Moto : le contrôle technique des deux roues obligatoire en 2023 !

roue de moto
Credit : Vecteezy / toomcine68630

Après de nombreux reports, le contrôle technique des deux et trois roues va devenir obligatoire dès janvier 2023.

Un décret d’application paru au journal officiel et officialise la mise en place du contrôle technique obligatoire pour les deux et trois roues motorisés à partir du 1er janvier 2023. Comme pour les automobiles, ce CT devra être réalisé « dans les six mois précédant l’expiration d’un délai de quatre ans à compter de la date de leur première mise en circulation ». Ensuite, il devra être renouvelé tous les deux ans ou avant toute revente du véhicule. Les points de contrôle n’ont pas encore été spécifiés, mais il est déjà acquis qu’il devra être effectué dans un centre de contrôle agrée.

Une mise en place progressive

La mise en place du dispositif se fera de manière progressive. Le premier contrôle technique aura ainsi lieu en 2023 pour les deux roues immatriculés avant le 1er janvier 2016. En 2024 ce sera le tour de ceux immatriculés entre 2016 et 2020. Enfin, en 2025, il s’appliquera pour les véhicules immatriculés en 2021. Les modèles de collections verront l’échéance entre deux CT portée à cinq ans (au lieu de deux normalement).

Il s’appliquera à tous les deux ou trois roues, de 50 cm³ aux gros cubes, mais aussi aux voitures sans permis, qui étaient jusqu’ici exemptés de passage dans les centres de contrôle.

Une mesure dans les tiroirs depuis longtemps

Alors qu’il provoque la grogne des motards, ce dispositif était pourtant déjà prévu de longue date. Une directive européenne de 2014 prévoyait sa mise en place à partir du 1er janvier 2022 (pour les cylindrées supérieures à 125 cm³). Le gouvernement de Manuel Valls l’avait quant à lui annoncé dès 2015, sans pour autant réussir à le mettre en application.

En Europe, la plupart des autres pays exigent déjà un contrôle technique pour les motos, d’après la Fédération européenne des associations de motocyclistes. Seuls la Finlande, l’Irlande et les Pays-Bas ont adopté des mesures alternatives au contrôle technique pour améliorer la sécurité des motards. Comme pour la mise en place du CT pour les autos en 1992, la France est donc en retard sur ses voisins européens…

Les motards en colère

Mais pour certains, cette nouvelle disposition mise en place par le gouvernement en pleine période estivale ne passe pas.  Jean-Marc Belotti, de la Fédération des motards en colère déclare ainsi : « On a la surprise de voir ce décret arriver en pleine période estivale. C’est scandaleux, c’est un vrai racket, on ne va pas lâcher l’affaire. Il y a une vraie méconnaissance du dossier par les pouvoirs publics français. L’accidentalité des motos et en baisse constante, ce n’est pas un problème de Sécurité routière. C’est un scandale financier arrivé par l’Europe et les groupes de contrôle technique. On demandait des mesures alternatives ».

Il ajoute aussi : « Ce contrôle se calque sur les contrôles des voitures. Une moto est beaucoup plus sensible qu’une voiture, dès que quelque chose ne va pas, on le sent tout de suite. Et les éléments de sécurité sont visibles sur un deux-roues, on sait faire le contrôle visuel nous-mêmes. On n’a pas besoin d’un technicien qui nous prenne 50 euros pour nous dire que nos freins sont usés ».

D’autres mesures réclamées par les utilisateurs de deux roues

Si des aménagements seraient effectivement les bienvenues afin d’améliorer la sécurité des motards (meilleur entretien des routes, glissières doublées avec des rails basse-ligne etc.), ce n’est pas incompatible avec un contrôle renforcé des véhicules actuellement en circulation.

Si les motards expérimentés vérifient régulièrement leurs deux roues, certains usagers, notamment des scooters à l’utilisation plus utilitaire, ne sont pas forcément aussi attentionnés. De nombreux deux roues ne sont pas en conformité avec les règles de sécurité. De plus, la mise en place de ce contrôle technique devrait limiter l’installation des dispositifs non homologués (échappement, kit de débridage etc.) et ainsi réduire la pollution, notamment sonore.

Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

1 commentaire
  • Il ne faut pas se voiler la face, on va une fois de plus emmerder les motards simplement à cause de ces connards qui roulent en scooter trafiqué et ces crétins qui n ont pas de permis moto puisque les 3 roues permettent de roulerai un permis voiture….bref encore des décisions d énarques qui eux ne conduisent même pas leur voiture et qui écoutent une bande d’illumines du bocal qui sont haineux des motards souvent par frustration de ne pas l’être…