Essai du BMW X1 xDrive 25e : le poids de l’électrique

Essai du BMW X1 xDrive 25e

Le BMW X1 bénéficie d’une nouvelle déclinaison. Il s’agit d’une inédite version hybride rechargeable de 220 ch éligible de bonus de l’Etat de 2000 €. Découvrez notre essai auto du BMW X1 xDrive 25e.

BMW prévoit d’étendre sa gamme hybride rechargeable sur la quasi totalité de ses modèles. C’est donc en toute logique que son best-seller X1 combine moteur thermique et électrique pour devenir le X1 xDrive 25e. Sa puissance totale est de 220 ch pour des émissions de CO2 homologuées à seulement 48 g / km, grâce au cycle d’homologation WLTP favorisant ce type de motorisation. En outre, sa batterie de 10 kWh lui permet de rouler sur plusieurs dizaines de kilomètres en tout électrique. Pour vérifier toutes ces belles promesses, nous avons pris le volant de ce nouveau BMW X1 hybride rechargeable.

Extérieur et design du BMW X1 xDrive 25e

Pour ses voitures hybrides rechargeables, BMW ne souhaite pas les différencier de sa gamme « classique ». Ses déclinaisons électrifiées doivent s’intégrer parfaitement et simplement constituer une nouvelle motorisation, sans paraître différentes des autres modèles. Le style de ce X1 hybride branché adopte donc le même restylage que ses frères essences et diesel. La calandre agrandie est encadrée par un regard plus froncé qu’auparavant grâce aux optiques redessinées. Le bouclier avant est aussi revu pour être plus « agressif » avec des entrées d’air plus imposantes.

Pour identifier cette version spécifique, on ne peut compter que sur le nom du modèle affiché sur le hayon. Le monogramme sera forcément présent puisqu’il est impossible d’opter pour l’option « omission du sigle ». Autre élément différenciant : la trappe supplémentaire placée sur l’aile avant gauche. C’est derrière celle-ci que se trouve la prise électrique permettant de brancher ce X1 durant 5h sur une prise classique ou 3h35 via la WallBox dédiée pour bénéficier d’une charge complète.

Poste de conduite et habitabilité du X1 hybride rechargeable

Dans l’habitacle, même constat qu’à l’extérieur : Le X1 xDrive 25e n’est pas chamboulé. On retrouve donc la planche de bord des autres X1. Les compteurs sont toujours à aiguilles mais l’instrumentation change afin de bénéficier d’informations supplémentaires comme l’état de charge de la batterie ou la récupération d’énergie au freinage. L’ergonomie est soignée et l’on trouve facilement ses marques au volant avec notamment un écran tactile facilement accessible qui peut aussi être piloté depuis la molette située entre les sièges. On trouve de quoi recharger nos smartphones avec diverses prises USB et une recharge à induction.

Avec 4,45 m le X1 n’est pas un petit format et offre par conséquent une habitabilité suffisante pour une famille. On aurait cependant pu espérer un espace aux jambes plus généreux pour les occupants de la banquette arrière. Avec 450 litres, la soute s’avère assez généreuse mais les versions thermiques offrent jusqu’à 505 litres. Cela s’explique notamment par la disparition de la banquette coulissante due à la présence de la batterie sous le coffre. Les câbles de recharge occupent aussi la totalité de l’espace dans le faux plancher.

Côté tarifs, ce X1 xDrive 25e n’est en revanche pas donné puisque affiché à partir de 46 500 €. Ce prix est cependant à relativiser puisqu’un Volvo XC40 Rechargeable équivalent ne s’offre pas à moins de 47 400 €. Ce dernier est certes plus confortable et plus puissant (262 ch) mais il consommera davantage en fonctionnement hybride tout en ne proposant que deux roues motrices. Comme son concurrent, ce X1 place son prix d’accès sous les 50 000 € afin de profiter du bonus écologique de 2 000 € dédié aux hybrides rechargeables. La gamme du X1 xDrive 25e s’articule autour de quatre finitions : Lounge, Business Design (réservé aux professionnels) xLine et M Sport, comme pour ses équivalents essences et diesel.

Que vaut le X1 xDrive 25e sur la route ? Essai en conduite

Le X1 xDrive 25e dispose de la plateforme UKL que l’on retrouve aussi chez le Série 2 active Tourer et le Mini Countryman. C’est donc le trois cylindres de 125 ch et 200 Nm de couple qui officie sous le capot de ce X1. Ce dernier est associé à un moteur électrique de 95 ch placé sur le train arrière, pour une puissance cumulée de 220 ch. Le 25e dispose donc de quatre roues motrices mais seulement lorsque les deux moteurs fonctionnent de concert. Si seul le moteur essence est actif, il demeure une simple traction alors qu’il devient propulsion en mode 100 % électrique. Rouler sans démarrer le bloc thermique est possible en sélectionnant le mode « Max eDrive » depuis la touche de sélection « eDrive » située à côté du levier de vitesse. Vous bénéficierez alors d’une autonomie d’une cinquantaine de kilomètres en usage réel grâce à la batterie de 10 kWh.

Par défaut, le X1 xDrive 25e démarre en « Auto eDrive ». Le flux d’énergie est alors géré de façon automatique. À basse vitesse, c’est le tout électrique qui est privilégié avant que le moteur thermique ne se mette en route si le rythme augmente. Son démarrage se fait si discrètement qu’il est difficilement perceptible. Bien insonorisé, il sait aussi se faire discret à vitesse stabilisée. Les fortes accélérations le rendront en revanche plus audible, avec le timbre particulier des trois cylindres, sans que cela ne soit trop envahissant.

Par rapport à ses homologues thermiques, le comportement routier ne souffre pas la critique avec des réactions saines et prévisibles. Cependant, le poids supplémentaire (1 745 kg au total) de toute la chaîne de traction hybride se fait rapidement sentir avec un caractère plus pataud, surtout si l’on décide de hausser le rythme. Si l’on conduit « à la cool », on peut profiter de la douceur de fonctionnement de l’ensemble, même si l’on aurait apprécié un amortissement moins ferme, surtout à basse vitesse. Afin de contrecarrer les kilos supplémentaires, le tarage des suspensions a en effet été revu. Il en résulte une qualité de filtration dégradée et des imperfections de la chaussée ressenties plus franchement par rapport avec ses alter egos non branchés.

En plus des « Max eDrive » et « Auto eDrive », le X1 hybride rechargeable bénéficie aussi d’un mode « Save Battery » qui, comme son nom l’indique, permet de conserver la charge de la batterie en sollicitant davantage le moteur essence. Mais attention car la consommation augmente alors drastiquement pour dépasser aisément les 10 l aux 100 km (contre moins de 8 l / 100 km en mode auto). À n’utiliser que si la propulsion électrique est indispensable lors de votre arrivée à destination.

Note et avis sur l’essai du BMW X1 xDrive 25e

CatégorieNote sur 5 Avis Caroom
Esthétique⭐️⭐️⭐️⭐️Le X1 hybride rechargeable s’intègre parfaitement à la gamme du X1 sans faire de vague
Conduite⭐️⭐️⭐️Il souffle le chaud et le froid. Silencieux et performant, le poids de la batterie se fait cependant sentir, surtout au niveau de l'amortissement, trop ferme.
Praticité⭐️⭐️⭐️⭐️Assez spacieux, il perd cependant sa pratique banquette coulissante et quelques litres en volume de chargement
Rapport Qualité/Prix⭐️⭐️⭐️⭐️Bien placé par rapport à la concurrence, il n'en reste pas moins onéreux avec des équipements souvent optionnels.

Bilan de notre essai du BMW X1 xDrive 25e

Le X1 xDrive 25e profite d’un silence de fonctionnement appréciable et d’un comportement routier sain, mais qui pourrait être plus enjoué à l’image du reste de la gamme. Il pèche en revanche par un amortissement trop ferme dû à son poids important, et par une modularité en baisse. Si son tarif peut paraître élevé, il se place avantageusement par rapport à la concurrence, d’autant plus que son blason lui garantit une bonne valeur à la revente.

 Ces articles vont aussi vous aider 
Publié par
Jean-Baptiste TRICHOT
Commentez cet article

Share This

Partagez c'est gratuit !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !