Essai de la Fiat 500 électrique : puce électrique

Essai auto de la Fiat 500 électrique

Toujours très glamour, la Fiat 500 devient 100 % électrique avec une toute nouvelle génération en nette évolution. Nous en avons pris le volant, le temps d’un week-end. Découvrez sans plus tarder notre essai auto de la Fiat 500e électrique.

Écoutez cet essai en podcast 🎧

Il se passe pas mal de choses du côté de Turin, depuis quelque temps. En effet, alors que Fiat était jusqu’à présent un peu en retard en ce qui concerne l’électrification de sa gamme, portée par la 500, la firme semble enfin avoir décidé de se réveiller. Cela s’explique-t-il par la fusion entre FCA et PSA, à l’origine de la création du groupe Stellantis ? Ou par la volonté de l’Union européenne d’accélérer le développement de la voiture électrique, afin de bannir définitivement les modèles thermiques ? Sans doute un peu des deux. Mais quoi qu’il en soit, la marque italienne souhaite désormais plus que jamais rattraper le temps perdu, et a pour cela décidé de développer un modèle ayant pour ambition de devenir le vaisseau amiral de l’électrification pour la marque. Et quel meilleur choix que la Fiat 500 ? Lancée en 1957, la Nuova 500 a acquis au fil des décennies le statut de véritable icône automobile, par la suite déclinée en une 2e génération arrivée en 2007. Tout aussi mythique, celle-ci fut alors écoulée à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde en plus de dix ans.

Malgré son immense succès et ses ventes qui n’ont cessé de grimper au fil des années, il était temps pour la citadine tendance de se renouveler, afin de continuer à vivre dans un segment de plus en plus déserté par les constructeurs. C’est donc dans ce contexte qu’est née la nouvelle Fiat 500e, officiellement dévoilée au début de l’année prochaine. Uniquement proposée avec une motorisation électrique, la star de la marque italienne prend donc le risque de se couper d’une partie de sa clientèle. Mais a-t-elle vraiment le choix ? Pas forcément, mais elle tente tout de même de consoler ses fans. Comment ? En conservant l’ancienne génération thermique au catalogue, afin de créer une transition douce entre les deux. Pour rappel, celle-ci est équipée d’une hybridation légère 12 volts. Une stratégie intelligente de la part de Fiat, qui permet de conserver toute sa clientèle et d’en attirer une nouvelle, sans devoir sacrifier une auto devenue véritablement culte dans le monde entier. La rivale de la future Renault 5, de la Twingo E-Tech et de la Mini Cooper SE a donc toutes les cartes en mains pour séduire et connaître un succès digne de l’ancienne version.

Tout cela semble donc bien prometteur sur le papier. Mais en vrai ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de cette nouvelle Fiat 500 électrique plus tendance que jamais durant un week-end complet.

Extérieur et design de la Fiat 500e électrique

Arrivée dans le catalogue en 2007, la précédente génération de la Fiat 500 n’avait quasiment subi aucune évolution depuis plus de dix ans, hormis un léger restylage intervenu en 2015, qui se concentrait alors sur la face avant et les feux arrière. Avec cette toute nouvelle mouture, les designers ont souhaité apporter un peu de nouveautés et de caractère à la citadine, sans pour autant la dénaturer complètement. Exit donc les traits rondouillards de la précédente version que l’on connaît tous bien, puisque cette nouvelle arrivante gagne en agressivité et même en masculinité, sans pour autant perdre son élégance légendaire. Car ne l’oublions pas, la clientèle de la citadine reste encore majoritairement féminine, et ce depuis son lancement. Si la silhouette globale reste donc très proche de ce que l’on connaissait jusqu’alors, c’est surtout la face avant qui s’offre un nouveau dessin, avec entre autres de nouvelles optiques et une calandre pleine. Vous l’aurez d’ailleurs sans doute remarqué, celle-ci arbore désormais le logo 500 et non Fiat, la marque souhaitant mettre en avant le modèle, assurément le plus mythique de la gamme.

Vous l’aurez donc compris, cette nouvelle Fiat 500e ne fait pas vraiment dans la révolution, mais évolue cependant largement par rapport à l’ancienne génération. Plus imposante, la citadine a pris un peu d’embonpoint et voit sa longueur portée à 3,63 mètres, contre 3,57 jusqu’à présent. Plus large de 8 centimètres tout de même, la citadine gagne en prestance sur la route, tout en restant adorable. De son côté, l’arrière profite également d’un important coup de crayon, perdant là aussi en rondeur et se dotant de nouveaux feux carrés placés de chaque côté du coffre. D’ailleurs, celui-ci se veut plutôt épuré, sans doute un peu plus que l’ancienne génération, sans toutefois manquer de caractère. Bref, la citadine évolue ici dans le bon sens, même si certains peuvent peut-être regretter sa bonhomie et sa jovialité, disparues au profit d’un style plus agressif. Mais là où la firme a aussi voulu se distinguer de ses rivaux, c’est du côté des couleurs, avec une palette offrant un choix plutôt insolite, avec des teintes très raffinées. Parmi elles, le très beau Rose Gold de notre version d’essai, original et élégant, séduisant surtout la gent féminine. À noter qu’une version cabriolet est aussi disponible.

