Essai Skoda Enyaq iV : polyvalence et espace !

Essai du Skoda Enyaq iV

Premier modèle électrique de la marque depuis la petite Citigo, le Skoda Enyaq met les petits plats dans les grands. Nous en avons pris le volant pour un essai automobile complet, afin de savoir ce qu’il a vraiment sous le capot.

 
Écoutez cet essai en podcast 🎧

Aujourd’hui, tous les constructeurs se doivent de se tourner vers l’électrification, et bien sûr, Skoda n’y échappe pas. Si la marque avait déjà fait ses premiers pas dans ce secteur en lançant sa Citigo, cousine technique des Seat Mii et autres Volkswagen e-Up!, elle avait jusqu’à présent plutôt privilégié l’hybride. Mais alors que la citadine a quitté le catalogue fin 2020 sans que personne ne s’en rende vraiment compte, elle n’aura pas laissé de vide très longtemps. Et pour cause, quelques mois plus tôt, en septembre plus précisément, Skoda avait alors levé le voile sur un tout nouveau modèle zéro émission, prenant cette fois-ci la forme d’un SUV, baptisé Enyaq iV. Premier modèle électrique de cette nouvelle ère pour la marque, celui-ci a alors la lourde tâche d’aider la firme tchèque à amorcer sa transition vers le tout-électrique. Car si pour l’heure aucune échéance précise n’a encore été annoncée, Skoda prévoit que ce type de motorisation représente 50 à 70 % de ses ventes d’ici la fin de la décennie.

Une ambition forte et affirmée pour le constructeur, qui souhaite également augmenter sa part de marché en France dans les prochaines années. Celui-ci mise alors notamment sur des modèles séduisants et dans l’air du temps, afin de séduire une clientèle toujours plus large. Et quoi de mieux qu’un SUV électrique pour y parvenir ? Une silhouette très en vogue, associée à une motorisation évidemment à la mode, forcément, cela ne peut que fonctionner sur le papier. D’autant plus que pour développer son Enyaq iV, Skoda a pu profiter des innovations du groupe Volkswagen, et notamment de sa nouvelle plateforme MEB. Celle-ci équipe en effet tous les modèles électriques de la firme allemande, que ce soit les Volkswagen ID.3, ID.4 et ID.5, les Cupra Born et Tavascan ou encore l’Audi Q4 e-tron. De quoi réduire considérablement les coûts de recherche et développement pour la marque tchèque, qui a néanmoins tenu à gommer tout lien de parenté avec les cousins de son SUV en travaillant particulièrement son style.

Extérieur et design du Skoda Enyaq iV

Comme dit plus haut, le Skoda Enyaq iV partage ses dessous avec plusieurs modèles du groupe Volkswagen, dont la Volkswagen ID.4, également très proche en termes de gabarit. Et pourtant, les deux cousins ne se ressemblent absolument pas, n’ayant pas une seule ligne en commun. En effet, les deux possèdent deux identités bien distinctes, ce qui leur permet notamment de séduire des clientèles très distinctes. Alors que l’Allemande opte pour des traits arrondis et presque enfantins, le SUV tchèque prend quant à lui le parti des lignes droites et taillées à la serpe. Un choix stylistique qui lui donne alors un sacré caractère ! Également décliné en une inédite version coupé depuis peu, ce nouveau venu dans la gamme apporte un véritable vent de fraîcheur, tout en conservant néanmoins les attributs stylistiques chers à la marque. Nous retrouvons en effet à l’avant un faciès déjà bien connu et adopté par tous les modèles récents, avec ces feux anguleux, entourant une calandre également très géométrique. En bonus (et surtout en option), celle-ci peut également être rétro-éclairée pour les clients optant pour le pack Visibilité.

Une première pour un véhicule de la marque, qui n’est évidemment pas indispensable mais qui ne devrait pas manquer de faire tourner les têtes sur son passage. En regardant de profil de Skoda Enyaq iV, celui-ci affiche des dimensions généreuses, avec une longueur établie à 4,65 mètres et en impose vraiment sur la route, grâce entre autres à ses flancs sculptés. Néanmoins, même si cela reste un détail, on déplore une partie arrière un peu pataude et manquant quelque peu d’élégance. Un choix qui a sans doute été fait pour optimiser l’habitabilité aux places arrière de celui qui veut avant tout être un SUV familial. Les aficionados de l’esthétique préféreront alors sans doute la version coupé, qui arrivera chez nos mandataires et en concession dans les prochains mois. Mais quoi qu’il en soit, ce Skoda Enyaq iV reste un modèle très réussi, profitant également d’une poupe ayant fait l’objet d’un travail attentionné de la part des équipes du design. On appréciera également le choix de huit teintes proposé aux clients, dont le très beau bleu Racing. Au total, ce sont également huit styles de jantes de 18 à 21 pouces qui sont disponibles selon les versions.

Intérieur et habitabilité du Skoda Enyaq iV

Après avoir étudié en détail le style extérieur de ce Skoda Enyaq iV, il est désormais temps de nous installer derrière son volant et de découvrir son poste de conduite, qui évolue très nettement par rapport aux autres productions de la marque. Et pour cause, une attention toute particulière a été apportée à l’habitacle du SUV, qui se veut alors très moderne mais sans pour autant tomber dans l’overdose et la débauche de technologie. Globalement, la présentation est soignée et plutôt raffinée, notamment sur les versions les plus haut de gamme profitant d’une planche de bord recouverte de tissu ou de cuir tanné de manière écologique. D’ailleurs, la marque ne parle pas de finitions à proprement parler mais plutôt de designs intérieurs, qui portent alors des noms tels que Lodge, Suite ou encore Loft et Studio. Vous l’avez sans doute remarqué, Skoda a véritablement mis les petits plats dans les grands avec cet Enyaq iV, qui offre un excellent confort pour le conducteur et son passager, dans un habitacle qualitatif et bien fini.

Seul petit bémol, et même si le SUV électrique n’est pas le seul dans ce cas, l’intérieur reste un peu austère dans sa version d’entrée de gamme, et il faudra donc opter pour une version supérieure pour profiter d’une sellerie plus colorée. Restant somme toute assez classique dans sa présentation, le Skoda Enyaq iV profite d’un arsenal technologique plutôt complet, avec un écran tactile de 10 à 13 pouces selon la finition, par ailleurs plutôt fonctionnel, moderne et globalement bien pensé. Ce dernier est alors associé à un combiné numérique de 5,3 pouces, très minimaliste. Si celui-ci fait le boulot, nous aurions néanmoins préféré qu’il soit un peu plus grand, pour une meilleure lisibilité. Dans l’ensemble, le SUV offre de très bonnes prestations, reconduisant également ses astuces « Simply Clever » telles que le parapluie dans la porte et le gratte-givre dans le hayon. Mais l’habitabilité arrière est également l’un de ses points forts, de même que son volume de coffre, oscillant entre 585 et. 1 710 litres.

Mais que vaut vraiment de Skoda Enyaq iV sur la route ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant le volant de celui qui devrait notamment rivaliser avec les Ford Mustang Mach-E et autres Kia e-Niro. Découvrez notre prise en mains complète ci-dessous !

Que vaut l’Enyaq iV sur la route ? Essai en conduite

Après nous être adonné à un rapide tour du propriétaire de ce Skoda Enyaq iV, il est maintenant temps de nous installer derrière son volant. Une simple pression du bouton de démarrage et nous voilà partis, dans le silence le plus complet, bien évidemment. Faisant presque office d’exception, notre SUV est l’un des rares du marché à proposer autant de déclinaisons différentes, avec pas moins de six versions, dont les puissances s’échelonnent entre 150 et 204 chevaux. De notre côté, nous avons opté pour la variante constituant l’offre d’entrée de gamme, sobrement baptisée Version 50. Celle-ci devrait alors représenter une grande partie des ventes auprès de la clientèle, constituée de particuliers mais également de professionnels. Si sa batterie de 55 kW, la plus petite du catalogue peut sembler un brin légère au premier abord, elle permet néanmoins au grand SUV de réduire son poids de quelques kilos. Celui-ci est alors affiché à 1 986 kg, ce qui reste très conséquent mais bien moins que les plus de deux tonnes de la version 80 coiffant la gamme.

Une différence qui peut sembler minime mais qui a tout de même son importance et qui profite notamment à l’agrément de conduite. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à conduire un véhicule très dynamique, alors que celui-ci demeure assez pataud et lourd, en somme assez peu enclin aux sorties sur routes sinueuses. Toutefois, ses batteries installées sous son plancher assurent un centre de gravité très bas et donc une bonne tenue de route, malgré une prise de roulis assez conséquente tout de même dans les virages. Alors que son grand gabarit invite aux voyages au long cours, sa batterie et son autonomie relativement limitée feront plutôt de notre Skoda Enyaq iV un compagnon idéal pour le quotidien. Malgré sa taille plutôt conséquente, le Tchèque se sent en effet très à l’aise en ville, un environnement justement tout à fait adapté à sa « mécanique ». Le mode Brake, permettant de récupérer l’énergie au freinage est plutôt performant, mais il faudra opter pour le pack optionnel Drive facturé 350 € pour profiter d’une régénération encore plus forte grâce à des palettes installées sur le volant.

C’est un peu dommage, car dans l’ensemble, notre modèle d’essai offre de très bonnes prestations, sans doute encore meilleures sur les versions un peu plus haut de gamme donc. En ce qui concerne les sensations, il ne faut évidemment pas vous attendre à avoir un foudre de guerre entre les mains avec cet Enyaq iV Version 50. En effet, le grand SUV affiche une puissance de 150 chevaux pour un couple maximal de 220 Nm, ce qui est suffisant pour tous les jours mais sans offrir des performances à couper le souffle pour autant. Les relances sont quant à elles correctes, bien qu’il faille parfois faire preuve d’un peu d’anticipation dans certains cas. Pas vraiment excitant, il faut bien l’avouer, ce Skoda Enyaq iV reste polyvalent et agréable au quotidien, avec sa direction et sa suspension plutôt bien calibrée, offrant un confort tout à fait correct en ville et sur l’autoroute.

Celle-ci préserve également la batterie, bien qu’il vaille mieux réduire l’usage de la climatisation et privilégier le préchauffage lors de la charge pour maximiser l’autonomie. Si vous possédez une solution de charge chez vous ou sur votre lieu de travail, cela ne devrait pas trop poser de problème. Si ce n’est pas le cas, sachez que Skoda fournit à ses clients l’accès au réseau Powerpass, l’un des plus grands d’Europe avec pas moins de 26 000 points de recharge, dont les bornes rapides Ionity. Il faudra alors compter 30 minutes pour passer de 5 à 80 % sur ces dernières, avec une puissance maximale de 110 kW en courant continu, contre 50 avant la mise à jour. En courant alternatif, la puissance est limitée à 7,2 kW. Il faut alors compter 7h30 pour recharger la batterie sur une Wallbox à la maison.

Notes et avis sur l’essai du Skoda Enyaq iV

Catégorie
Note sur 5
Avis Caroom
Esthétique
⭐️⭐️⭐️
Plutôt réussi, ce Skoda Enyaq iV manque néanmoins d’élégance !
Conduite
⭐️⭐️⭐️⭐️
Polyvalent et agréable, le SUV reste assez lourd et manque un peu de pêche.
Praticité
⭐️⭐️⭐️⭐️
On apprécie le grand espace à bord mais on aimerait plus de rangements dans l’habitacle.
Rapport Qualité/Prix
⭐️⭐️⭐️⭐️
Affiché à partir de 37 930 €, ce Skoda Enyaq iV reste un peu cher, mais dans la moyenne du segment.

Bilan de notre essai du Skoda Enyaq iV

Symbolisant la montée en gamme de Skoda, ce nouvel Enyaq iV est également le tout premier modèle électrique de la marque depuis la confidentielle Citigo, désormais disparue. Très convaincant, cousin technique de la Volkswagen ID.4 et rival des Ford Mustang Mach-E et autres Tesla Model Y possède de nombreux atouts pour séduire, avec notamment sa large gamme de motorisations et son poste de conduite très agréable. Seul bémol, le SUV électrique manque toutefois d’un petit supplément d’âme qui lui aurait permis de véritablement se démarquer sur un marché de plus en plus concurrentiel. Dommage, car cet Enyaq iV a de nombreux arguments à faire valoir !

Cet article vous a-t-il aidé ?

Cet article a été utile à 12 personnes

 Ces articles vont aussi vous aider 
 

Julie
Publié par
Julie
Commentez cet article

Pin It on Pinterest

Share This