Essai du Mercedes GLA : arrivé à maturité

Essai du Mercedes GLA

Récemment renouvelé, le SUV compact à l’étoile revient transformé avec de sérieux atouts à faire valoir. Nous l’avons découvert lors d’un périple en Allemagne, pour étudier ce qu’il avait à offrir. Découvrez notre essai auto du nouveau Mercedes GLA.

Il aura fallu du temps avant que Mercedes ne parvienne à organiser clairement sa gamme, aussi bien en termes de modèles que de nomenclature. Heureusement, le nouveau GLA rend parfaitement hommage à son blason, en étant désormais un membre à part entière des SUV de la marque de part son style, tout en reposant sur la plate-forme de la Classe A. Mais cela ne saurait suffire pour séduire la clientèle qui a bien accueilli la précédente génération du GLA, au point de faire de lui un des best-seller de la marque en France. Mercedes a donc aussi soigné le reste de ses attributs, comme nous allons le voir dans cet essai.

Extérieur et design du GLA

Fini le look de Classe A surélevée ! Le GLA est désormais bien plus proche visuellement des autres SUV Mercedes et c’est tant mieux. Il paraît plus statutaire, plus imposant aussi, bien que ses dimensions évoluent peu : il perd même 1 cm en longueur (4,41 m) et sa largeur reste identique (2,02 m). En revanche il prend 10 cm en hauteur (1,61 m), ce qui lui donne son air supérieur. Globalement le nouveau GLA en jette, surtout en finition AMG Line comme ici, qui ajoute des boucliers plus sportifs et une calandre plus agressive. Pour les jantes de 20 pouces (1 150 €), c’est dans le catalogue des options qu’il faudra piocher, tout comme pour la peinture Rouge Patagonie (1 150 €).

Intérieur du nouveau Mercedes GLA

Là où le GLA fait clairement un bon en avant, c’est dans l’habitacle, qui reprend la belle présentation inaugurée par la Classe A. On retrouve donc les deux écrans juxtaposés ainsi que les aérateurs ronds, le tout prodiguant un sentiment haut de gamme et exclusif. La qualité de finition est bonne, les ajustements précis, les commandes répondent bien, il n’y a donc pas grand chose à reprocher à Mercedes de ce côté-là, où de sérieux efforts ont été faits. Même combat au niveau de la technologie embarquée, simplement abondante et surtout superbement maîtrisée. Le système d’infodivertissement MBUX est l’un des meilleurs du marché en 2020 tant il est complet, facile d’utilisation une fois que l’on a compris son architecture de menus et ergonomique puisque pilotable à la fois par l’écran tactile, par le pad tactile sur le tunnel central ou encore via le pad tactile sur la branche droite du volant. Chacun y trouvera forcément son compte ! Pour ne rien gâcher, l’assistant personnel activé par la voix via l’injonction « Hey Mercedes » est d’une belle efficacité (il est apte à changer la température de clim, calculer un itinéraire, monter ou baisser le son, etc.), bien secondé par une reconnaissance vocale quasi sans faille.

Avec un grand empattement de 2,73 m, le GLA est également logeable et la plupart des gabarits s’y sentiront à l’aise, à l’avant comme à l’arrière. Il est juste dommage de constater que la capacité de coffre annoncée ne soit que de 435 l, ce qui place la contenance du GLA parmi les plus petites de la catégorie. 435 l est déjà une valeur acceptable pour partir en vacances à plusieurs, mais un Audi Q3 offre par exemple près de 100 l en plus.

Le GLA sur la route

Notre GLA d’essai était équipé de la suspension pilotée optionnelle. En mode Confort, elle verrouille faiblement les amortisseurs qui freinent assez peu les chocs absorbés par les ressorts. Le confort est réel en ville, mais les mouvements de caisse sont par contre vraiment très présents sur réseau secondaire. Heureusement, la position Sport vient y remédier et régule bien plus efficacement le roulis, sans pour autant transformer le GLA en bout de bois grâce au débattement important de la suspension. Le compromis est donc assez intéressant, surtout que l’on peut passer par un mode de conduite Individual qui permet de régler séparément la suspension, la réactivité de la boîte et du moteur, ainsi que la direction. On peut donc profiter d’un châssis précis sur route sans avoir à supporter une boîte automatique qui tient ses rapports trop longtemps ou alors qui refuse de passer son 7ème ou 8ème rapport. Un bon point pour les ingénieurs Mercedes d’avoir pensé à cette possibilité de configuration personnalisée, qui aurait clairement rendu le GLA bien moins polyvalent si elle n’était pas là. Le Mercedes n’est pas sportif pour deux sous, mais se montre plutôt agile sur route sinueuse, même s’il faut garder en tête que le centre de gravité est assez haut perché. En ville, le rayon de braquage contenu est pratique pour manœuvrer facilement.

Nous avons roulé avec le 220d 4MATIC, soit le plus gros moteur diesel disponible sur le GLA associé à une transmission intégrale. Ce 4-cylindres 2.0 turbo de 190 ch est agréable à l’usage, parfaitement adapté au GLA en termes de puissance, et assez coupleux (400 Nm) pour se montrer sécuritaire quand l’on souhaite dépasser. En revanche, il fait beaucoup de bruit lors de fortes accélérations, ce qui vient un peu troubler la quiétude dans un habitacle autrement bien insonorisé. La boîte auto à double embrayage et 8 rapports qui lui est accolée fait bien son job, en se montrant à la fois rapide et imperceptible la plupart du temps.

Notes et avis du GLA

CatégorieNote sur 5 Avis Caroom
Esthétique⭐️⭐️⭐️⭐️Le GLA s'est offert une vraie gueule avec le passage à la nouvelle génération, bien plus expressive qu'auparavant.
Conduite⭐️⭐️⭐️Pas parfait mais à l'aise au quotidien, le SUV compact sait se faire oublier tout en étant efficace, et c'est tout ce qu'on lui demande.
Praticité⭐️⭐️⭐️Au top côté habitacle entre la présentation aux petits oignons et la technologie embarquée, on regrette toutefois que le GLA ne dispose pas d'un coffre plus grand.
Rapport Qualité/Prix⭐️⭐️⭐️Les tarifs prohibitifs du GLA ne sont pas entièrement justifiés malgré les bonnes prestations générales. Mais ce n'est pas tant une faute à imputer à Mercedes qu'à la catégorie des SUV compacts premium.

Bilan de notre essai du Mercedes GLA

Le nouveau GLA se démarque assez de son prédécesseur tout en affirmant sa filiation aux SUV de Mercedes, soit tous les modèles estampillés GL plus la lettre de la gamme à laquelle ils correspondent. Reste le ticket d’entrée est vraiment salé, avec pas moins de 41 900 € réclamé pour le plus petit moteur essence (GLA 200, 163 ch) avec la finition de base Progressive Line. Mercedes a fait le choix de ne proposer que deux finitions et 4 motorisations en zappant complètement une version d’accès qui permettrait de faire baisser les prix. BMW offre par exemple son X1 à partir de 32 950 €, avec un moteur essence de 140 ch. Mais à finition et équipements équivalents, le trio allemand fait jeu égal : alors que notre GLA 220d 4MATIC AMG Line est disponible à partir de 51 000 €, un X1 xDrive20d M Sport s’échange contre 51 500 € et un Audi Q3 40 TDI quattro S line demande quant à lui 51 190 €. Pour notre version généreusement optionnée, comptez près de 65 000 €.

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

 

 

 

Publié par
Jay Cee
Commentez cet article

Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !