Essai du Mazda CX-30 Skyactiv-X : Le retour de l’atmosphérique

Essai du Mazda CX-30

Un moteur essence qui promet de consommer comme un diesel ? Sans passer par la case downsizing ? C’est ce que Mazda promet avec sa motorisation Skyactiv-X. Nous avons pris le volant du SUV CX-30 pour le vérifier. Découvrez notre essai auto du Mazda CX-30.

Mazda prend le monde de l’automobile à contre-pied avec ses moteurs atmosphériques quand tous prônent les blocs turbocompressés. Le constructeur nippon va aujourd’hui plus loin avec sa motorisation Skyactiv-X. Sa particularité : une combustion sophistiquée qui alterne entre un allumage par bougie classique et par auto allumage par compression, comme sur les motorisations diesel. Glissé sous le capot du CX-30, SUV à la ligne fluide et dynamique, il promet une consommation fortement réduite et un agrément de conduite préservé.

Extérieur et design du Mazda CX-30

Intercalé entre le citadin CX-3 (4,27 m) et le familiale CX-5 (4,55 m), ce CX-30 (4,39 m) propose une silhouette à mi-chemin entre la berline et le SUV. Basé sur la plateforme de la Mazda 3, il en reprend le dessin général qu’il agrémente de quelques attributs de « vrai baroudeur ».

La garde au sol se retrouve ainsi légèrement surélevée (mais avec 17,5 cm, n’espérez pas partir à l’aventure trop loin des routes goudronnées) et le tour de caisse est habillé de protections en plastique pas très subtiles. Si ces dernières renforcent indéniablement son côté plus « solide », elles diminuent aussi l’impact de la ligne générale. Cette dernière est un savant mélange de dynamisme, à l’image de la grande calandre et des phares effilés soulignés de chrome et de galbe que l’on retrouve sur les portes. Le hayon fortement incliné et la surface vitrée réduite lui donnent aussi un petit air de SUV-coupé.

Poste de conduite et habitabilité

L’habitacle se veut haut de gamme avec du cuir courant sur les sièges et l’ensemble de la planche de bord. La qualité de finition est de bon niveau et ne prête pas le flanc à la critique. Au sommet du tableau de bord trône l’écran permettant de piloter l’infotainement du CX-30. Mazda n’est vraiment pas un constructeur comme les autres puisque cet écran n’est pas tactile mais se pilote depuis une molette située à côté du levier de vitesse.

À l’avant, l’espace s’avère spacieux avec, en plus, de vastes rangements à disposition. En revanche, sur la banquette arrière les passagers sont moins bien lotis, notamment au niveau des genoux. Le coffre affiche 422 litres, bien loin des 520 litres d’un 3008 et des 615 litres du Tiguan. La modularité est quant à elle assez basique avec une simple banquette rabattable 60/40.

Que vaut le Mazda CX-30 sur la route ? Essai en conduite

Comme décrit en introduction, la principale particularité de ce Mazda CX-30 est son moteur 2.0 atmosphérique Skyactiv-X de 180 ch. Un choix étonnant à l’heure où tous les constructeurs ne jurent que par le turbo et le downsizing. Ce moteur prodigue une grande douceur de fonctionnement et une souplesse bienvenue. Le CX-30 peut en effet reprendre sur un filet de gaz sans à coup, même à basse vitesse.

En revanche, si l’on recherche la puissance, pour doubler par exemple, il ne faut pas hésiter à rétrograder puisque le couple de 224 Nm est situé à 3 000 tr/min (le Peugeot 3008 PureTech en dispose dès 1 650 tr/min). La boite de vitesse manuelle à 6 rapports, comme toujours chez Mazda, est un régal à manier avec des débattements courts et un verrouillage franc sans être dur. Malheureusement, notre exemplaire faisait étonnamment remonter quelques vibrations via le levier de vitesse. Espérons que ce ne soit qu’un cas isolé.

Question performance, elles sont honorables avec notamment les 100 km/h atteint en 8,5 secondes depuis l’arrêt. Son tempérament n’est pas sportif pour un sou avec des montées en régime linéaires. Pourtant, le châssis pourrait encaisser plus de caractère bien que clairement orienté confort et sécurité. Pour preuve, le train avant glissant gentiment en cas d’excès d’optimisme. Mais n’allez pas croire que l’ennui règne à bord car en cas de route sinueuse, le CX-30 sait rester plaisant à emmener. Au quotidien, son confort est appréciable, bien qu’à basse vitesse l’amortissement se révèle un brin trop ferme sur les plaques d’égouts et autres raccords.

Question consommation, que vaut finalement ce CX-30 équipé de ce moteur Skyactiv-X ? Sur autoroute, en roulant aux limitations de vitesse, nous avons pu relever un excellent 5,9 l / 100 km à l’ordinateur de bord. En empruntant les routes secondaires, celle-ci a encore baissé pour atteindre 5,6 l / 100 km. Evidemment, cas de conduite dynamique, la consommation augmentera rapidement, un mal affectant aussi les moteurs downsizés.

Note et avis sur l’essai du Mazda CX-30

CatégorieNote sur 5 Avis Caroom
Esthétique⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️Le CX-30 propose une ligne fluide et dynamique sans paraître agressive et saupoudre le tout des éléments du parfait aventurier, comme ses protections de plastique.
Conduite⭐️⭐️⭐️⭐️Sécurisant et confortable, le SUV coupé de chez Mazda sait aussi procurer du plaisir au volant. Son moteur manque cependant de caractère pour faire un carton plein.
Praticité⭐️⭐️⭐️S'il n'y a pas lieu de se plaindre à l'avant, la place à l'arrière est un peu juste. La modularité basique et le coffre mesuré n'en font pas la familiale idéale.
Rapport Qualité/Prix⭐️⭐️⭐️⭐️Pas donné, le Mazda CX-30 se dote d'un équipement complet et d'un moteur innovant.

Bilan de notre essai du Mazda CX-30

Le Mazda CX-30 sera un allié parfait au quotidien avec un moteur assez performant sans être trop porté sur la boisson. En revanche, pour ceux recherchant une voiture pouvant accueillir facilement une famille et leurs bagages, le SUV Mazda ne sera pas le plus adapté.

Équipé de ce moteur Skyactiv-X 180 ch, le CX-30 ne s’offre pas à moins de 33 800 € en Sportline, soit le quatrième niveau de finition sur les six disponibles. Pour ce prix, l’équipement est complet avec notamment un volant et des sièges chauffants, le hayon électrique, l’alerte de franchissement de ligne ou encore le régulateur de vitesse adaptatif et un système audio Bose.

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

 

Jean-Baptiste TRICHOT
Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

1 commentaire
Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !