Eric Zemmour se déclare contre le permis à points !

Eric Zemmour
Crédit : LCI / Capture d'écran Twitter

Eric Zemmour s’est exprimé ce dimanche sur le permis de conduire à points, et les limitations de vitesse sur autoroute. En cas d’accession au pouvoir, il souhaiterait les supprimer.

« un racket organisé par l’État »

Invité de l’émission « Grand Jury » de RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche 24 octobre, Eric Zemmour a déclaré vouloir veut supprimer le permis à points en cas de candidature à la présidentielle 2022. Il considère en effet ce dernier comme étant  « un racket organisé par l’État ». Afin d’appuyer ses propos, il prend en exemple « des pays comme la Suisse, la Suède, la Finlande qui n’ont pas de permis à points, mais moins d’accidents que nous et de morts sur les routes ».

Il explique par la suite que le permis à points ne sert « à rien » et ajoute : « Le stage, qui coûte en moyenne 300 €, est infantilisant au possible ». Une contre-vérité car d’après le site du ministère de l’intérieur, un stage de récupération de points coûte en moyenne 200 €, tout en précisant que le propriétaire du stage est cependant libre d’en fixer le prix.

Le polémiste a toutefois complété sa déclaration en indiquant ne pas vouloir la fin des amendes en cas d’infraction sur la route…

La fin des 80 km/h et des zones 30 ?

Eric Zemmour s’est aussi exprimé sur la limitation de vitesse à 80 km/h sur nationales dont il ne veut plus. Afin d’apaiser « la France qui doit prendre sa voiture tous les jours pour aller travailler », il souhaite revenir aux 90 km/h sur l’ensemble du territoire.

De la même façon, les zones 30 en ville subiraient le même sort avec leurs suppressions pures et simples. D’après lui, imposer une vitesse inférieure à 50 km/h résulte d’une « chasse à la vitesse, menée par des bobos qui n’ont pas besoin d’aller vite puisqu’ils habitent au cœur des villes ».

Les limitations de vitesse sur autoroute inutiles ?

Enfin, sans plus s’étendre sur le sujet, il indique avoir toujours trouvé les limitations de vitesse sur autoroute « assez inutiles ». Rappelons néanmoins qu’en plus d’être un facteur aggravant en cas d’accident, la vitesse est la première cause de mortalité sur la route.

Pour justifier la baisse des morts, passant de 75 000 en 1972 à moins de 5 000 aujourd’hui, Eric Zemmour explique que cela est dû « à l’amélioration des voitures » et à l’instauration de « la ceinture de sécurité routière ». Si ces deux points ont indéniablement et grandement participé à la baisse du nombre de tués sur la route, elles ne peuvent être les seules causes d’une diminution aussi drastique.

A l’occasion de son passage sur le plateau, Eric Zemmour n’a pas souhaité s’exprimer sur sa candidature (ou non candidature) dans la course à la présidentielle 2022 mais assure que sa décision est déjà « prise dans [sa] tête ».

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

1 commentaire