Bien choisir la puissance de sa voiture

Choisir la puissance adéquate pour sa voiture

Avoir une voiture puissante, c’est valorisant. L’agrément de conduite est supérieur, les dépassements sont plus faciles… Mais à côté de cela, les inconvénients sont au moins aussi nombreux, et il faut bien garder cela à l’esprit lorsque l’on s’apprête à choisir son auto. Saviez-vous qu’en France, la puissance moyenne d’une voiture neuve est de 113 chevaux ? Cette valeur augmente chaque année de manière très modérée, mais faut-il pour autant se laisser séduire par une voiture puissante ?

Puissance fiscale et puissance réelle : quelle différence ?

Lorsque l’on évoque la puissance d’une voiture, deux types sont fréquemment évoqués. La première, c’est la puissance fiscale ou puissance administrative. Celle-ci est calculée en CV et résulte d’un calcul dépendant des émissions de CO2 en grammes par kilomètres, de la puissance maximale du moteur, exprimée en kW et d’un coefficient. La puissance fiscale détermine notamment le prix d’un certificat d’immatriculation et sert à calculer des barèmes kilométriques.

À l’inverse, la puissance réelle (exprimée en cheval DIN et le plus souvent affichée « ch ») dépend directement des valeurs de couple (en kW). Il s’agit de la puissance maximale délivrée par une voiture au meilleur régime moteur. Si la puissance réelle donne une indication réelle du potentiel d’accélération et de reprises d’une voiture, la puissance fiscale est d’une aide précieuse dans le calcul d’une prime d’assurance ou du montant de la carte grise.

Pourquoi est-il important de choisir une puissance adaptée ?

Choisir le moteur de sa nouvelle voiture n’est pas une tâche simple. Il faut estimer les parcours, analyser les besoins, savoir s’il y aura besoin de tracer une remorque ou une caravane… Afin d’aboutir sur un niveau de puissance plutôt qu’un autre. Inutile de surestimer vos besoins car une automobile « trop » puissante engendre des surcoûts de divers ordres.

Toutefois, une voiture trop peu puissante réduit l’agrément et demandera plus régulièrement à monter dans les tours, ce qui engendre une surconsommation. Aujourd’hui, nous pouvons considérer une voiture peu puissante si elle n’atteint pas les 100 chevaux. Au-delà de 130 chevaux, une voiture peut être considérée comme puissante.

Notez cependant qu’entre une mini-citadine et un SUV familial, cet ordre de puissance peut être revu à la hausse comme à la baisse, en fonction du gabarit et du poids.

Les avantages et inconvénients de choisir une motorisation puissante

Une voiture puissante apporte un confort de conduite réel. Plus que des accélérations « éclair », on apprécie la plus grande sécurité lors des dépassements, l’insertion sur voie rapide. Cette plus grande polyvalence facilite aussi la revente. À l’inverse, plus la puissance augmente, plus la prime d’assurance sera élevée. C’est également le cas des émissions de CO2 et donc du malus potentiel. Les versions les plus performances nécessitent parfois le développement de moteurs plus sophistiqués (biturbo par exemple), ce qui peut accroître le risque de panne.

Enfin, la puissance fiscale est souvent plus élevée avec une voiture puissante… Concernant la consommation, elle peut être plus ou moins avantageuse, en fonction de l’étagement de la boîte de vitesse. Acheter une voiture puissante n’est donc pas nécessairement une mauvaise idée pourvu que cela soit compatible avec votre budget auto, vos contraintes et le temps que vous désirez conserver ce futur véhicule.

Les avantages et inconvénients d’un moteur peu puissant

Une voiture peu puissante est souvent plus simple de conception. Dès lors, le prix de vente est moins élevé. Ces voitures aux motorisations modestes s’avèrent économes à l’usage, comme en entretien ou à l’assurance. La consommation peut être plus ou moins avantageuse. Un petit moteur, si vous l’utilisez de manière intensive, demandera à davantage monter dans les hauts régimes, ce qui engendre une surconsommation. Par exemple, nous déconseillerons un petit moteur pour une voiture destinée à un usage majoritairement autoroutier. Enfin, les petits moteurs sont moins recherchés sur le marché de l’occasion, hormis dans le cas des citadines et mini-citadines.

L’essentiel à retenir

S’il est plaisant d’avoir une voiture puissante, il s’agit rarement du choix le plus rationnel lorsque l’on veut maitriser au maximum son budget auto. Un moteur peu puissant, ou de niveau intermédiaire, fournit souvent un agrément suffisant pour le quotidien, sans entacher votre budget assurance, entretien et carburant. Une vraie bonne idée !

 Ces articles vont aussi vous aider 
Publié par
Yann
Commentez cet article

Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !