Les péages autoroutiers bientôt sans barrière ?

Peage automatique

La future autoroute A79, va être équipée de péage se passant de barrière. Des portiques vont scanner les voitures qui ne seront donc plus obligées de s’arrêter.

La RN 79 fait partie de la Route Centrale Europe Atlantique (appelé RCEA). Elle permet de traverser la France d’Est en Ouest gratuitement grâce à l’absence de péage. Très empruntée par les poids lourds, la RN 79 est aussi réputée comme particulièrement accidentogène, c’est pourquoi le tronçon entre Sazeret (03) et Digoin (71) va devenir l’autoroute A79. Prévu pour rentrer en fonction en 2022, cette portion sera la première à adopter le péage en flux libre se passant de barrière.

Longtemps restée en deux fois une voie, cette portion particulièrement dangereuse est actuellement en travaux pour passer en deux fois deux voies. Si la sécurité sera bien évidemment accrue, le passage sur cette route deviendra aussi payant. Mais pour cela, pas besoin de s’arrêter à une traditionnelle barre de péage, ou même de passage à 30 km/h sur les voies télépéage dédiées.

Comment se passe le règlement?

Mais si les voitures ne marquent plus l’arrêt, comme se passe le règlement ? Des portiques vont être installés, enjambant les voies de circulation, afin de scanner les plaques minéralogiques des voitures passant en dessous. Pour le paiement, plusieurs options seront disponibles :

Tout d’abord, les utilisateurs de badge télépéage n’auront pas à changer leurs habitudes puisqu’il bipera lors de sa détection par les capteurs disposés sur les portiques. Pour ceux ne disposant pas du badge, il sera possible d’opter par le paiement par abonnement «plaque d’immatriculation». Après avoir lié sa carte bancaire, il sera alors possible de circuler librement. Pour les passagers occasionnels un paiement en ligne via une application sera possible, ainsi qu’un règlement physique (CB et espèce) sur l’une des 16 bornes qui vont être installées sur certaines aires d’autoroutes, échangeur et bretelle d’accès.

Déjà expérimenté, pas vraiment adopté

Toutefois, ce dispositif n’est pas totalement inédit en France. On retrouve ce système de portiques et de « free Flow » sur l’A4 au péage de Boulay-Moselle proche de Metz depuis mars 2019. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les utilisateurs ne sont pas franchement convaincus. En effet, certains automobilistes se sont plaints d’avoir reçu des amendes par courrier, pouvant aller de 20 à…1 500 € alors qu’ils avaient bien payé leur passage ! Si, sur le papier cette innovation a tout pour plaire (pas de ralentissement, moins de dépense de carburant, moins de risque d’accident etc.) dans les faits, il reste encore un long chemin à l’automatisation pour se faire accepter.

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article