Poste de conduite et habitabilité de la Fiat 500 électrique

Alors que l’extérieur évolue en douceur, mais de manière visible tout de même, la vraie révolution se trouve en fait dans l’habitacle, qui change quant à lui du tout au tout par rapport à la précédente génération. Là encore, finies les courbes donnant l’impression d’être au volant d’un vrai petit jouet, alors que cette mouture profite d’un poste de conduite revu en profondeur. Certes, celui-ci se veut bien plus conventionnel, mais il gagne surtout en modernité, en devenant un peu plus épuré. Si l’on retrouve encore quelques plastiques durs çà et là, notamment sur la console centrale, l’ensemble reste plutôt satisfaisant, même si la qualité perçue peut encore être améliorée. Toujours très féminin cependant, avec sa place de bord assortie à la carrosserie, l’habitacle de cette Fiat 500e reste également assez original, lui permettant alors de garder son esprit inchangé. Les sièges sont quant à eux confortables et recouverts de Seaqual, un matériau fabriqué à base de bouteilles en plastique recyclées, récupérées dans les océans. Dommage en revanche que l’assise soit uniquement réglable manuellement, et qu’elle ne soit pas chauffante, ce qui aurait permis de moins utiliser le chauffage, et d’améliorer l’autonomie en hiver.

Mais s’il y a bien un aspect sur lequel la citadine électrique fait un vrai bond en avant, c’est surtout sur le plan technologique, alors qu’elle s’offre un tout nouvel écran tactile allant de 7 à 10,25 pouces selon la finition choisie. Compatible avec Apple CarPlay sans fil et Android Auto, celui-ci est moderne et bien pensé, avec une présentation agréable et une vraie réactivité. Il est également associé à un combiné numérique complet et affichant uniquement les informations utiles, afin de ne pas perdre le conducteur. Pas tape-à-l’oeil pour un sou, celui-ci est également entièrement personnalisable, afin de choisir les données affichées. Nous aurions en revanche bien aimé pouvoir profiter d’un affichage tête haute, qui n’est malheureusement pas disponible sur la citadine électrique. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que l’habitabilité n’est pas forcément son point fort, et il faudra alors opter pour la version 3 + 1 pour profiter d’un accès facilité aux places arrière. Son empattement de 2,32 mètres ne laissant pas beaucoup de places aux passagers sur la banquette, l’usage de celle-ci devra rester exceptionnel pour des longs trajets. Enfin, le coffre oscille entre 85 et 550 litres.

Que vaut la Fiat 500e électrique sur la route ? Essai en conduite

Il est maintenant temps de s’installer derrière le volant de cette nouvelle Fiat 500, désormais uniquement proposée en électrique, et d’appuyer sur le bouton de démarrage. Néanmoins, les inconditionnels des moteurs thermiques seront heureux d’apprendre que l’ancienne génération reste pour l’instant proposée en parallèle, afin de faire la transition pour les clients. Si tout le monde n’apprécie pas forcément le choix audacieux de la marque transalpine de ne plus proposer d’alternative essence sur sa citadine, cette stratégie reste cependant cohérente avec le climat actuel, et surtout tout à fait adaptée à ce segment, à l’usage purement urbain. Car si ce type de motorisation n’est pas adapté aux longs trajets, il se révèle tout à fait cohérent pour effectuer des trajets domicile-travail quotidiens. Et dans ce cas, le choix de l’électrique est tout à fait pertinent, à défaut d’être vraiment excitant. Mais vous le verrez lors de cet essai, la citadine italienne reste plutôt amusante à conduire malgré tout. Si deux versions sont proposées au catalogue, nous avons de notre côté testé la déclinaison équipée de la batterie 42 kWh coiffant la gamme.

Celle-ci permet alors d’offrir à la citadine une autonomie allant jusqu’à 320 kilomètres selon le cycle WLTP, celle-ci pouvant alors atteindre les 460 kilomètres en usage uniquement urbain. De quoi rouler en toute sérénité au quotidien, d’autant plus que la consommation de cette Fiat 500e électrique reste très raisonnable, à condition toutefois d’appliquer les principes élémentaires de l’éco-conduite. À noter que trois modes sont disponibles, baptisés Normal, Range et Sherpa, mais notre préférence ira plutôt au second pour tous les jours. Celui-ci permet en effet de conduire avec une seule pédale, augmentant alors la régénération au freinage à son maximum. Il faudra en revanche faire attention à la fin du ralentissement, la citadine ayant alors tendance à piler brusquement. Dommage, car globalement, la citadine transalpine se montre très confortable, profitant par ailleurs d’une très bonne insonorisation et de liaisons au sol parfaitement travaillées. Mais ce comportement très sain, voire dynamique, s’explique aussi par la présence des batteries sous le plancher, abaissant ainsi le centre de gravité. Bien entendu, la citadine reste une voiture pour tous les jours, mais il n’empêche que l’on se sent en sécurité à son bord.

Développée quasi exclusivement pour des trajets de tous les jours, cette nouvelle Fiat 500 électrique se révèle évidemment très maniable, avec un diamètre de braquage tout petit, affiché à seulement 9,7 mètres. De son côté, la direction est quant à elle très souple et permet de mener facilement le train avant, qui lui est très incisif. Avec son gabarit très compact, la citadine se faufile absolument partout, dans le silence le plus total. Ou presque. Puisqu’outre le son obligatoirement émis en dessous des 30 km/h, la citadine joue également la célèbre mélodie Amacord de Nino Rota, qui se déclenche entre 20 et 35 km/h seulement. Plutôt sage au premier abord, cette Fiat 500e n’a néanmoins pas à rougir de ses performances, bien au contraire, avec un 0 à 100 km/h réalisé en moins de 9 secondes, tandis que les 50 km/h sont atteints en seulement 3,1 secondes. De quoi s’amuser un peu au feu rouge, grâce entre autres aux 220 Nm de couple, disponibles instantanément. Et bonne nouvelle, les 294 kg de la batterie sont à peine perceptibles, alors que l’auto affiche un poids relativement contenu de 1 290 kg, ce qui est plus que raisonnable pour un modèle électrique.

Si son autonomie est largement suffisante pour aller travailler plusieurs jours d’affilée sans devoir systématiquement se brancher, les plus stressés pourront cependant compter sur le mode Sherpa, qui permet alors d’économiser au maximum la batterie. Celui-ci bride la vitesse maximale à 80 km/h, désactive les équipements les plus énergivores et augmente la puissance de la régénération au freinage. Mais quoi qu’il en soit, il faudra bien la recharger un jour. Et là, bonne nouvelle, puisque la citadine est équipée d’un chargeur 85 kW, permettant alors de récupérer 80 % d’autonomie en seulement 35 minutes. En revanche, 4h15 seront nécessaires sur une prise 11 kW, ce qui reste plutôt raisonnable. Évoluant dans le bon sens, cette nouvelle génération de la Fiat 500e électrique fait également un gros bond en avant en termes d’équipements, s’offrant entre autres un inédit système de conduite semi-autonome de niveau 2 sur les versions les plus haut de gamme.

Notes et avis sur l’essai de la Fiat 500 électrique

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Évoluant dans la continuité, la Fiat 500e affiche des lignes séduisantes
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Très confortable, la citadine est maniable et saine en conduite plus dynamique… on adore !
Praticité
⭐️⭐️⭐️
Avec son gabarit compact, cette nouvelle 500e électrique n’est pas forcément la plus pratique du marché, avec un coffre et des places arrière assez petits.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Affichée à partir de 27 500 euros, cette Fiat 500 électrique n’est pas donnée, mais elle offre de nombreux équipements et des prestations convaincantes.

Envie d’une Fiat 500e électrique au meilleur prix ?
Achetez-la moins chère avec Caroom !

Fiat 500e
Fiat 500e 6 véhicules disponibles
À partir de 19 400 € -23% de remise

Bilan de notre essai de la Fiat 500e électrique

Gardant le charme de la précédente génération et restant toujours fidèle à sa philosophie originelle, cette nouvelle Fiat 500e électrique évolue très bien, apportant une vraie touche de fraîcheur sur ce segment. Conservant ses airs de petit jouet adorable, la citadine est pleine de qualités et séduit par son style ainsi que sa motorisation, tout à fait adaptée. Certains pourront crier au scandale, mais il n’empêche que ce choix osé est très pertinent et assumé sur cette auto, qui reste un modèle purement urbain. Une belle surprise donc cette Fiat 500 électrique, qui tient ses promesses et se montre très séduisante sur tous les points !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 5 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 
Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This