Essai du Volvo C40 Recharge : que vaut le SUV coupé électrique ?

Essai auto du Volvo C40 Recharge

Nouveau venu dans la gamme, ce petit frère du Volvo XC40 s’en démarque par un style étonnant. Mais sera-t-il suffisant pour séduire les clients ? Découvrez sans plus attendre notre essai auto du Volvo C40 Recharge.

Écoutez cet essai en podcast 🎧

C’est une promesse faite par Volvo depuis quelques années déjà : d’ici à 2030, l’intégralité de son catalogue sera 100 % électrique. Une belle ambition, annoncée depuis pas mal de temps, bien avant que l’Union européenne ne mette son grain de sel et finisse par imposer à toutes les marques de bannir les motorisations thermiques de leur catalogue. Bien évidemment, tout cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais la firme scandinave a déjà pris pas mal d’avance. Et pour cause, tous les modèles présents dans la gamme sont déjà déclinés en au moins une version électrifiée. Mieux encore, au début de l’année 2020, le XC40 est devenu le tout premier véhicule 100 % électrique du catalogue. L’objectif de Volvo : Proposer d’ici à 2025 pas moins de sept véhicules zéro émission. La gamme va donc continuer à grandir tout doucement, puisqu’elle a déjà accueilli début 2021 un nouveau venu, baptisé C40 Recharge. Ce petit frère du XC40 se distingue alors par une silhouette tout à fait atypique de SUV coupé, néanmoins très à la mode depuis quelques années déjà.

C’est d’ailleurs pour cela que la firme suédoise a ressuscité le préfixe « C », qui désigne les modèles coupés et les cabriolets dans la gamme. Le but de ce nouvel arrivant dans la gamme est alors très simple : surfeur sur le succès du XC40, qui avait alors été élu Voiture de l’année en 2018. En effet, depuis le début de l’année 2021, ce ne sont pas moins de 7 728 unités de ce dernier qui ont été écoulées en France, en faisant alors le best-seller de la marque sur le territoire. L’arrivée d’une déclinaison coupé devrait donc confirmer un peu plus cette réussite. D’autant plus que le C40 Recharge n’a pas vraiment de rivaux, les SUV électriques étant encore relativement rares, d’autant plus avec une carrosserie aussi atypique. Ce qui devrait alors permettre à la marque de faire la différence, sur un marché qui devrait alors devenir de plus en plus concurrentiel à mesure que les années passent. Mais à part son style, quels sont les atouts du SUV, qui lui permettront de séduire la clientèle ?

C’est donc ce que nous avons voulu savoir, en prenant son volant durant une semaine complète. L’occasion alors pour nous de bien nous approprier ce Volvo C40 Recharge, mais également d’avoir un aperçu de la vie quotidienne à son volant.

Extérieur et design du Volvo C40 Recharge

Vous l’aurez sans doute remarqué, il n’y a pas vraiment besoin d’avoir le sens de l’observation particulièrement affûté pour remarquer le lien de parenté entre le XC40 et ce C40 Recharge. À vrai dire, les deux SUV sont d’ailleurs presque identiques, le 2e étant en effet dérivé du premier. À tel point que l’on se demande pourquoi la marque n’a pas choisi de reprendre l’appellation XC40, avec un suffixe qui lui aurait permis de se distinguer. Mais elle n’a pas souhaité procéder ainsi, et a voulu faire de ce nouveau venu un modèle à part entière dans la gamme. Une stratégie judicieuse ? Sans doute, mais on ne peut s’empêcher de penser que ce C40 aurait pu profiter encore plus du succès de son grand frère. Quoi qu’il en soit, le SUV coupé hérite donc de la face avant de ce dernier, se distinguant néanmoins par un bouclier ainsi qu’une signature lumineuse spécifique. Le désormais célèbre Marteau de Thor est néanmoins toujours présent, comme sur tous les modèles de la gamme depuis de longues années.

Très anguleux, le visage du SUV se montre assez agressif, tandis que sa calandre pleine nous confirme qu’il cache bien une motorisation électrique sous son capot. Mais en réalité, c’est surtout lorsque l’on regarde ce C40 Recharge de profil que l’on se rend compte des différences et surtout du travail réalisé par les designers en charge du projet. Celui-ci adopte en effet une silhouette atypique, avec son toit incliné et sa lunette arrière dans la continuité de celui-ci. Audacieux, certes, mais plutôt convaincant, même si la ligne de toit tout en douceur contraste alors avec le reste des traits plus affirmés. Bien évidemment, le hayon aussi a été redessiné, arborant alors une signature lumineuse spécifique, remontant jusqu’au toit. On remarquera également le discret aileron installé en haut du coffre, apportant une petite touche de dynamisme. En termes de dimensions enfin, ce C40 est identique au XC40, avec une longueur affichée à 4,44 mètres, pour une hauteur de 1,58 m. Livré de série avec un toit noir contrastant, le SUV nordique laisse alors le choix entre sept teintes de carrosserie.

Poste de conduite et habitabilité du Volvo C40 Recharge

Si vous avez déjà eu la chance de prendre place à bord d’une Volvo, il y a de fortes chances pour que vous ne soyez pas vraiment dépaysé en vous installant dans ce C40 Recharge. Et pour cause, depuis de longues années déjà, la firme suédoise a décidé d’offrir le même intérieur à tous les modèles de sa gamme, du XC40 eu XC90, en passant par les S60 et S90. Une façon de ne pas bousculer une clientèle assez traditionnelle, mais aussi et surtout de réaliser d’importantes économies en termes de développement. L’ensemble demeure donc très classique, avec une présentation déjà bien connue, assez simple mais très efficace et convaincante. Nous retrouvons alors vite nos repères dans cet habitacle moderne mais qui n’en fait pas trop pour autant, alors que l’ensemble est très élégant et flatteur à l’œil. La finition est alors assez bonne, tandis que les matériaux sont de bonne facture. On notera que la firme scandinave a fait le choix de ne plus proposer de cuir, ce qui se ressent néanmoins quelque peu en termes de qualité perçue.

Dommage également que le poste de conduite ne soit proposé qu’en noir, contrairement à ce qui se fait sur les autres modèles de la gamme. On appréciera toutefois le grand toit panoramique, qui apporte quant à lui beaucoup de lumière dans l’habitacle. Assez accueillant, malgré une garde au toit réduite par rapport au XC40, ce Volvo C40 Recharge offre une position de conduite très confortable, grâce aux sièges réglables électriquement. Le conducteur fait alors face à un écran tactile de 9 pouces en positon verticale, déjà bien connu puisque présent sur tous les modèles de la gamme. Celui-ci nécessite alors un peu d’adaptation mais reste satisfaisant. Il est associé à un combiné numérique aux graphismes modernes mais intemporels, affichant toutes les informations relatives à la conduite de manière très claire. À l’arrière, le SUV compact offre également une belle habitabilité, avec un espace aux genoux satisfaisant, bien que la place du milieu soit quasiment condamnée en raison du tunnel de transmission. Enfin, le volume de coffre oscille quant à lui entre 413 et 1 205 litres, ce qui reste dans la moyenne du segment.

Que vaut le Volvo C40 Recharge sur la route ? Essai en conduite

Très proche du XC40 sur de nombreux points, à commencer par le style, ce Volvo C40 Recharge reprend également la plateforme de ce dernier, ainsi que sa motorisation zéro émission. Ce ne sont alors pas moins de deux moteurs électriques qui propulsent le SUV compact, soit un sur chaque essieu, développant 208 chevaux soit une puissance totale de 408 équidés. Celle-ci est alors envoyée vers les quatre roues, ce qui permet alors à notre modèle d’essai de profiter d’une très bonne tenue de route, d’autant plus que celui-ci affiche un centre de gravité très bas, qui s’explique par le positionnement des batteries sous le plancher. Totalement rivé au sol, même dans les courbes rapides, notre SUV fait alors oublier son poids, pourtant affiché à 2,2 tonnes tout de même. Un vrai tour de force que l’on doit en grande partie aux 660 Nm de couple, disponibles instantanément. Les départs arrêtés sont alors tout simplement bluffants tandis que les dépassements ne sont qu’une simple formalité, de même que les relances.

Cependant, si ce C40 Recharge est évidemment très puissant du haut de ses 408 chevaux, il se montre en réalité assez docile en ville, et vous prendra en aucun cas en défaut, rassurez-vous. Si celui-ci n’offre pas de sélecteur de modes de conduite, contrairement à d’autres modèles du catalogue, il est néanmoins possible de conduire avec une seule pédale si vous le souhaitez, grâce au mode « One Pedal ». Fortement recommandé pour optimiser l’autonomie de la voiture et très pratique dans les bouchons, ce dernier n’est néanmoins pas accessible directement via une commande et nécessite alors d’aller dans l’écran tactile et de fouiller dans les menus. C’est un peu dommage mais pas vraiment grave, ce mode devenant rapidement indispensable, surtout si vous roulez au quotidien en ville. Ralentissant le véhicule dès qu’on lève le pied de l’accélérateur, celui-ci permet alors de gagner quelques kilomètres d’autonomie grâce au puissant frein moteur. On appréciera par ailleurs le fait que ce Volvo C40 Recharge ne propose pas de nombreux modes de régénération différents, contrairement à d’autres constructeurs, ce qui complique bien souvent la vie du conducteur, qui passe son temps à jongler entre les différentes configurations.

Dans une volonté de simplifier au maximum les choses, ce Volvo C40 Recharge n’est même plus équipé de bouton de démarrage, puisque désormais, la voiture se met en marche dès que le conducteur s’installe au volant. Elle s’éteint alors lorsque celui-ci quitte son siège. Un peu déroutant au début, mais l’on s’y fait très rapidement, rassurez-vous ! Si le SUV partage sa motorisation avec son cousin, le XC40 électrique, les équipes de la marque ont néanmoins souhaité distinguer les deux modèles, en offrant des réglages bien spécifiques à notre véhicule d’essai. En plus d’adopter un look plus dynamique, celui-ci profite d’un comportement qui l’est tout autant, grâce à une direction et des suspensions raffermies. Le résultat est alors très réussi, offrant un caractère très sain et une très bonne maniabilité, grâce entre autres à son gabarit compact. La direction est quant à elle très précise sans être lourde, offrant également une bonne remontée d’informations. Néanmoins, ce dynamisme se fait au détriment du confort, qui reste néanmoins plus que correct, rassurez-vous.

Ce que l’on apprécie aussi avec ce Volvo C40 Recharge, c’est son silence de fonctionnement, qui associé à une excellente insonorisation, rend tous les trajets du quotidien très agréables. C’est d’autant plus un atout sur l’autoroute, permettant alors de voyager loin sans encombres. Cependant, le SUV compact reste avant tout destiné à un usage majoritairement urbain, et se sent comme un poisson dans l’eau en ville, avec son gabarit compact et son petit diamètre de braquage. Son autonomie, affichée à 444 kilomètres est alors très nettement améliorée dans ces conditions grâce à la forte régénération au freinage. Mais si vous avez envie d’aller plus loin, c’est tout à fait possible grâce à la charge rapide avec une puissance de 150 kW, permettant de passer de 0 à 80 % en 40 minutes environ.

Notes et avis sur l’essai du Volvo C40 Recharge

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
Reprenant la face avant du XC40 et adoptant une silhouette plus dynamique, le SUV compact a tout bon !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Sécurisant, confortable et dynamique, le C40 Recharge offre un comportement quasiment exemplaire
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
Doté d’un grand coffre et d’un espace de rangement sous le capot avant, le Suédois est plutôt pratique en plus d’être habitable
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Débutant à 59 760 euros, ce Volvo C40 Recharge n’est pas donné, mais il est très bien équipé !

Bilan de notre essai du Volvo C40 Recharge

Rival direct de la Tesla Model Y, ce Volvo C40 Recharge est néanmoins plus attachant et plus conventionnel, et ne manque pas d’atouts pour séduire la clientèle. Reprenant la recette du XC40, tout en ayant un style plus affirmé, le SUV compact a toutes ses chances pour devenir le best-seller de la marque dans les prochaines années. Conservant les codes chers au constructeur, celui-ci se veut quelque peu révolutionnaire sur certains points, tout en apportant un coup de jeune à la gamme. Seul vrai bémol, son prix, qui pourrait néanmoins être revu à la baisse avec le lancement d’autres versions, alors qu’une seule finition est actuellement disponible dans la gamme.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 4 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 
Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This