à 210 000 euros. Autant dire que cette Nismo ne sera pas à la portée de toutes les bourses, mais c’est aussi ça qui participe au mythe, après tout !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 12 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This