Essai de la Citroën C4 : confort surélevé

Essai auto de la Citroën C4

La Citroën C4 change de peau. Elle mise sur un design atypique de SUV coupé et sur une habitabilité généreuse. En bonne Citroën, le confort fait toujours partie de ses points forts. Découvrez notre essai auto de la Citroën C4.

Sur le marché très concurrentiel des berlines compactes, il n’est pas facile de se faire une place au soleil face aux stars que sont les Golf, 308 et autres Mégane. Citroën choisit de passer par un design très différent de la mouture précédente disparue en 2018 avec une ligne de SUV Coupé inédit dans la catégorie.

Ses dessous aussi sont renouvelés puisqu’elle adopte la plateforme CMP de la catégorie inférieure déjà utilisée par les 208 et 2008. Son empattement se trouve cependant étiré au maximum afin de profiter d’une belle habitabilité. Si la plateforme EMP2 des 308 n’a pas été retenue, c’est avant tout pour une question de coût, mais aussi pour permettre à cette C4 III de bénéficier d’une motorisation 100 % électrique en plus des classiques blocs essence et diesel. Quelle que soit sa motorisation, cette C4 reste fidèle à la tradition Citroën en faisant preuve d’un grand confort.

La version essayée aujourd’hui est la nouvelle Citroën C4 équipée du bien connu 1,2 PureTech 130 ch essence associé à la boîte automatique EAT8.

Extérieur et design de la Citroën C4

Alors que la génération précédente (arrêtée en 2018) a eu droit à un dessin très conservateur « à l’allemande », la nouvelle C4 s’en démarque franchement avec un design qui tranche avec les compactes concurrentes. Elle adopte un look à mi-chemin entre la berline 5 portes traditionnelle et le SUV coupé. Sa garde au sol augmente de 3 cm par rapport à la C4 II et son profil ne pourra être confondu avec aucune autre grâce à sa ligne de toit tombant sur un arrière rehaussé. Des dernières productions Citroën, elle conserve le regard à double étage ainsi que les barrettes chromées des doubles chevrons finissant désormais en X. Le capot est sculpté, tout comme les flancs, tandis que les passages de roues sont généreusement gonflés. On retrouve bien évidemment le principal attribut des SUV que sont les protections plastiques qui font le tour de la carrosserie et lui donnent un aspect plus robuste. À l’arrière, les feux au style plus torturé peuvent faire penser à ceux d’une Honda Civic, notamment avec leur signature lumineuse. Un bandeau noir les relie entre eux et un spoiler les surplombe. Ce dernier coupe la lunette arrière en deux et gêne la rétrovision.

Poste de conduite et habitabilité de la Citroën C4

La principale chose que l’on remarque une fois installé à bord de cette nouvelle C4 est la place dont on dispose, surtout aux vastes places arrière. Cela s’explique par l’empattement géant de 2,67 m digne du segment supérieur. Si les plus grands passagers (+ d’1,80 m) installés sur la banquette arrière n’auront donc aucun mal à caser leurs genoux, ils pourront en revanche être gênés par la garde au toit limitée, rançon du profil de coupé. Le coffre aussi souffre de ce profil et n’affiche que 380 litres. Une valeur qui ne s’avère pas mauvaise en soi, mais avec une longueur de 4,36 m (ce qui fait de la C4 une des plus grandes de sa catégorie), on pouvait en attendre plus.

À l’avant, la planche de bord se montre plus classique que le style extérieur. Un grand écran horizontal de 10 pouces trône en son centre. Malheureusement, cette grande taille est amputée à droite et à gauche par le réglage et l’affichage permanent de la température. C’est vraiment dommage, d’autant plus que Citroën a eu la bonne idée de donner à sa C4 des commandes de climatisation physiques, bien plus pratique à utiliser au quotidien. Les compteurs sont remplacés par un écran numérique qui donne l’impression d’avoir été intégré à la va-vite et dont l’affichage se montre simpliste. Seules les informations essentielles sont présentes et pas de possibilité de le paramétrer. Au moins, on ne pourra pas lui reprocher un manque de lisibilité.

La qualité est assez inégale avec des plastiques moussés et structurés sur le dessus de la planche de bord, alors que les parties basses doivent se contenter d’éléments durs. De plus, les assemblages ne sont pas au niveau de ce que l’on pourrait attendre. Côté concurrence, une Skoda Octavia se montre plus rigoureuse, mais plus joyeuse. Dans l’une comme dans l’autre, le noir domine.

Notre exemplaire étant équipé d’une boîte automatique, le levier de vitesse est remplacé par un sélecteur. Ce dernier permet de libérer la place entre les passagers et de profiter d’un large vide-poche. Il permettra de déposer clés et téléphone, d’autant plus qu’il est possible d’opter pour une recharge par induction. Dans le cas où votre smartphone n’est pas compatible, deux prises USB restent à disposition.

Que vaut la Citroën C4 sur la route ? Essai en conduite

Sur la route, la première qualité de cette troisième génération de cette Citroën C4 s’avère bien évidemment son grand confort. Son amortissement bénéficiant des butées hydrauliques se veut toujours prévenant et les dos d’âne sont passés sans aucune difficulté. Son moelleux se trouve complété par les sièges généreusement rembourrés bénéficiant du programme Advanced Confort (à partir du niveau Feel Pack). Ils sont tellement moelleux qu’ils pourront ne pas plaire à tout le monde et rappeler les sièges des autos des années 90.

Notre modèle d’essai était équipé du moteur trois cylindres 1,2 PureTech de 130 ch et 230 Nm associé à la boîte automatique EAT8. Avec un poids raisonnable de 1 278 kg, la C4 offre des performances suffisantes pour le quotidien : le 0 à 100 km/h est notamment effectué en 9,4 secondes. La boîte automatique à 8 rapports égrène ses vitesses avec douceur. Cependant, cette onctuosité sera mise à mal à faible allure. Des à-coups se font alors sentir, tout comme lors des redémarrages du Stop & Start manquant de délicatesse.

Lorsque le rythme s’accélère, la C4 ne se montre pas particulièrement plaisante à emmener dans les virages. Contrepartie d’un grand moelleux, les amortisseurs très souples occasionnent alors des mouvements de caisse à chaque changement d’appui et une plongée de l’avant de l’auto lors des freinages appuyés. Dans le même temps, la direction ne remonte que très peu d’information sur le niveau d’adhérence disponible. Vous l’aurez compris, pour profiter pleinement de la C4, il est plus appréciable de ne pas la brusquer et de savourer le fait d’absorber toutes les imperfections du bitume avec aisance. Nous regretterons en revanche quelques bruits d’air au niveau des rétroviseurs faisant leur apparition à partir de 110- 120 km/h. S’ils ne sont pas trop envahissants, ils peuvent vite devenir fatigants sur longs parcours.

Notes et avis de la Citroën C4

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️
Citroën a fait le choix de donner à sa C4 un physique particulier. Si certains adoreront son profil de SUV coupé à la mode, d’autres ne seront pas aussi réceptifs.
Conduite
⭐️⭐️⭐️
Le confort est à l’honneur dans cette nouvelle C4. Si vous êtes un adepte de douceur et de moelleux, foncez. Mais si vous êtes préférez attaquer les virages, passez votre chemin.
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
De grands rangements, des astuces et de la place à bord. Le sans-faute aurait pu être atteint si le coffre ne s’était pas contenté d’être juste dans la moyenne.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️
Si le tarif d’accès est attractif, les versions les plus haut de gamme ne se bradent pas. L’équipement est à la hauteur, mais la qualité de finition souffre de la concurrence.

Envie d’une Citroën C4 au meilleur prix ?
Achetez-la moins cher avec Caroom !

Citroën C4
Citroën C4 209 véhicules disponibles
À partir de 18 039 € -24% de remise

Bilan de notre essai de la Citroën C4

Avec son style marquant et en misant très fortement sur le confort de roulement, la Citroën C4 ne s’adresse pas forcément à tout le monde. Mais dans un marché automobile de plus en plus homogène, il est agréable de trouver un modèle qui se démarque de la concurrence. De plus, elle offre un espace intérieur important qui ravira vos passagers… du moment qu’ils mesurent moins d’1m80 pour être réellement à l’aise. Disponible à partir 20 900 euros en version de base Live avec une dotation suffisante, il vaudra mieux se tourner vers le deuxième niveau Feel pour bénéficier notamment du grand écran tactile et d’une présentation plus agréable.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 28 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Jean-Baptiste TRICHOT
Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !