Essai Peugeot e-208 : l’électrique, c’est chic !

Essai auto de la Peugeot e-208

Dévoilée en même temps que la version thermique standard, la Peugeot e-208 constitue une excellente alternative 100 % électrique. Découvrez notre essai auto de la Peugeot e-208.

Si l’électrique prend aujourd’hui une place de plus en plus importante sur le marché automobile, Peugeot est déjà coutumier de cette motorisation, et en est même l’un des pionniers. Et pour cause, dès 1941, la marque sochalienne se lance sur ce segment, avec la VLV (Voiture Légère de Ville), conçue afin de contrer le manque de carburant durant la 2de Guerre Mondiale. Un peu plus tard, en 1995, c’est au tour de la Peugeot 106 Electric de faire son apparition, devenant alors la voiture électrique la plus vendue au monde. Autant dire qu’entre les véhicules zéro-émission et la marque au lion, c’est une histoire qui dure depuis longtemps ! Pas étonnant donc qu’elle revienne, à l’heure où l’électrification est un passage obligatoire afin d’échapper aux amendes prévues par l’Union européenne.

Dévoilée en 2019, en même temps que la version thermique standard, cette nouvelle Peugeot e-208 a donc pour but d’abaisser les émissions moyennes de la gamme, tout en offrant une alternative branchée aux clients qui en ont besoin. La cousine de la DS 3 Crossback E-Tense, avec qui elle partage sa plateforme devra toutefois composer avec une concurrence de plus en plus rude, face notamment à une Renault Zoé plus ancienne et donc un peu mieux implantée sur le segment. Néanmoins, la citadine sochalienne profite de nombreux atouts par rapport à sa rivale au losange, que nous vous proposons de découvrir dès à présent dans notre essai complet !

Extérieur et design de la Peugeot e-208

Contrairement à Renault, mais également à d’autres constructeurs qui ont décidé d’offrir à leurs modèles électriques un style complètement à part, Peugeot a fait le choix de la cohérence, avec une e-208 reprenant trait pour trait le design de la version thermique. Nous retrouvons donc les principaux attributs distinctifs de la 2e génération de la citadine, à savoir la face avant intégrant deux optiques en formes de crocs, entourant une calandre redessinée. À l’arrière, le bouclier profite là encore d’un nouveau coup de crayon, tandis que la signature lumineuse arrondie reprend les fameuses « griffes » de la première mouture, avec des feux reliés entre eux par un bandeau noir très tendance. Enfin, de profil, nous distinguons de nouvelles protections de carrosserie noires, uniquement proposées sur les versions les plus haut de gamme, à partir de la finition GT Line.

S’il est donc difficile de distinguer la version électrique de sa sœur thermique, quelques détails viennent tout de même nous aiguiller, pour peu que l’on fasse preuve d’un peu d’observation. À l’avant tout d’abord, la calandre se pare de décors reprenant la teinte de la carrosserie, donnant presque l’impression qu’elle serait pleine, comme c’est le cas sur de nombreux modèles électriques, à commencer par la Renault Zoé. On apprécie toutefois le fait que la grille soit toujours présente, afin de ne pas déstabiliser la clientèle et de garder un style proche de la Peugeot 208 standard. Autre détail important, le lion, qui devient bleu et surtout dichroïque sur la version électrique. Un terme bien compliqué pour dire que sa couleur change simplement selon la lumière. Enfin, il faut également noter que seule la e-208 s’avère disponible en version GT, qui se distingue par des passages de roues noirs brillant comme sur la GT Line, ainsi que des jantes de 17 pouces avec des inserts spécifiques.

Poste de conduite et habitabilité de la e-208

Là encore, difficile de faire la différence entre les versions thermiques et électriques de cette nouvelle Peugeot 208 lorsque l’on pénètre dans l’habitacle, alors que la présentation demeure inchangée. Celle-ci change toutefois radicalement par rapport à la précédente génération, faisant un véritable bond en avant sur tous les points, que ce soit en termes de qualité perçue ainsi qu’en ce qui concerne le bagage technologique. Et pour cause, la citadine s’offre un tout nouvel écran tactile de 5 à 10 pouces selon la finition, associé à un nouveau combiné numérique, pouvant être en 3D sur les versions les plus haut de gamme. Nous retrouvons le fameux Peugeot I-Cockpit, inauguré sur la première génération de la citadine, avec son petit volant et son combiné placé juste au-dessus.

Globalement, la présentation est très flatteuse, tandis que les matériaux sont de bonne facture et que les ajustements sont plutôt bons, bien que perfectibles toutefois. Profitant d’un empattement de 2,54 mètres, la Peugeot e-208 conserve une habitabilité identique à la version thermique, grâce aux batteries logées sous le plancher, ne prenant aucun espace dans l’habitacle. La citadine accueille donc plutôt convenablement ses occupants, même si les plus grands gabarits pourront se sentir quelque peu à l’étroit tout de même. Enfin, le volume de coffre demeure également inchangé, oscillant alors entre 300 et 391 litres une fois la banquette arrière rabattue. Un chiffre qui permet ainsi à la dernière-née de la marque de se positionner dans la moyenne du segment, notamment face à la Renault Clio 5.

Que vaut la Peugeot e-208 sur la route ? Essai en conduite

Outre la version thermique, que vous avez déjà pu découvrir dans l’essai de la 208, nous avons donc aussi pu prendre le volant de sa sœur électrique, la Peugeot e-208. Pour rappel, celle-ci embarque alors un moteur zéro-émissions de 136 chevaux, revendiquant également un couple maximal de 260 Nm disponible immédiatement, dès que l’on presse la pédale d’accélérateur. Un atout, que les conducteurs de voitures électriques connaissent déjà bien, et qui permet à la citadine au lion d’abattre le 0 à 100 km/h en 8,1 secondes, tandis que la vitesse est quant à elle établie à 150 km/h. Pas de quoi vous coller au siège, certes, mais il n’en reste pas moins que l’ensemble demeure toutefois très satisfaisant, notamment sur l’exercice du 0 à 50 km/h.

Très plaisante à conduire, cette version se veut tout aussi dynamique que la 208 thermique, grâce à son excellente plateforme e-CMP, ainsi que son sélecteur de modes de conduite. Il faudra cependant composer avec une autonomie de 340 km selon le cycle WLTP offerte par la batterie de 50 kWh, soit seulement 2 kWh de moins que la Renault Zoé, qui peut quant à elle parcourir 395 km en une seule charge. Si cette autonomie est suffisante pour effectuer des trajets domicile-travail quotidiens sans avoir à se recharger tous les jours, elle baisse toutefois assez rapidement lorsque l’on sort de la ville ou que le rythme s’accélère. Il est néanmoins possible de récupérer 80 % de la charge en seulement 30 minutes sur une borne de recharge rapide de 100 kW, tandis que 16 heures s’avèrent nécessaires sur une prise standard.

Si l’on oublie la motorisation électrique cachée sous le capot, cette Peugeot e-208 reste très proche de la version standard en termes de prestation routière, gagnant d’autant plus en stabilité grâce à son centre de gravité abaissé. Par ailleurs, ses quelques 1 455 kg, dont 350 rien que pour les batteries se font assez peu ressentir, même en conduite dynamique. Comme sur la déclinaison thermique, le confort est ici privilégié au détriment du dynamisme, avec des suspensions au typage très souple. En résulte une légère prise de roulis, bien que l’ensemble demeure toutefois très convenable, même lorsque le rythme s’accélère, d’autant plus que la citadine n’a en aucun cas des ambitions de sportive, rappelons-le. Enfin, la bonne surprise se retrouve au niveau du freinage, très performant et surtout naturel, contrairement à de nombreuses voitures électriques, tandis que le frein moteur peut quant à lui être amplifié grâce au mode B, permettant d’accroître la régénération.

Notes et avis sur l’essai de la Peugeot e-208

CatégorieNote sur 5 Avis Caroom
Esthétique⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️Identique à la version thermique, la Peugeot e-208 se trahit par quelques discrets petits détails, tout en conservant des lignes très réussies !
Conduite⭐️⭐️⭐️⭐️Si la motorisation électrique est très dynamique et convaincante, l’autonomie baisse à vue d’œil dès que l’on appuie un peu trop sur l’accélérateur. Les prestations routières sont quant à elles très plaisantes !
Praticité⭐️⭐️⭐️Si son volume de coffre ne baisse pas par rapport à la version thermique, celui-ci est inférieur à celui de la précédente génération. S’il reste plutôt correct, l’habitabilité gagnerait toutefois à être améliorée.
Rapport Qualité/Prix⭐️⭐️⭐️⭐️Affichée à partir de 32 300 €, la Peugeot e-208 est assez onéreuse, mais elle se situe dans la moyenne sur le marché de l’électrique. À noter qu’un bonus écologique s’avère applicable, de quoi réduire significativement la facture et la rendre plus abordable.

Bilan de l’essai de la Peugeot e-208

Excellente alternative à la version thermique, la Peugeot e-208 est pleine d’atouts et ne devrait avoir aucun mal à séduire le grand public, alors qu’elle représentait il y a quelques mois plus de 30 % des précommandes. Il faut dire que la citadine possède de nombreux arguments, notamment pour tous ceux qui recherchent un véhicule pour tous les jours. Si elle autorise également quelques sorties en dehors de la ville, celle-ci reste toutefois son terrain de prédilection, même si la sochalienne se montre aussi très confortable sur des trajets un peu plus longs.

En réalité, seul son tarif à partir de 32 100 € pourrait dissuader les éventuels acheteurs, qui pourraient alors être tentés de se tourner vers une Renault Zoé, affichée à partir de 23 900 €.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 18 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

1 commentaire

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !