Essai Mercedes Classe A : bonne à (presque) tout faire

Essai de la nouvelle Mercedes Classe A

Renouvelée en 2018, la Mercedes Classe A a considérablement évolué, notamment en ce qui concerne l’aspect technologique, faisant un vrai bond en avant. Découvrez dès à présent notre essai auto complet !

La Mercedes Classe A, c’est une histoire qui dure depuis plusieurs décennies déjà, alors que la toute première génération fut lancée en 1997, adoptant alors un style bien différent de celui que l’on connaît actuellement. Et pour cause, on se souvient des lignes tout en rondeurs de la citadine allemande, en opposition totale avec les traits bien plus affirmés de rigueur depuis plusieurs années. Depuis plus de 20 ans, la citadine n’a donc cessé d’évoluer, notamment avec cette 4ème génération, lancée en 2018 et ayant déjà rencontré un franc succès auprès des clients, avec plus de 20 000 exemplaires écoulés sur l’ensemble de l’année dernière, alors que les ventes de la compacte avaient déjà considérablement augmentées en 2018.

Il faut dire que celle-ci redouble d’arguments pour séduire, alors que Mercedes lui a offert un vrai coup de jeune, sur de nombreux points. Outre son style, largement modernisé mais restant dans la continuité, la Mercedes Classe A s’offre également un tout nouvel arsenal technologique, inaugurant notamment l’inédit système d’infotainement MBUX. Le but pour la star de la marque à l’étoile ? Occuper une place toujours plus importante sur le marché, mais surtout gagner une longueur d’avance par rapport à ses principales rivales, à savoir la BMW Série 1 et l’Audi A1, tout juste renouvelées également. Pour cela, la Classe A devra donc faire valoir ses atouts, afin d’aller grappiller quelques clients à ses concurrentes.

Pour cet essai, c’est la version A180 AMG-Line qui est donc passée entre nos mains, une déclinaison de milieu de gamme qui devrait constituer une bonne partie des ventes de la compacte étoilée, du haut de ses 136 chevaux.

Exterieur et côté style de la Classe A

Au premier abord, lorsque l’on regarde cette nouvelle Mercedes Classe A, nous remarquons invariablement son nouveau style, plus affuté sans pour autant apporter de vraie révolution. Il faut dire que la précédente génération était déjà très réussie sur ce point-là, nul besoin de tout changer donc. Cette nouvelle mouture tient donc plus du gros restylage que du changement de génération donc, gagnant toutefois en dynamisme grâce à une signature lumineuse revue, héritée de la CLS, entourant une calandre « Panamericana » redessinée. A l’arrière en revanche, les changements sont plus discrets, bien que les feux profitent également d’un nouveau coup de crayon, tout comme le bouclier. Par ailleurs, la compacte s’agrandit légèrement, avec une longueur de 4,42 mètres, tandis qu’elle profite d’ailes plus marquées, lui donnant un peu plus de prestance.

Comme nous l’avons évoqué un peu plus haut, nous avons ici pris le volant de la version AMG-Line, coiffant la gamme et se distinguant par une foule d’éléments spécifiques. Nous pouvons citer parmi eux la calandre exclusive s’offrant quelques touches de chrome, ainsi qu’un kit AMG composé d’une jupe avant, de protections latérales ainsi que d’une jupe arrière. Celle-ci est alors agrémentée d’un insert chromé, tandis que des jantes alliage de 18 pouces à cinq branches viennent compléter la dotation, de même que la suspension abaissée de 15 mm. Notre version est également habillée d’une teinte Gris Montagne Magno Designo matte, disponible sur toutes les finitions mais particulièrement adaptée à la variante AMG-Line. Enfin, si le gris domine très largement le catalogue, il est également possible de choisir le Rouge Patagonie ou le Jaune Soleil, pouvant être associés à plusieurs styles de jantes allant jusqu’à 19 pouces.

Intérieur et habitabilité

Si l’extérieur évolue par petites touches, c’est surtout l’intérieur qui fait le plus gros bond en avant sur cette nouvelle génération, alors que la précédente commençait tout doucement à accuser le poids des années, après six ans au catalogue et un restylage en 2015. Avec cette nouvelle mouture, la compacte inaugure une toute nouvelle présentation, bien plus moderne, avec ses deux écrans allant jusqu’à 10,25 pouces chacun sur les finitions les plus hautes. Mais ce n’est pas tout, car la compacte fut également le tout premier modèle à se doter du système d’info-divertissement MBUX (Mercedes-Benz User Experience), se distiguant par une commande vocale avancée s’activant par la formule Hey Mercedes ! ainsi que sa navigation utilisant la réalité augmentée. Par ailleurs, cette Mercedes Classe A se dote également du système Car-to-X, permettant à la voiture de communiquer avec d’autres véhicules, ainsi qu’avec les infrastructures routières. Bref, l’ensemble est ici très technologique, faisant encore un peu monter l’Allemande en gamme, et lui permettant de rester dans la course face à ses rivales.

Plus globalement, on peut vraiment dire que l’habitacle de cette Mercedes Classe A est très réussi, mais ses détails un peu clinquants pourraient toutefois déplaire à ceux préférant la sobriété, qui se tourneront alors plutôt vers la nouvelle Audi A3. Quoi qu’il en soit, les matériaux sont toujours très satisfaisants, tout comme les assemblages, dignes des ambitions haut de gamme de la compacte à l’étoile. Contrairement à ses rivales allemandes, l’habitacle est loin d’être austère, grâce également à l’ambiance lumineuse personnalisable de nombreuses manières, de la plus sobre à la plus exubérante. Par ailleurs, et forte d’un empattement de 2,73 mètres, cette Classe A se révèle plutôt accueillante, plus encore que la précédente génération. Enfin, le coffre a quant à lui également été revu à la hausse avec 29 litres supplémentaires, atteignant un volume de 370 litres au total.

Que vaut la Mercedes Classe A sur la route ? Essai en conduite

Si certains constructeurs tentent de simplifier au maximum les gammes de leurs véhicules, on ne peut pas vraiment dire que ce soit le cas de Mercedes avec sa Classe A. Et pour cause, c’est ici un large choix de motorisations qui est proposé aux clients, avec des blocs essence, diesel et hybrides, dont les puissances sont comprises entre 109 et 421 chevaux pour sa version la plus performante baptisée 45 S AMG. Mais ce n’est pas tout, car en plus d’être proposé avec une carrosserie de compacte classique, une version à coffre a également fait son apparition dans le catalogue, alors qu’il était originellement prévu que celle-ci soit réservée à la Chine, friande de cette silhouette. Pour notre essai, nous avons de notre côté opté pour la version A180, embarquant un quatre cylindres 1,3 litres conçu en partenariat avec Renault, également présent sous le capot du… Dacia Duster.

Celui-ci constitue donc une proposition intermédiaire au sein de la gamme, offrant des performances correctes sans être trop hautes, largement suffisantes pour le quotidien. Si l’accélération peut manquer légèrement de dynamisme, le 0 à 100 km/h abattu en 8,8 secondes reste très honorable, tandis que la vitesse maximale est quant à elle établie à 215 km/h. Si vous ne serez donc pas collés au siège à chaque départ arrêté au feu rouge, les 136 équidés et les 200 Nm de couple sont toutefois idéaux pour tous les jours, offrant notamment d’assez bonnes relances lors de dépassements. Jouant la carte du confort, de par son positionnement haut de gamme, cette Mercedes Classe A s’offre ici une boîte robotisée à double embrayage 7G-DCT plutôt performante, dont les passages de rapports se font toujours de manière très douce, mais surtout, au bon moment. Il faudra toutefois titiller les palettes au volant pour profiter d’un caractère plus dynamique.

Malgré son style sportif, sans pour autant l’être autant qu’une « vraie » AMG, notre Mercedes Classe A n’est en réalité pas la plus agile du segment lorsque l’on décide de s’aventurer sur des routes plus sinueuses comme nous en avons croisé lors de notre essai. En effet, du fait de ses suspensions au réglage souple, la compacte pâtit d’un caractère un brin pataud en courbes, même si la plupart des usagers n’auront que très rarement l’occasion de s’en rendre compte, puisqu’elle est avant tout destinée à des trajets un peu plus tranquilles. Nous sommes notamment très loin d’une Peugeot 308, au châssis bien plus affuté, même dans ses versions d’entrée de gamme. Toutefois, si le comportement général n’est pas le plus sportif du marché, la Classe A jouit d’une très bonne tenue de route, qui rassurera les plus prudents. La compacte pourra donc aisément sortir des villes et même s’adonner à quelques balades plus rapides sans aucun danger, notamment dans sa version AMG Line, au châssis abaissé.

Par ailleurs, pas moins de quatre modes de conduite sont proposés sur cette Mercedes Classe A, dont une configuration Sport rendant l’ensemble un peu plus réactif, sans pour autant la transformer. Vous l’aurez donc compris, le principal atout de cette compacte se trouve ailleurs, puisque c’est avant tout pour son confort qu’elle séduit, ce qui se révèle idéal pour les trajets domicile-travail de tous les jours. Un caractère que l’on doit au tarage très souple de l’amortissement, ainsi qu’à la direction très assistée, peut-être un peu trop pour certains, offrant un rendu assez peu naturel. Si l’Allemande se montre plutôt à l’aise en ville, notamment grâce à ses nombreux systèmes d’assistance, elle pâtit toutefois d’un diamètre de braquage un peu trop important, compliquant parfois certaines manœuvres. Les radars de stationnement seront alors d’une aide précieuse. Si elle se révèle relativement gourmande, avec une consommation en cycle mixte de 5,2 litres, cette Mercedes Classe A 180 échappe toutefois au malus, grâce à des émissions de 125 g/km.

Notes et avis sur l’essai Mercedes Classe A

CatégorieNote sur 5 Avis Caroom
Esthétique⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️Plus agressive qu'auparavant, la Mercedes Classe A demeure toutefois très consensuelle sans perdre son charme.
Conduite⭐️⭐️⭐️⭐️Bonne partout, la compacte n’est pas la plus excitante du segment mais reste très agréable au quotidien.
Praticité⭐️⭐️⭐️⭐️Son volume de coffre de 370 litres, en hausse par rapport à la précédente génération est idéal, alors que les rangements sont nombreux dans l’habitacle.
Rapport Qualité/Prix⭐️⭐️⭐️⭐️Le premium, ça a un prix, mais les prestations sont bel et bien là, justifiant alors un tarif assez élevé.

Bilan de notre essai de la Mercedes Classe A

Bonne à tout faire, la Mercedes Classe A se révèle très à l’aise dans tous les environnements, grâce à son confort, qui reste son principal atout. Chouchoutant ses occupants en ville, sur autoroute mais également sur des trajets un peu plus dynamiques, la compacte allemande pâtit toutefois de quelques défauts, et notamment d’une direction manquant légèrement de consistance. Rien à redire en revanche sur l’intérieur, qualitatif et technologique à souhait, mais également capable d’accueillir confortablement ses passagers. Affichée à partir de 28 339 en concession et 24 785 € chez nos mandataires Mercedes, la star de la marque à l’étoile n’est pas donnée, mais elle reste en adéquation avec ses ambitions premium, offrant une belle dotation de série dès l’entrée de gamme. Celle-ci inclut entre autres la caméra de recul, le sélecteur de modes de conduite ou encore le régulateur et limiteur de vitesse. Si vous ne savez pour laquelle opter, lisez notre guide pour quelle Mercedes Classe A choisir, nous revenons en détails sur les motorisations et finitions.

 Ces articles vont aussi vous aider 
Publié par
Jonathan LUCK
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !