Essai du Ford Kuga hybride (FHEV) : le bon compromis ?

Essai auto du Ford Kuga hybride (FHEV)

Ford continue de développer la gamme moteur de son Kuga qui ajoute désormais à son catalogue un moteur hybride « simple ». Cette version FHEV combine un 2,5 atmosphérique et une batterie de 1,1 kWh pour une consommation maîtrisée. Découvrez notre essai auto du Ford Kuga hybride.

Ford dote son Kuga d’une nouvelle motorisation hybride. Après le diesel micro-hybride, l’essence hybride rechargeable, c’est au tour d’une version essence hybride simple de faire son apparition. Le choix de bloc se monte ainsi à 6 (deux moteurs essence et un diesel sont toujours disponibles) en attendant une prochaine variante pouvant fonctionner à l’E85. Laissant le choix entre 2 et 4 roues motrices, le Kuga FHEV souhaite rendre l’hybridation plus accessible et plus simple au quotidien qu’avec la version rechargeable. Avec une consommation maîtrisée, ce Kuga hybride serait-il le meilleur compromis de la gamme ? Réponse dans cet essai !

Extérieur et design du Ford Kuga

Le Ford Kuga hybride ne se distingue pas du reste de la gamme, mis à part un discret logo « hybrid » apposé sur le hayon. Notre version ST-Line a droit à un kit carrosserie plus sportif que les autres finitions. La calandre imposante en nid d’abeilles s’incorpore dans un bouclier avant aux ouvertures latérales plus marquées que sur les classiques versions Titanium et Vignale (la première se veut plutôt neutre quand la deuxième possède une présentation plus luxueuse). Les flancs galbés du Kuga lui permettent d’affiner sa ligne et de ne pas paraître trop massif malgré sa longueur de 4,62 m pour une largeur de 1,88 m. Vu de l’arrière, quasiment pas de différence entre les finitions. Dans tous les cas, la vitre du hayon est suffisamment inclinée pour préserver la ligne sans grever le volume de coffre.

Intérieur et habitabilité du Ford Kuga hybride

En parlant du coffre, celui du Kuga FHEV possède une belle contenance puisqu’il peut embarquer jusqu’à 581 litres de bagage en configuration 5 places (une valeur communiquée par Ford qui compte un chargement jusqu’au toit) et de 1 481 litres une fois la banquette rabattue. S’il fait un petit peu mieux que son homologue hybride rechargeable (qui se « contente » de 575 litres), cela reste tout de même en dessous des 612 litres proposés par les Kuga 100 % thermique. La batterie, même petite, ampute malgré tout quelques litres de volume total en rehaussant légèrement le plancher. Heureusement, cette dernière n’a pas imposé la disparition de la banquette coulissante puisque les sièges arrière peuvent toujours glisser sur 15 cm. À l’arrière les passagers ne manquent de toute façon pas de place grâce à l’empattement de 2,71 m qui permet de laisser un espace généreux pour leurs genoux.

À l’avant, la planche de bord adopte le dessin classique de Ford de dernière génération. On retrouve une tablette tactile de 8 pouces située en hauteur. Si cela a l’avantage de ne pas l’éloigner du champ de vision, elle est en revanche un peu éloignée des doigts lorsqu’il s’agit de naviguer dans les différents menus. Son ergonomie pourrait d’ailleurs être simplifiée, bien que l’on s’y fasse assez rapidement. Quelques commandes physiques subsistent comme celles de la ventilation. Un bon point pour la facilité d’utilisation. Derrière le volant se trouve le combiné d’instrumentation numérique paramétrable dont l’affichage change suivant le mode de conduite sélectionné.

Que vaut le Ford Kuga sur la route ? Essai en conduite

Au démarrage, le Kuga se met automatiquement en mode électrique. En cas de conduite, très souple, la batterie de 1,1 kWh vous permettra alors de rouler 2, voire 3 km sans démarrer le moteur thermique. Au-delà, ou si vous conduisez normalement, ce dernier se met alors en route de façon transparente et sans à-coups. Si la faible capacité de la batterie ne lui autorise pas une grande autonomie, elle se recharge rapidement lors des phases de décélération et de freinage. La capacité de régénération peut être augmentée grâce à la touche L figurant au centre du sélecteur.

Sur la route, le Kuga n’est pas maladroit grâce à une direction suffisamment informative et à un amortissement prévenant. Privilégiant le confort de ses passagers, il se montre moins précis qu’un Peugeot 3008, mais plus plaisant à conduire qu’un Toyota Rav4, lui aussi hybride. Un bon compromis confort/efficacité dont les performances sont tout ce qu’il y a de plus honorable sans être décoiffantes. En témoigne le 0 à 100 km/h effectué en 9,1 secondes.

Pesant 1 700 kg (version traction), le Kuga bénéficie de deux moteurs : un moteur électrique de 125 ch ainsi qu’un bloc essence atmosphérique 2,5 Duratec de 152 ch pour un total de 190 ch lorsque les deux fonctionnent de concert (les courbes de puissances n’étant pas identiques, on ne peut pas simplement additionner leurs valeurs). Comme pour les autres modèles hybrides de la marque, Ford utilise pour son Kuga FHEV une transmission par train épicycloïdal et une boîte de vitesses à variation continue (CVT). Un procédé commun avec le spécialiste de l’hybride : Toyota.

Si elle fait preuve d’une grande douceur au quotidien et permet un fonctionnement transparent de l’électrique et du thermique, la boîte CVT a tendance à donner un effet de patinage lors des fortes accélérations. À la manière des mobylettes d’antan, cela fait monter le moteur en régime et grimper le volume sonore de façon désagréable. Sans totalement faire disparaître ce travers, Ford a réussi à le diminuer fortement sur son Kuga et à le rendre le plus souvent quasiment imperceptible.

Notes et avis sur l’essai du Ford Kuga hybride FHEV

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️
Si sa face avant se montre expressive, le profil se montre classique et l’arrière peut paraître vieillot. Un design sans surprise fait pour plaire au plus grand nombre, mais qui se montre plus expressif en finition ST-Line.
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Confortable pour tous les occupants, le Kuga ne se désunit pas au premier virage et se montre plaisant à conduire, sans pour autant égaler la référence Peugeot 3008 dans ce domaine.
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
Bien que le coffre soit légèrement réduit par rapport aux versions thermiques, la soute se montre suffisamment vaste pour toute la famille. La banquette coulissante et les rangements dans l’habitacle font du Kuga une bonne auto familiale.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
S’il n’est pas donné, le Kuga se place dans la moyenne des prix face à une concurrence limitée, mais affûtée. Son équipement généreux plaide en sa faveur.

Envie d’un Ford Puma au meilleur prix ?
Achetez-le moins cher avec Caroom !

Ford Kuga
Ford Kuga 85 véhicules disponibles
À partir de 25 390 € -29% de remise

Bilan de notre essai du Ford Kuga

La version hybride du Ford Kuga s’avère être un bon choix dans la gamme du SUV familial. Avec un comportement routier et un volume intérieur peu pénalisés par la petite batterie, le Kuga reste le compagnon idéal des familles. D’autant plus que son appétit pour le sans-plomb se montre mesuré. Durant notre essai mêlant routes départementales et parcours urbain, l’ordinateur de bord indiquait à peine plus de 6,0 l/100 km. Disponible à partir de 37 000 euros en finition Titanium, il se trouve déjà bien équipé (GPS Europe, capteur de pluie et de luminosité, combiné d’instrumentation numérique 12,3 pouces, caméra de recul, etc.). Autre avantage pour ce Kuga, il est possible de le choisir en 4 roues motrices i-AWD (en échange de 2 000 euros supplémentaires). La concurrence est principalement constituée du Toyota Rav4, qui débute à 37 900 euros (42 100 euros en transmission intégrale) et du Hyundai Tucson qui se contente de 34 300 euros en prix d’accès et disposant de 230 ch, mais seulement de deux roues motrices.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 44 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Jean-Baptiste TRICHOT
Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This