Essai du BMW iX3 : petit frère branché

Essai auto du BMW iX3

Nouvel arrivant 100 % électrique au sein de la gamme BMW, cet iX3 est en réalité le cousin zéro-émission du X3. Premier modèle d’une longue série, il incarne un vrai renouveau pour la marque allemande. Découvrez notre essai auto du BMW iX3.

C’est désormais officiel, BMW a résolument pris le virage de l’électrisation massive. Si la firme avait pendant un certain temps été très nettement en avance sur la concurrence, avec les innovantes i3 et i8, maintenant sur leur fin de carrière, elle avait par la suite semblé prendre un peu de retard. Donnant l’impression de se reposer sur ses acquis, la marque travaillait en réalité dans l’ombre pour rattraper le train en marche, alors que de nombreux constructeurs se sont également penchés sur le sujet de l’électrification, afin de mieux répondre aux normes imposées par l’Union européenne. Du côté de BMW, le but est clair : proposer au moins 25 modèles hybrides ou 100 % électriques d’ici à 2023, soit dans à peine deux ans. Autant dire que la firme a tout intérêt à se dépêcher, alors qu’elle multiplie depuis plusieurs mois les nouveautés branchées. Parmi elles, citons entre autres la berline i4, d’abord révélée sous la forme d’un concept-car, ainsi que l’iX, récemment dévoilé et préfiguré par l’étude de style Vision iNext dévoilée il y a un peu plus de deux ans déjà.

Mais le modèle qui nous intéresse aujourd’hui est l’iX3, un SUV électrique révélé dans sa version de série au mois de juillet 2020, deux ans après le concept montré à Pékin. Premier modèle zéro-émission depuis les i3 et i8, celui-ci était logiquement très attendu, alors que cela faisait un bout de temps que la marque n’avait pas dévoilé de nouveauté électrique. Mais cette période creuse fut sans doute le prix à payer pour voir arriver un modèle très abouti, capable de faire face à une concurrence féroce, à l’heure où toutes les marques ou presque ont leur propre SUV branché. Forcément, l’arrivée sur ce segment s’avère donc une étape cruciale pour un constructeur, alors que beaucoup de clients apprécient ce type de véhicule. BMW l’a donc bien compris et répond parfaitement à la demande avec ce nouvel iX3, qui reprend en réalité toutes les spécificités du X3, sur lequel il se base. Mais il aura du pain sur la planche, puisqu’en tant que premier de cordée, il aura alors la lourde tâche d’attirer la clientèle et d’aider la marque à réaliser ses objectifs.

Nous avons donc souhaité essayer ce tout nouvel arrivant dans la gamme, afin de découvrir la nouvelle vision de l’électrique selon BMW. Mais surtout de voir si le SUV a vraiment toutes les cartes en main pour rivaliser avec les Tesla Model Y et autres Audi E-Tron.

Extérieur et design du BMW iX3

Quand on jette un œil à ce nouvel iX3, une chose nous saute aux yeux instantanément : sa très forte ressemblance avec le BMW X3. C’est tout à fait normal, puisque ce nouvel arrivant au sein de la gamme est en réalité un dérivé du SUV compact, déjà décliné en version hybride rechargeable quelques mois plus tôt. Ici, la marque adopte une toute nouvelle stratégie, en offrant plusieurs motorisations à un même modèle, alors qu’elle misait il y a quelques années encore sur un style totalement différent pour ses véhicules électriques, à l’image des i3 et i8, au look bien particulier. Aujourd’hui, la firme bavaroise s’est donc bien assagie, et ce pour deux raisons : pratiques d’abord, afin de faciliter la production, mais également commerciales, permettant alors de mieux séduire les clients. Ceux-ci n’auront en effet plus à choisir entre le style et la motorisation. Bien entendu, ce BMW iX3 n’est pas pour autant un copier-coller de la version thermique, puisqu’il s’en distingue par de nombreux éléments spécifiques, dont la nouvelle calandre pleine, ainsi que les divers inserts bleus. L’arrière est un peu plus proche de celui de son cousin, tandis que le diffuseur se pare lui aussi de bleu.

On notera également la présence de jantes spécialement conçues pour améliorer l’aérodynamisme, permettant alors de réduire la traînée d’environ 15 % par rapport à une monte classique. Avec ce nouveau style, BMW adopte une stratégie très différente des Mercedes EQC et Audi e-tron. Le premier est en effet plutôt éloigné du GLC standard sur lequel il se base, tandis que le second adopte de son côté un style rapidement différent, en rupture totale avec le reste de la gamme thermique. Voici donc ici trois partis-pris bien différents pour ces constructeurs et seul le temps nous dira lequel est le plus efficace, alors que tous ces véhicules s’avèrent relativement nouveaux. Quoi qu’il en soit, le BMW iX3 reste très proche du X3 en termes de dimensions, avec une longueur de 4,73 mètres pour 1,67 mètre de haut. L’aéro a quant à lui été optimisé au maximum, afin d’améliorer la pénétration dans l’air. Pour cela, le SUV compact profite alors de nombreux appendices répartis tout autour de la carrosserie, notamment un diffuseur arrière au style bien spécifique.

Poste de conduite et habitabilité du BMW iX3

Alors que le nouveau BMW iX se distingue par une présentation intérieure totalement revue en tous points, ce n’est en revanche pas le cas de l’iX3, qui conserve quant à lui un poste de conduite bien plus classique. Mais ce n’est en réalité pas vraiment une mauvaise chose, bien au contraire, puisque l’ensemble est alors très bien pensé et très ergonomique. On apprécie en effet les commandes toutes placées au bon endroit et intuitives, avec un juste milieu entre les boutons physiques classiques et des fonctionnalités accessibles via l’écran tactile. La présentation demeure quant à elle très conventionnelle et quasiment identique à celle des dernières productions de la marque, mais c’est une très bonne chose, dont nous n’allons pas nous plaindre. On notera également l’écran tactile posé sur la planche de bord, regroupant l’ensemble des fonctionnalités du système d’info-divertissement, et ce de manière très claire. Celui-ci est alors associé à un combiné d’instrumentation numérique, affichant toutes les données relatives à la conduite, là encore avec une vraie clarté.

Ce dernier est personnalisable, dans une moindre mesure par rapport à certains concurrents et est complété par un affichage tête-haute projeté sur le pare-brise. Globalement, on est vraiment très bien à bord de ce BMW iX3, qui accueille ses occupants dans un bel espace, identique à la version thermique. En effet, les batteries sont ici implantées sous le plancher, permettant de limiter l’encombrement à bord. De son côté, le coffre est amputé d’une quarantaine de litres, avec un volume alors compris entre 510 et 1 560 litres, ce qui reste néanmoins très correct et dans la moyenne du segment. Bien entendu, quelques petites évolutions ont été apportées à l’habitacle de ce SUV électrique par rapport à la version standard. On remarquera en effet quelques détails esthétiques spécifiques, ainsi que les nouveaux affichages sur les différents écrans. Enfin, BMW a ici travaillé en collaboration avec le compositeur Hans Zimmer, qui est derrière le son de démarrage et d’extinction de la voiture.

Que vaut le BMW iX3 sur la route ? Essai en conduite

Pour son tout premier modèle électrique depuis de longues années, BMW a choisi de faire les choses simplement, afin de ne pas trop déstabiliser la clientèle. Alors que certains constructeurs ont choisi de multiplier les offres, les motorisations et les déclinaisons en tout genre, la firme bavaroise a de son côté préféré proposer une gamme très simple, avec une seule motorisation au catalogue pour son iX3. Le SUV électrique embarque donc un moteur situé sur l’essieu arrière, revendiquant pas moins de 286 chevaux, une puissance pour le moins intéressante et qui promet une bonne polyvalence pour ce nouveau venu. Mais il faut également noter que celui-ci est équipé de la 5e génération du système BMW eDrive, qui utilise cette fois-ci et pour la toute première fois la technologie de machine synchrone à impulsion électrique, dans le segment des moteurs de plus de 136 chevaux. Ce dispositif possède de nombreux avantages, permettant alors d’offrir un couple bien plus stable même à haut régime, ainsi qu’une puissance optimisée.

Le tout sans avoir recours aux aimants et aux matériaux à base de terres rares. Il s’agit pour rappel de minéraux tels que le dysprosium ou encore le néodyme, présents dans beaucoup de véhicules et dont l’extraction pose de nombreux problèmes éthiques et environnementaux. De son côté, BMW assure travailler main dans la main avec des mines respectant une charte écologique et sociale, afin de garantir une production responsable. Mais passé toute cette théorie, il est temps de prendre le volant du SUV, qui se montre d’entrée de jeu très dynamique, avec ses 400 Nm de couple disponibles instantanément. Un point commun partagé avec de nombreux autres véhicules électriques, bien sûr, mais qui surprend particulièrement ici, alors que l’auto affiche un poids assez conséquent, de 2 185 kilos. Il suffit alors d’une simple pression du pied droit pour se retrouver à des vitesses répréhensibles par la loi, alors que seulement 6,8 secondes sont nécessaires pour réaliser le 0 à 100 km/h. À noter néanmoins que la vitesse maximale est quant à elle bridée électroniquement à 180 km/h afin de préserver la batterie.

Mais ce n’est en réalité pas vraiment un problème, car il n’y a pas besoin d’aller très vite pour vraiment profiter de l’agrément de conduite offert par le SUV électrique. Et pour cause, celui-ci jouit entre autres d’un centre de gravité très bas, plus encore que celui du X3. Un véritable atout que l’on doit là encore à l’installation des batteries sous le plancher. Sans pour autant être un exemple d’agilité, ce BMW iX3 profite néanmoins d’une prise de roulis plutôt bien maîtrisée, tandis que le mode Sport rend l’ensemble plus dynamique, en raffermissant légèrement la direction, d’ordinaire assez souple. On pourrait en revanche critiquer les bruits aérodynamiques très présents à haute vitesse. Rassure-vous, ceux-ci ne nuisent heureusement pas à l’expérience de conduite générale, alors que les occupants sont chouchoutés sur les longs trajets, grâce notamment aux suspensions calibrées à la perfection. Mais c’est surtout au quotidien que le SUV s’appréciera le plus et tout particulièrement en ville. Très confortable pour les passagers, mais également pour le conducteur, ce BMW iX3 se distingue en effet par une direction souple, mais précise et directe.

Si son gabarit reste assez imposant, sans être un vrai mastodonte pour autant le Bavarois se sent tout de même assez à l’aise dans les rues étroites, grâce à sa bonne visibilité et à un diamètre de braquage plutôt court. À basse vitesse, l’insonorisation s’avère excellente, plongeant alors les occupants dans un vrai espace de silence et rendant la conduite plus apaisée, même à l’heure de pointe. Mais l’un des principaux atouts de ce BMW iX3, ce sont sans aucun doute ses modes de régénération, permettant alors de moduler la force du frein moteur lorsque la pédale d’accélérateur est relâchée. Le plus puissant d’entre eux permet alors d’arrêter complètement le véhicule, à l’image de ce que propose la Nissan Leaf avec sa e-Pedal. Quelques kilomètres seront nécessaires pour s’y habituer, mais il sera ensuite difficile de s’en passer ! Il est également possible de laisser la voiture gérer seule ce détail, en fonction de la navigation et des conditions routières. Un dispositif conçu pour optimiser l’autonomie, celle-ci étant alors annoncée à 460 kilomètres selon le cycle WLTP.

Notes et avis sur l’essai du BMW iX3

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️
Très proche du X3, le SUV s’en distingue néanmoins habillement et sans trop en faire. On adore !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Malgré son poids, le BMW iX3 reste très plaisant à conduire et distille un vrai sentiment de sécurité
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Bien équipé et spacieux, le SUV électrique a tout pour lui
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Si son prix est élevé, la dotation reste plutôt généreuse, surtout pour un modèle germanique.

Bilan de notre essai du BMW iX3

À la fois confortable et dynamique juste comme il faut, sans être sportif pour autant le BMW iX3 est tout à fait à la hauteur des attentes, en profitant d’un comportement routier très équilibré. Assumant entièrement sa filiation avec le X3 thermique, tout en s’en affranchissant habilement, avec des attributs bien spécifiques, il cumule les bons points et fait alors rapidement oublier ses petits défauts. Mais justement, à être si parfait, ne lui manquerait-il pas une petite touche de folie ? Cela reviendrait vraiment à chipoter, car le SUV électrique est excellent et répond parfaitement aux besoins des clients qui se tournent vers ce type de véhicule. Ultra sécurisant et spacieux, il sera tout à fait adapté aux familles et seul son prix pourrait alors dissuader les potentiels clients, même si la dotation de série est très intéressante.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 6 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This