Essai du Renault Captur : quand le SUV se fait haut de gamme

Essai auto du Renault Captur

Proposé dans une version Initiale Paris très élégante, le Renault Captur souhaite plus que jamais affirmer son nouveau positionnement plus premium. Nous en avons pris le volant dans sa version TCe 155 chevaux. Découvrez notre essai auto du Renault Captur.

Entre Renault et son Captur, c’est une jolie histoire qui dure depuis maintenant quelques années et qui ne devrait pas s’arrêter de sitôt. Lancé en 2013, le SUV urbain au losange succède alors au Modus, qui avait alors connu un succès assez mitigé, malgré sa silhouette innovante et avant-gardiste sans le savoir. Autant dire que la marque avait alors de grandes ambitions avec ce tout nouvel arrivant dans la gamme, qui avait la lourde tâche de faire oublier cet échec et d’offrir une place de choix à Renault sur ce segment de plus en plus concurrentiel. En partant d’une feuille blanche, l’ex-régie a fait un choix audacieux, mais payant, alors que son petit SUV a réussi à se positionner 3e des modèles les plus vendus en France, dès sa première année de commercialisation. Un vrai tour de force pour ce modèle star, qui a toujours réussi à se maintenir dans le top 10, malgré son âge.

Intégralement renouvelé en 2019, avec une toute nouvelle génération, le Renault Captur a profité de cette transition pour s’offrir un tout nouveau look, bien sûr, mais également pour opérer une vraie montée en gamme. Un nouveau positionnement qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler la stratégie de Peugeot, traduisant pour l’un comme pour l’autre une vraie volonté de toucher une tout autre clientèle, tout en offrant un positionnement plus clair à leur marque phare. Sur ce Captur, cela se traduit notamment par une hausse de la puissance, qui culmine désormais à 155 chevaux, mais également par une qualité perçue en nette amélioration dans l’habitacle comme à l’extérieur, notamment sur la version Initiale Paris. C’est justement celle-ci que nous avons souhaité essayer, afin de constater le changement de philosophie du petit SUV, qui évolue grandement par rapport à la première génération, déjà très appréciée du grand public. Et pour cause, pas moins d’un million d’exemplaires ont été vendus entre 2013 et 2019, un vrai tour de force !

Découvrez dès à présent notre essai du Renault Captur dans sa version TCe 115 Initiale Paris !

Extérieur et design du Renault Captur

Comme pour la Clio, Renault a décidé de faire évoluer totalement le style de son Captur, sans pour autant créer de véritable rupture stylistique avec la précédente génération. Un choix assumé, même si au premier abord, certains pourraient critiquer l’absence d’audace, alors que les différences entre les deux versions restent en effet très discrètes, faisant presque plus penser à un restylage qu’à un vrai changement de génération. Ne vous y méprenez néanmoins pas, cette nouvelle mouture n’a quasiment plus aucune pièce commune avec l’ancienne, malgré les apparences. Mais après tout, pourquoi changer une recette qui fonctionne déjà parfaitement ? Si Peugeot a quant à lui pris le chemin inverse, avec sa 2008 notamment, Renault souhaite privilégier la continuité, afin sans doute de ne pas trop déstabiliser la clientèle déjà acquise. Une stratégie qui semble fonctionner, tandis que le SUV rencontre toujours autant de succès et que son style a su évoluer, devenant alors plus mature et surtout plus qualitatif que jamais.

Mais les lignes générales ne s’avèrent pas les seules à évoluer, puisque le Renault Captur a également revu ses mensurations à la hausse, avec une longueur gagnant 11 centimètres pour atteindre les 4,23 mètres au total. Plus long, mais aussi plus haut, le SUV en impose encore plus sur la route, notamment dans sa version Initiale Paris, coiffant alors la gamme. Celle-ci se distingue donc par une flopée d’éléments spécifiques, à commencer par les jantes alliage diamantées de 18 pouces, les vitres arrière surteintées qu’encore les feux arrière à LED. S’ajoute à cela un beau choix de 11 teintes de carrosserie, dont le Blanc Albâtre de notre modèle d’essai, associé à un toit noir pour plus d’élégance. Une configuration qui fonctionne plutôt bien ! En revanche, il faudra se contenter de couleurs très sobres sur cette déclinaison, les autres pouvant au contraire profiter d’un choix un peu plus fun, avec des coloris plus vifs.

Poste de conduite et habitabilité du Renault Captur

Si l’extérieur de ce Renault Captur a donc évolué avec une certaine subtilité, bien qu’ayant opéré des changements relativement importants malgré tout, l’intérieur change quant à lui de manière bien plus visible. En effet, quasiment tous les aspects ont été revus, sans exception, de la présentation à la technologie. Renault a su écouter les critiques au sujet de la qualité perçue, jugée trop basse, afin de proposer un tout nouvel intérieur bien plus élégant et valorisant, hérité quasiment trait pour trait de la Clio. Exit les plastiques durs et bas de gamme donc et place à de nouveaux revêtements mousses et bien plus flatteurs à l’œil, comme au toucher, qui devraient largement contribuer au succès de cette nouvelle version et affirmer son nouveau positionnement plus haut de gamme. Il n’y a pas à dire, ce changement fait très plaisir lorsque l’on s’installe à bord. Avec son empattement en hausse de 3 centimètres, le Renault Captur gagne par ailleurs en habitabilité, tandis que le volume de coffre oscille entre 422 et 1 275 litres, situant le SUV dans la moyenne du segment.

Outre toutes ces évolutions visuelles et liées au confort des passagers, cette nouvelle mouture a également pris le soin de moderniser sa dotation technologique. Cela passe évidemment par un tout nouveau système d’info-divertissement, désormais intégré à un inédit écran tactile de 9,3 pouces en position verticale, comme sur la Renault Clio V. L’interface a été revue afin d’être bien plus intuitive, tandis que le design est plus dans l’air du temps. Ce système est alors complété par un combiné numérique moins original et moins personnalisable que celui de la Peugeot 2008, mais qui remplit parfaitement sa mission grâce à un affichage très clair. À noter enfin que cette version Initiale Paris ne lésine pas sur les équipements de série, avec une jolie dotation incluant entre autres le volant chauffant, la recharge de smartphone par induction ou encore l’accès et le démarrage mains libres. On regrettera simplement l’absence de climatisation bi-zone, qui n’est néanmoins pas proposée non plus sur sa rivale, la Peugeot 2008.

Que vaut le Renault Captur sur la route ? Essai en conduite

En renouvelant son SUV, Renault a souhaité offrir plus de choix à ses clients, notamment en ce qui concerne les motorisations, avec des version essence et diesel dont les puissances s’échelonnent désormais entre 100 et 155 chevaux. Plus récemment, une inédite version hybride rechargeable a également fait son arrivée dans le catalogue, coiffant alors la gamme avec ses 160 équidés. Celui-ci se positionne donc juste au-dessus de notre version d’essai, qui reprend de son côté le quatre cylindres 1,3 litre TCe équipant déjà la Renault Mégane ainsi que la Mercedes Classe A, affichant ici 155 chevaux pour un couple maximal de 270 Nm. À noter que ce moteur, arrivé sur cette nouvelle génération, n’est disponible que sur les finitions les plus hautes, c’est à dire à partir de la version Intens.

Mais si les performances sont en légère hausse par rapport à la déclinaison de 130 chevaux, pas sûr qu’il soit très intéressant de passer à une finition supérieure pour autant. Si les accélérations sont un peu plus franches, avec un 0 à 100 km/h réalisé en 8,6 secondes, la puissance a néanmoins un peu de mal à passer aux roues avant lorsque l’on met le pied au plancher. C’est plutôt dommage, car le SUV se montre pourtant assez vif, ce qui s’avère assez surprenant pour un modèle à vocation principalement urbaine avant tout. Cela s’explique notamment par son couple, disponible dès 1 800 tr/min, permettant alors de profiter de relances efficaces et d’une vivacité très intéressante au démarrage et lors des dépassements. Mais lorsque l’on souhaite adopter un rythme plus calme, le moteur coupleux garantit alors une vraie souplesse, mais également un appétit plutôt mesuré, avec une moyenne en cycle mixte annoncée à seulement 6,2 l/100 km.

Avant tout destiné à un usage quotidien en ville, ce Captur n’est pas forcément le plus à l’aise lorsque le rythme s’accélère de trop, en raison d’une prise de roulis qui reste assez importante, malgré une nette amélioration du châssis par rapport à la précédente génération. Sans être dynamique pour autant, le SUV est un peu plus agile, malgré une légère tendance au sous-virage qui persiste quand même malgré tout. Vous l’aurez compris, le confort reste le principal atout de ce Renault Captur, bien que la monte 18 pouces de notre version d’essai ne soit pas forcément la plus idéale sur ce point. Quoi qu’il en soit, c’est donc en ville que le petit SUV sera le plus à l’aise, avec son petit gabarit et sa boîte EDC offrant des passages de rapports très doux. Celle-ci aura néanmoins un peu plus de difficultés à tenir le rythme lorsque ce dernier s’accélère, alors que les palettes n’apportent en réalité pas grand-chose.

Sur les voies plus rapides, le confort est toujours de mise, même si les bruits aérodynamiques, dus notamment aux rétroviseurs ont tendance à gâcher quelque peu la fête. Le reste de l’isolation reste toutefois assez correct, mais pourrait être encore un peu amélioré. Enfin, un point en particulier nous a quelque peu déçus. Il s’agit du freinage, assuré par des disques à l’avant et des tambours à l’arrière, même sur la version la plus haut de gamme Initiale Paris. Outre l’aspect sécuritaire, ce détail n’aide pas vraiment le Renault Captur à s’affirmer face à sa rivale, la Peugeot 2008, qui est quant à elle dotée de freins à disque dès l’entrée de gamme. Peut mieux faire, Renault…

Notes et avis sur l’essai du Captur

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️⭐️
Réinventé avec subtilité, le Renault Captur gagne en maturité.
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Profitant d’un châssis retravaillé, le SUV gagne en confort et en dynamisme.
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
Avec son empattement en hausse et son volume de coffre plus que correct, le Captur s’avère dans la moyenne haute du segment.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️.5
Bien équipé et affiché à partir de 27 300 €, le Renault Captur reste un bon compromis.

Envie d’un Renault Captur au meilleur prix ?
Achetez-le moins cher avec Caroom !

Renault Captur
Renault Captur 407 véhicules disponibles
À partir de 18 144 € -27% de remise

Bilan de notre essai du Renault Captur

Très nettement amélioré par rapport à la précédente génération, ce Renault Captur se révèle très convaincant sur de nombreux points, à commencer par les prestations routières, avec un juste compromis entre le dynamisme et le confort. Bien entendu, le SUV n’est pas exempt de défauts, mais l’ensemble reste tout à fait correct, lui permettant alors de bien se positionner sur un marché de plus en plus concurrentiel. Affichant très clairement sa montée en gamme, notamment dans cette version Initiale Paris, il reste relativement bien placé en termes de prix, face aux Peugeot 2008 et Mazda CX-3, entre autres. Défi réussi pour le SUV urbain, qui réussit à se réinventer sans perdre ce qui a fait le succès de la première mouture lancée en 2013.

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 28 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 

 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This